Culture et identité

Chapeau Sello !

30 ans de maloya à savourer

Jean Fabrice Nativel / 29 septembre 2010

Gramoun Sello de son vrai nom Michel Sophie, petit-fils de journalière agricole qui l’appelle ainsi, signe “30 ans de Maloya 1980-2010”. Qui l’aurait cru ? Car en 2000, il se retire de la scène et son retour se fait grâce à la détermination de Stéphane Grondin de Maloyallstars et José Payet du Studio Oasis. Ils ont réveillé cette légende qui est née et a grandi dans le maloya et le “kabaré”. Sérénité et simplicité se dégagent de ce journalier agricole et maçon qui s’est fait un devoir de perpétuer cette musique des ancêtres.

Marmaille, Michel Sophie ou Gramoun Sello « té antan’d ban’d gramoun chant maloya dan la kour luzine ». Une musique qu’il décide alors de perpétuer et la sortie de “30 ans de Maloya 1980-2010” présenté hier matin au Pôle régional des musiques actuelles (PRMA : Saint-Denis) est l’illustration de son devoir de mémoire.

Petit, il entend « ban’d gramoun chant maloya dan la kour luzine »

30 hymnes au maloya mémorisé en 2 CD — 15 sur un, 15 sur l’autre — sont à savourer ! Ils sont un reflet de sa vie personnelle “Zanfan batar”. Il n’a jamais connu son père, il ne l’a vu qu’une seule fois de toute sa vie à l’âge de 17 ans et depuis ? Mais aussi une peinture du quotidien de la vie réunionnaise marquée entre autres par les “Koméraz voisin”… « C’est un genre de la Fontaine » car ses mélodies sont pour certaines empreintes de « maximes traditionnelles », note Stéphane Grondin, le président de Maloyallstars.

Grâce à Stéphane Grondin, José Payet et le public

Ce jeune maloyèr est l’un des artisans avec José Payet du Studio Oasis du retour de Gramoun Sello sur scène en 2006 après une interruption de 6 ans. De peur qu’il tombe à jamais dans l’oubli, Stéphane Grondin réussit après de multiples discussions à le faire jouer au Bato Fou (Saint-Pierre). Un come-back mis sur DVD et en 2007, il est couronné “Césaire de la musique” au Casino de Paris.

“Césaire de la musique”

C’est la récompense d’une longue carrière commencée pour ce journalier agricole, fils de journalière agricole “dans le camp de l’usine du Gol (Saint-Louis)” où il habitait la “chambre du calbanon 2”. Dans la plantation, il chantait — comme ceux et celles qui ramassaient le coton aux États-Unis — au sacrifice de l’école pour à la fin des années 70 créer la troupe Volcaniks alors qu’il était colon à la Ravine Glissante (Sainte-Rose).

Co-fondateur de Roséda avec son ami Lucien Joany

Pas la peine de vous dire que ses débuts dans la musique ont été pavés de difficultés. Cela ne l’a pas empêché de tenir bon. Son talent, il le mettra au service de Roséda (Saint-Pierre), une autre troupe qu’il co-fonde avec son ami Lucien Joany. Et à chaque album ce sera le succès jusqu’à la séparation. Cette page est tournée !

Des mélodies, Gramoun Sello les a emmagasinées. Combien exactement ? En tout cas, « 80 sont répertoriées à la SACEM » et un peu moins ou presque autant gardées en sa mémoire. Il est prévu fin de cette année ou début de la prochaine, la sortie d’un documentaire de 50 minutes consacré à la vie de ce pilier du Maloya.

Il a terminé la présentation cette œuvre par « nout tout la anmèn maloya » dans l’île.

Texte et photos Jean Fabrice Nativel


Stéphane Grondin

Ce jeune maloyèr parle avec passion du maloya et de son « respect » pour Gramoun Sello. Gamin, il l’entend et le voit pour la première fois sur les bords de rivière avec Roséda animer les pique-niques et à vendre les cassettes de cette troupe. Le temps passe, Stéphane Grondin n’a que d’yeux pour cette musique ancestrale qu’il partage avec Mélanz nation.
Lorsque Michel Sophie décide de mettre un terme à sa carrière. Il n’en revient pas. De peur qu’il tombe dans l’oubli, il n’a qu’un rêve, revoir sur scène Gramoun Sello. Il fera tout pour que cela devienne réalité avec l’association Maloyallstars qui le met à l’honneur. Pari gagné, il est de retour au Bato Fou pour un live enregistré sur DVD. Depuis, le jeune homme et le gramoun maloyèr portent ce tempo sur la scène réunionnaise et au-delà.


Discographie


- 1977 : un premier 45 tours au Studio Royal (Saint-Joseph) mais non commercialisé pour cause de disparition du master.

- 1983 : un 33 tours au Studio Issa (Saint-Denis) — le seul avec celui produit par le Parti communiste réunionnais dédié au maloya.

Avec Roséda
- 1985 : première cassette de l’histoire — du maloya — “Coméraz voisin” au Studio Oasis (La Rivière Saint-Louis) .

- 1989 : “Firinga et zanfan batar”.

- 1991 : “Lo mir néna zorèy”.

- 1992 : “Roséda et le Soul groupe”.

- 1993 : Tradition musicale “Les meilleurs titres”.

- 1994 : “La vane dofé”.

- 1999 : un titre sur “Bourbon maloya”.

- 2000 : un dernier enregistrement avec Roséda au Studio Master (la Ravine des Cabris).

En solo
- 2006 : “Légende du maloya” en live au Bato Fou (Saint-Pierre) avec le concours de Stéphane Grondin (président de Maloyallstars) et de Mélanz Nasyon.

- 2008 : “Ampélémouné”.

- 2009 : “Mon kèr” — une mélodie pour célébrer le Maloya Patrimoine mondial de l’UNESCO.

- 2010 : “30 ans de Maloya 1980-2010”.
Ces albums ont été enregistrés sous le label Maloyallstars.


Césaire de la musique 2007

Cette distinction du “Meilleur artiste traditionnel de l’année” lui est remise au Casino de Paris. Un moment que se rappelle Alain Courbis du PRMA comme du concert retransmis sur France Musique. « Un coup de projecteur sur le maloya, La Réunion et Gramoun Sello », évoque-t-il.


Samedi 2, le maloya fêté

Gramoun Sello célèbrera avec ses chansons le Maloya patrimoine mondial de l’UNESCO, le samedi 2 octobre à proximité de la mairie de Saint-Pierre.


Zot la di…

Gramoun Sello

« Aux jeunes de voir où le maloya est arrivé et de continuer ».
- Son coup de cœur va à Lindigo.

« Le public m’a encouragé ».
- « Tou lé sam’di navé’d maloya de kaz an kaz ».
- « Kan ou té joué maloya pou la parti le plu fèble, lo parti lo pli for té anvoy polis pou ou ».

Stéphane Grondin
- « Na ankor bokou chanson i dor dan — son — tiroir kèss ».

- Gramoun Sello est « le témoin du maloya contemporain issu de l’usine. Le maloya à l’état pur ».

« C’est une chance pour la nouvelle génération de construire un maloya pas couper de ses racines et de connaître les sous bassement ».


Kanalreunion.com