Culture et identité

Des livres pour enfants adaptés aux contextes africains

Lutte contre la pauvreté

Témoignages.re / 27 juin 2011

L’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA) et le Bureau régional de l’UNESCO à Dakar, au Sénégal, vient de sortir “Cultures d’enfance”, une collection africaine de livres pour enfants, qui répond à un manque patent de livres pour enfants, adaptés aux contextes africains.

Le concept de “Bouba et Zaza” a été développé par le Groupe de travail de l’ADEA sur le développement de la Petite enfance (GTDPE) et le Bureau régional de l’UNESCO à Dakar, appuyés par des spécialistes de l’Éducation de l’ADEA et de l’UNESCO en Afrique, en partenariat avec la maison d’édition Michel Lafon Éducation et des illustrateurs africains.
“Culture d’enfance” apporte une réponse à une étude réalisée en Côte d’Ivoire, au Ghana, en Sierra Leone et au Togo, qui montre que les familles, particulièrement celles des zones rurales, ne disposent généralement pas de livres pouvant permettre aux parents d’accompagner l’éducation des enfants, de la naissance à l’âge de quatre ans.
À travers les expériences de "Bouba et Zaza" qui en sont les personnages principaux, la collection vise à développer chez les jeunes enfants de l’âge de trois à huit ans des compétences de vie et de socialisation, en dehors du contexte familial, tout en s’adressant aux plus grands enfants, aux parents et aux enseignants.

Des sujets délicats et importants

“Cultures d’enfance” aborde des sujets actuels qui affectent la vie des familles africaines et que les parents n’osent pas toujours aborder, parmi lesquels figurent le problème des guerres et des conflits, de la pandémie du VIH/SIDA, de l’eau et de la protection de l’environnement.
Les textes sont conçus pour permettre aux enfants de débattre de ces problèmes et, par là même, de mieux s’adapter à leur environnement et d’en être des acteurs dynamiques, en développant leur sens des responsabilités et leurs notions de justice, de « bien » et de « mal », en même temps qu’ils les aident à améliorer leur communication et leur maîtrise de la langue orale et écrite.
Pour la communauté dont l’enfant est issu, “Bouba et Zaza” établit une passerelle entre l’école, la famille et le milieu pour aborder aisément des sujets délicats, mais importants, tandis qu’il constitue pour les éducateurs, un support d’enseignement des aspects de la vie courante et un outil d’aide à la structuration et au maniement de la langue.
L’Afrique, qui compte 130 millions d’enfants en dessous de 6 ans, représentant 20% de sa population, dispose de la population la plus jeune dans le monde.

Augmenter le niveau de formation

L’importance à accorder aux programmes d’éducation et de protection de la Petite enfance se justifie par les multiples facteurs qui affectent les familles africaines et leurs enfants, davantage qu’ailleurs dans le monde.
C’est ainsi que le communiqué rappelle que, sur les 49 pays du monde où la malnutrition sévère ou chronique touche 38% des enfants de moins de 5 ans, 30 sont en Afrique subsaharienne, tandis que le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans est de 158 pour 1.000 naissances pour la région Afrique contre 71 pour 1.000 dans le monde.
Par ailleurs, les recherches internationales montrent qu’une alimentation adaptée, des soins médicaux et une stimulation intellectuelle pendant les premières années de la vie améliorent les aptitudes des enfants et leurs capacités d’apprentissage tout au long de la vie.
Elles indiquent également que la disponibilité de livres dans les familles influe sur le niveau d’éducation atteint et que les enfants qui ont de nombreux livres à la maison restent à l’école environ trois ans de plus que ceux qui n’en ont pas.
On rappelle que le Groupe de travail sur le développement de la Petite enfance (GTDPE) de l’ADEA a été créé pour favoriser l’adoption par les décideurs de politiques et programmes propices au développement des jeunes enfants, à travers des actions de plaidoyer, de recherche et de soutien aux pays, pour le développement de politiques et programmes intégrés.


Trois lacs du Kenya inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO

Le Comité du patrimoine mondial a inscrit le Réseau de trois lacs du Kenya, dans la Vallée du Grand Rift sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.
Le Réseau des lacs du Kenya est composé de trois lacs interconnectés et peu profonds, à savoir le Lac Bogoria, le Lac Nakuru et le Lac Elementaita.
Il se trouve dans la province de la Rift Valley au Kenya et héberge 13 espèces d’oiseaux menacées sur le plan mondial.
C’est le plus important site de nourrissage de la planète pour les flamants nains et un important site de nidification et de nourrissage pour les pélicans blancs.
On y trouve aussi des populations de bonne taille de mammifères dont le rhinocéros noir, la girafe de Rothschild, le grand koudou, le lion, le guépard et le lycaon.
Le site se prête particulièrement bien à des études sur des processus écologiques particulièrement importants.


Vie de nos sections

Ensemble, comment mener le débat avec nos adhérents(es) et la population. Quelles perspectives pour 2012, en renforçant notre Parti par une campagne dynamique des adhésions.

Programme des réunions de cellules pour le mois de juin 2011

• Section de Sainte-Suzanne
Mercredi 29 juin à 17h : Ville, Village, Marine, Bellevue, Renaissance…

• Section de Trois-Bassins
Mardi 28 juin à 18h : Assemblée générale

• Section de La Possession
Le 27 juin à 17h : Ravine à Malheur et Sainte-Thérèse
Le 28 juin à 17h :
Ville et Bœuf Mort

Le 29 juin à 17h :
Saint-Laurent
Le 04 juillet à 17h :
Dos D’Ane - Pichette - Rivière des Galets


Kanalreunion.com