Culture et identité

« Continuons à lutter contre l’esclavage d’aujourd’hui »

Projection-débat avec des élèves au Festival des Révoltés

Témoignages.re / 12 décembre 2013

La quatrième édition du Festival cinématographique sur « les révoltés de l’histoire », organisé du 7 au 14 décembre par l’association Protéa de Bruno Maillard continue au Cinéma Ritz et à l’ancien Hôtel de Ville de Saint-Denis (voir en encadré le programme du jour et le programme complet publié par « Témoignages » dans son édition du mercredi 4 décembre dernier. L’entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles. Réservation conseillée au 06 92 34 52 95 – www.association-protea.com). La journée d’avant-hier a été marquée notamment par la projection d’un film extraordinaire sur l’histoire de l’esclavage du 16ème au 19ème siècle dans les colonies européennes, suivie d’un débat très intéressant avec les élèves des classes de cours moyen de plusieurs écoles primaires dionysiennes.



JPEG
Ce film de 35 minutes, réalisé en 2012 par Tabué Nguna avec l’UNESCO et des spécialistes de l’histoire de l’esclavage comme l’universitaire réunionnaise Françoise Vergès, est intitulé « Route de l’esclave : l’instinct de la résistance ». Comme l’a expliqué l’historien réunionnais Bruno Maillard, ce documentaire présente « les 400 années de souffrances et de résistances » qui ont marqué le système économique et politique officiellement appelé « esclavage », dans les pays occupés par les colonialistes européens du 16ème au 19ème siècle.

Un autre historien réunionnais qui a présenté le film puis animé le débat, Amzat Boukari, a également expliqué — comme cela est montré dans le film — que même si ce système esclavagiste a été théoriquement aboli dans ces colonies à la fin du 19ème siècle (chez nous le 20 décembre 1848), des dizaines voire des centaines de millions de personnes sont encore victimes aujourd’hui de diverses formes d’esclavage dans le monde. D’où l’appel lancé par l’UNESCO en conclusion du film et repris par un des nombreux élèves qui sont intervenus durant le débat : « continuons à lutter contre l’esclavage d’aujourd’hui ».

Les plus pauvres en otages

Ce qui est particulièrement impressionnant dans ce documentaire, c’est la violence extrême des captures d’esclaves, de leur enfermement dans les bateaux, de leur travail, des répressions ignobles dont ils ont été victimes chaque fois qu’ils se révoltaient contre ce mode d’exploitation d’êtres humains par des humains barbares. Ce qui est intéressant aussi — parmi bien d’autres informations données par le film sur l’esclavage —, c’est « l’intelligence exprimée par les esclaves », selon les termes d’Amzat Boukari, à la fois dans leur créativité, leur esprit de résistance et bien d’autres talents.

À ce propos, Bruno Maillard a cité l’exemple — entre autres — d’Edmond Albius avec sa découverte de la fécondation artificielle de la vanille à La Réunion. D’autres Réunionnais sont également évoqués dans le film, comme le maître Macé, mais également des artistes du monde entier qui cultivent la mémoire de l’esclavage, comme le maloya de Danyèl Waro.

En tout cas, les élèves ont beaucoup apprécié cette leçon d’histoire, au point qu’ils ont applaudi longuement et avec force la fin du film. Voilà qui est encourageant pour la suite des combats qui seront menés par le peuple réunionnais et tous les peuples du monde contre la dictature des profiteurs et autres corrompus qui prennent les plus pauvres en otages.

L.B.

Le programme du jour

• Journée pédagogique

À 9 heures au cinéma Ritz, projection pour les classes de CM2 et CM1 des écoles primaires de la ville de Saint-Denis. « Route de l’esclave : l’instinct de la résistance ». Tabué Nguna (UNESCO, 2012, 35 minutes).

Conférence-débat

À 17 heures, conférence-débat à l’ancien Hôtel de Ville de Saint-Denis, avec Alain Roux, Professeur à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales de Paris, sur le thème : « La révolution culturelle est-elle un mouvement social ? ».

• Projection-débat

À 19 heures au cinéma Ritz, projection de « Soweto. De larmes et d’espoir ».

Un film de Vuyani Sondlo (Arte production, 2007, 61 minutes). Projection suivie d’un débat.

« Le 16 juin 1976, une manifestation de lycéens « noirs » à Soweto dans la banlieue de Johannesburg se solde par une tuerie orchestrée par la police « blanche » du gouvernement. Au premier abord, les lycéens contestent l’adoption d’une nouvelle loi qui leur impose l’usage de l’afrikaans mais c’est bien le régime de l’apartheid lui-même qui est à l’origine de ce mouvement. Sondant la mémoire collective, un retour sur cette journée décisive du peuple sud-africain qui enflammera l’ensemble du pays avant sa libération ».


Kanalreunion.com