Culture et identité

De Paris au village de La Rivière des Galets, Le chemin d’un vrai Réunionnais né un jour loin de chez lui…

Exposition

Témoignages.re / 28 novembre 2012

C’était il y a quelque temps déjà. Les années 1980 étaient largement entamées. Nous nous étions rencontrés. Je me rappelle.

JPEG - 27.8 ko

C’était place Clichy,

Loin là-bas à Paris.

Le métro annonçait

Qu’on se serait trompé

Si à l’autre station

– C’est la Fourche, attention ! –

Nous ne descendions !

C’était le « Quarant’deux »

D’un immeuble miteux

Dont l’escalier de bois

Pliait sous notre poids. J’essaie d’imaginer

Si la porte fermait,

Car il me semble bien

Que, pour tous les Domiens

Pour boire le café…

Trouver à qui causer…

Un lit pour se coucher…

Des nouvelles échanger…

Du courrier à laisser,

Il suffisait d’entrer ! ».

C’est là que je l’ai rencontré et, au fil des semaines et puis du temps, connu et apprécié. Car très vite Alain Dreneau adopta notre petit territoire comme terre de vie, lui qui avait sillonné la France et le Maghreb lorsque, très jeune sorti d’une Ecole des Mines de la métropole, il eut son diplôme d’ingénieur en poche. Il choisit notre île du bout du monde, convaincu que « notre là-bas » deviendrait très vite « son ici » . Je me rappelle ses premiers pas au Port, sa caméra et son appareil photo en bandoulière, curieux de tout ce qu’il voyait et qui le remplissait d’émotions. Il est venu… tu es venu, Alain, te fixer ici sur notre petit caillou de l’océan Indien, convaincu et séduit, pour porter témoignages par le son et l’image.

« Tu t’es bien débrouillé

Et t’es bien promené,

Caméra au poignet,

Ta valise à la main

Pour nous rapporter plein

La vie des bidonvilles

Et des idées utiles.

Ce fut un jeu d’marmailles

De faire que ton travail

Se déplaça alors.

Et je te vois encore

Devenu reporter

Et homme à tout faire,

Passant à la télé,

Sur la moto juché,

Couvrant l’événement,

Ecrivant, corrigeant,

Organisant le Sport

Afin qu’on soit plus fort.

Oui, je te vois encore

T’interrogeant bien fort

Sur la bonne formule,

De l’attaque ridicule,

La réplique à trouver

Pour leur casser le nez

A tous ces abrutis

D’adversaires pourris !... ».

Alain Dreneau a choisi d’offrir plusieurs dizaines de ses photos à notre attention, à une attention qui, par delà nos regards d’hommes et de femmes, peut être faite d’intelligence et d’amour. Ses photos, il les a un jour fixées depuis les ruelles du Cœur Saignant et du village de La Rivière des Galets, ruelles vivantes et riches de ceux et de celles de tous les âges qui y avaient leurs cases et leurs poulaillers, leurs boutiques et leurs terrains de jeux, leurs terres d’apprentissage de la vie et leurs lieux d’éveil aux luttes de demain. Alain a choisi de faire revivre ces périodes fortes et ces moments de tranquille assurance derrière le noir et le blanc. Un clin d’œil à Lucet Langenier qui nous rappelait souvent que « le noir et le blanc ne sont pas des couleurs, mais des valeurs ».

Raymond Lauret

NDLR : L’exposition de photographies noir et blanc d’Alain Dreneau se tient à la Médiathèque Benoite Boulard au Port, jusqu’au 15 décembre…

JPEG - 30.7 ko
JPEG - 33.7 ko
JPEG - 34.2 ko


Kanalreunion.com