Culture et identité

De beaux lieux de mémoire des 350 ans du peuple réunionnais

Magnifique balade cyclo-historique avec Sinzil a Vélo et l’UFOLEP-Réunion

Témoignages.re / 7 octobre 2013

Dans le cadre de la célébration tout au long de cette année du 350ème anniversaire de la naissance du peuple réunionnais, deux associations culturelles — Sinzil a Vélo et l’UFOLEP-Réunion — ont organisé hier à Saint-Paul une randonnée à vélo pour mieux faire connaître aux participants des lieux de mémoire de notre Histoire dans cette ville. Le nombre des participants, l’ambiance amicale, l’organisation de la balade, la beauté du parcours et les exposés très intéressants de l’historien Alexis Miranville ont assuré une belle réussite à cet événement. Une bonne façon de promouvoir les déplacements utilitaires à vélo et de renforcer les liens entre le sport et la culture…



JPEG - 70.4 ko

Selon les chiffres récupérés par Roger Ramchetty, secrétaire de Sinzil a Vélo, pas moins de 114 personnes — dont 12 artistes et quelques automobilistes — ont participé à cette « balade cyclotouristique dans Saint-Paul pour célébrer le 350ème anniversaire du peuplement de La Réunion ». « Un chiffre jamais atteint jusqu’à présent », dit-il ; et Richelin Clopon, président de l’association, a remercié à ce sujet ses partenaires, en particulier l’UFOLEP-Réunion, représentée notamment par l’éducateur Thierry Grimaud.

Parmi les autres partenaires qui ont assuré la réussite de cette rando-vélo-mémoire, on peut citer deux groupes d’artistes, qui ont présenté de belles prestations musicales à diverses pauses : Ti Zanfan Gado et Gouss Tamarin 974. Enfin, nous voudrions citer l’historien Alexis Miranville, qui a fait profiter les randonneurs de ses connaissances historiques lors de quatre exposés sur des lieux de mémoire, avec bien des enseignements à tirer des 350 ans d’histoire du peuple réunionnais.

Un combat qui n’est pas terminé

Ces exposés ont eu lieu successivement dans le quartier Laperrière au Tour des Roches, puis sur le parking de la grande caverne en face du cimetière marin, ensuite à l’entrée du pont débarcadère et enfin près du pont ferroviaire de l’Étang. Partout, Alexis Miranville a donné de nombreuses informations très intéressantes sur ce qui s’est passé dans ces divers endroits, comme par exemple les discriminations racistes imposées par les esclavagistes aux personnes qualifiées d’« indésirables » quant à leur inhumation dans les cimetières ou encore les dégâts de la suppression du chemin de fer en 1956 au profit du tout-automobile.

Parmi les nombreuses autres leçons pertinentes transmises par l’historien aux randonneurs, ce qui est à retenir est le fait que depuis le début de l’habitation pérenne du pays par les douze premiers Réunionnais — dix Malgaches et deux Français —, il y a eu une résistance des citoyens dominés et surexploités. Ce combat du peuple réunionnais pour la justice et la liberté a marqué toute notre Histoire depuis 350 ans et il n’est pas terminé…

 L. B. 


Kanalreunion.com