Culture et identité

Daniel Singaïny : « tous unis pour une révolution pacifique »

La Fête Vinaryégèl à la Chapelle La Misère

Témoignages.re / 1er mars 2011

L’association Obli Pa Nout Tradisyon Tamoul et la Chapelle La Misère ont organisé samedi dernier et hier une célébration très émouvante de la Fête Vinaryégèl, avec un message fort aux fidèles du temple et à tous les Réunionnais. En effet, le prêtre tamoul Daniel Singaïny a plaidé pour l’union de notre peuple face aux problèmes graves du pays afin de changer la situation en transformant la société dans la paix et la justice.

Comme nous l’a expliqué Maurice Singaïny, un des piliers de la Chapelle La Misère à Villèle (Saint-Gilles-les-Hauts), Vinaryégèl est le nom tamoul de la divinité hindoue que l’on appelle "Ganesh" en hindi. Selon la légende, ce "dieu de l’intelligence" fut créé par la déesse Parlvati (Karly à La Réunion), à partir d’une statue en "pâte safran", qui devint un être vivant après 1.008 jours de prière de sa mère. La première célébration de la Fête Vinaryégèl à La Réunion s’est déroulée à Villèle dans les années 1950 grâce à M. Moutagan, dit Kanou Kaross.
Daniel Singaïny et ses amis de la Chapelle La Misère ont voulu donner une grande importance à cette fête car le safran est un symbole très fort de la pureté naturelle. Or « nous devons à tout prix purifier notre pays et la planète de toutes les formes de pollutions et d’injustices », nous a dit son fils Maurice. C’est dans cet esprit que la statue de Vinaryégèl, faite d’un mélange d’argile et de safran par Shiva, un neveu de Maurice Singaïny, a été déposée hier dans la ravine Saint-Gilles et emportée à la mer.
Environ 500 personnes ont participé à cet événement ce dimanche. Et les organisateurs ont eu le soutien de plusieurs personnalités, comme Serge Ajaguin, prêtre au grand temple hindou de la rue Saint-Louis à Saint-Paul.

« Nout zansèt la rézisté »

Cette fête a commencé samedi après-midi par une cérémonie et une prière au temple, puis une bénédiction du "Vinaryégèl safran", et enfin une procession dans le village de Villèle, avec des offrandes de fruits des habitants. Cette procession s’est faite autour de la statue de Vinaryégèl en bois réalisée en 1968, lors de la création de la Chapelle La Misère par Daniel Singaïny.
Durant la cérémonie de samedi après-midi, celui-ci a prononcé une allocution pour souligner l’importance de valoriser toutes nos cultures ancestrales, « parske bann kolonialis la voulu lav nout kiltir ; mé nout zansèt la rézisté é zordi i fo no kiltiv so patrimoine rénioné ». Il a également déclaré que la célébration de la Fête de Vinaryégèl est un appel à plus de justice dans notre société et au respect de la dignité des Réunionnais. Voilà pourquoi nous devons être « tous unis pour une révolution pacifique ».
Un des signes de cette union est le grand nombre d’associations (près d’une dizaine) et de temples familiaux (plus d’une quinzaine) qui ont célébré ensemble cette fête à la Chapelle La Misère (voir l’annonce parue dans "Témoignages" samedi). Un autre signe fort de cette union réunionnaise dans le respect des diversités exalté par Daniel Singaïny a été la présence à cette célébration d’un artiste aussi célèbre que Danyèl Waro, qui a lui-même consacré ses talents à créer une statue en safran de Vinaryégèl…

Correspondant


Kanalreunion.com