Culture et identité

“Chin” : le rassemblement le plus large pour sauver une usine

Un opéra revient sur un épisode de l’histoire de La Réunion

Témoignages.re / 25 mars 2010

Après le succès de “Maraina”, opéra franco-malgache créé en 2005, “Chin” est la seconde création lyrique du tandem Jean-Luc Trulès (composition et direction musicale)/Emmanuel Genvrin (livret et mise en scène).
Le livret s’inspire d’un épisode authentique : en 1955 à La Réunion, un ancien pétainiste, Monsieur Roger, fait appel aux Rouges et au fils du Docteur Papa, Chin (prononcer “Chine”), pour sauver son usine de Bel Air.
Le Théâtre Vollard présente “Chin” au Théâtre de Champ Fleuri les samedi 10 et dimanche 11 avril à 20h00.

“Chine” ou “le Chinois” fut le surnom de Paul Vergès dans sa jeunesse, car d’origine asiatique par sa mère. Il évoque aussi les tentations maoïstes des mouvements communistes de la décolonisation ainsi que la présence à La Réunion d’une communauté chinoise influente, précisent les auteurs de l’opéra.
Ce thème a fait l’objet d’un spectacle de théâtre par la compagnie Vollard en 2002, jamais sorti de l’île. Au milieu d’un ballet “d’auto-lontan”, un chœur chantait sur scène mené par la mezzo réunionnaise Natalia Cadet. C’est ce “Quartier Français” partiellement chanté qui a donné l’idée aux auteurs de se lancer désormais dans l’écriture d’opéras. Après “Maraina” sur l’origine franco-malgache des premiers Réunionnais, les auteurs reprennent ce thème d’un conflit sucrier à La Réunion en 1955.
Opéra singulier, par son livret, “Chin” traite d’une histoire occultée et méconnue des DOM-TOM : le grand mouvement de décolonisation d’après-guerre a donné naissance dans les îles à des tentations indépendantistes, autonomistes et maoïsantes. Il a créé un communisme tropical, un communisme de la canne à sucre dont l’imagerie trouve son apothéose dans la révolution cubaine.
“Chin” est un opéra d’Outre-mer “populaire” et accessible au plus grand nombre avec sa “couleur” musicale métissée, son orchestre de l’océan Indien et ses chanteurs lyriques issus de la diversité.
Le chœur de “Chin” est composé de 18 choristes réunionnais et malgaches dirigés par la soprano d’origine malgache Landy Ramdriamboavonjy. Présent tout au long de l’opéra, le chœur chante la condition ouvrière, le monde rural, célèbre ses ancêtres métissés et marrons.


Réservation au 0262-41-93-25
ou sur www.theatreunion.re

Tarifs
 : 22/19/15/10 euros


Les personnages

- Monsieur Roger, basse baryton, sucrier pétainiste, handicapé à la suite d’une attaque cérébrale.

- Chin, baryton, révolutionnaire, métis eurasien, fils du mythique Docteur Papa.

- Élisabeth, mezzo soprano, fille de Monsieur Roger, engagée dans les FFL pendant la guerre où elle a connu Chin.

- Héva, soprano, fille de Darma, ouvrière et maîtresse de Chin.

- Charles, ténor, mari d’Élisabeth, colon rapatrié d’Indochine.

- Darma, baryton, chef des ouvriers de Bel Air, père d’Héva, amant de Rézéda.

- Rézéda, mezzo, gouvernante de Monsieur Roger, compagne de Darma et “petite mère” d’Héva.

- Un jeune garçon, fils présumé de Chin et d’Élisabeth.

- Chœur, des ouvriers et des planteurs.


Kanalreunion.com