Culture et identité

De grands événements à Sainte-Suzanne pour commémorer l’esclavage crime contre l’humanité

Célébration réunionnaise du 10 mai

Correspondant Témoignages / 11 mai 2017

La commune dirigée par le Secrétaire général du Parti Communiste Réunionnais, Maurice Gironcel, a apporté une forte contribution à l’édition 2017 de la célébration réunionnaise du 10 Mai. Elle a organisé plusieurs événements de grande valeur pour cultiver notre mémoire historique et tirer des leçons de la reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’humanité, afin de continuer le combat de notre peuple pour la liberté.

JPEG - 65.3 ko
Avec de nombreux jeunes, dont Gilles Leperlier, une chaîne humaine autour de Maurice Gironcel après son appel devant la stèle d’Edmond Albius à continuer le combat des Réunionnais pour la responsabilité dans la solidarité.

Tout d’abord, la veille du 10 mai, à la Maison du Patrimoine (ancienne gare ferroviaire, derrière la mairie sur le front de mer), a eu lieu le vernissage d’une très belle exposition d’éducation populaire intitulée : « Les chemins de la liberté, de l’abolition de la traite négrière à l’abolition de l’esclavage (1917 – 1848) ». Cette exposition, mise en œuvre notamment par l’universitaire Mario Serviable avec l’Association Développement Solidaire Projets Réunion (ADSPR) et avec Bernard Batou, est à voir jusqu’à la mi-juin.

Elle présente de nombreux et très intéressants documents historiques sur cette période de l’esclavage à La Réunion, avec en particulier plusieurs lois proclamées par l’État colonial français pour pérenniser ce crime après la révolution de 1789. Des ateliers créateurs et des ouvrages sur l’histoire de l’esclavage sont également à la disposition du public qui vient voir cette exposition très précieuse.

Une admirable statue pour Sudel Fuma

Ensuite, la première cérémonie pour célébrer le 10 Mai ce mercredi à Sainte-Suzanne s’est déroulée à partir de 9 heures devant la mairie annexe de Quartier-Français, avec le dévoilement d’une admirable statue consacrée à Sudel Fuma et réalisée par sa sœur, l’artiste Dolaine Courtis. Cette statue, installée sur le rond-point en face de la mairie annexe, est un hommage magnifique à ce grand « homme de mémoire » et militant réunionnais qui nous a quittés accidentellement en mer en 2014.

D’ailleurs, après le dévoilement de sa statue en présence du groupe musical Renésens, a eu lieu celui de la plaque qui est consacrée à son œuvre et une jeune de Sainte-Suzanne, Anaïs Philogène, en a fait la lecture. Cela a été suivie par des allocutions très émouvantes de Dolaine Fuma-Courtis, d’Aline Murin-Hoarau, représentante de la Région, et de Maurice Gironcel, le maire de Sainte-Suzanne.

Le combat pour la liberté et la responsabilité

Une seconde cérémonie également très intéressante s’est déroulée ensuite devant la stèle d’Edmond Albius au Bocage, avec notamment une visite des expositions et ateliers commémorant le 10 Mai, un dépôt de gerbe et une minute de silence en hommage à nos ancêtres esclaves, une lecture de textes par les enfants, dont un appel pour la Paix. Cette cérémonie a continué avec une très riche allocution de Maurice Gironcel, qui a notamment lancé un appel à l’union de notre peuple pour continuer son combat pour la liberté et la responsabilité.

Le dirigeant du PCR a aussi rendu hommage à Damien Aupiais, un des leaders du groupe musical Renésens, décédé dans les bras de Sudel Fuma le 10 mai 2005 à Madagascar suite à un accident de la route. Et finalement, c’est une très belle série de maloyas qui a conclu cette cérémonie grâce aux talents des jeunes artistes du groupe Koulèr Mon Nasyon, qui prouvent à quel point la jeunesse réunionnaise est fidèle aux combats de ses ancêtres combattants de la liberté.

Correspondant


Kanalreunion.com