Culture et identité

Des marmailles à la découverte du Musée de Villèle et du Lazaret

"Les Portes du temps"

Témoignages.re / 5 août 2009

"Les Portes du Temps" ont été lancées à l’initiative du ministère de la Culture et de la Communication au château de Fontainebleau en 2005. L’objectif de cette action est clair : ouvrir les sites patrimoniaux de façon volontariste et adaptée aux jeunes qui ne partent pas en grandes vacances, -tout particulièrement en faveur de ceux et celles qui, pour des raisons sociales, économiques et culturelles, n’ont pas accès à ce patrimoine, ne se sentent pas concernés, voire le plus souvent se sentent exclus de l’univers culturel- : les jeunes issus de zones sensibles, tant urbaines que rurales. Il est essentiel, en effet, que tout un chacun perçoive que le patrimoine culturel national est un bien commun et qu’il a un sens pour tous dans notre vie d’aujourd’hui et de demain.


"Les Portes du Temps" à La Réunion

Pour la seconde édition, "les Portes du Temps" se dérouleront sur deux sites du Pôle Histoire du Conseil général de La Réunion à savoir : le musée de Villèle et Le Lazaret de La Grande Chaloupe. Ces sites ont été choisis en raison de leur forte valeur historique, témoignages de l’esclavage et de l’engagisme, caractéristiques de la société de plantation. "Les Portes du Temps" s’inscrivent aussi bien dans une démarche d’éducation au patrimoine et à la citoyenneté. L’histoire de l’esclavage et des engagés est très présente dans l’identité culturelle des Réunionnais et de façon plus générale, des territoires de la zone de l’océan Indien. Elle a façonné la société actuelle dans sa diversité ethnique et dans les rapports entre les personnes.
{}

• Le musée de Villèle

Situé sur la commune de Saint-Paul, il est créé en 1974 sur une ancienne propriété coloniale qui s’étend aujourd’hui sur plus de 10 hectares. Le domaine évoque le cadre de vie d’une riche famille de planteurs créoles qui a marqué l’histoire de La Réunion aux XVIIIème et XIXème siècles, les Panon Desbassayns. Il constitue un témoignage important de l’économie de plantation qui nécessite, jusqu’en 1848, le recours au système esclavagiste puis, après l’abolition de l’esclavage, le recrutement de travailleurs engagés originaires des îles et pays de l’océan Indien, Afrique, Madagascar, Comores, Chine, Inde…

• Le Lazaret de La Grande Chaloupe

Lieu de mémoire emblématique de l’histoire du peuplement de La Réunion, il est situé entre Saint-Denis et La Possession. Ouvert au public en 2008, cet ensemble patrimonial fut construit durant la seconde moitié du XIXème siècle afin d’éviter les risques d’épidémie. Il fait l’objet d’une vaste campagne de restauration depuis plusieurs années. Une exposition présentée dans l’ancien pavillon d’isolement retrace les conditions de vie de ce lieu de quarantaine. Le séjour aux lazarets était une obligation pour les travailleurs engagés nouvellement arrivés à La Réunion avant d’être répartis dans les plantations.

Cette année, les centres de loisirs de Sainte-Suzanne participent à l’opération commune où la famille Panon Desbassayns, ancienne propriétaire du Domaine de Villèle, possédait des terres qu’elle exploitait pour la culture de la canne à sucre. Dans le cadre des activités proposées par le CCAS de la ville, l’objectif est aussi de sensibiliser les enfants de Sainte-Suzanne à leur patrimoine par le biais des "Portes du Temps".

Thématiques du parcours
Musée de Villèle
• L’habitat des esclaves et des maîtres : de la paillote à la maison coloniale.
• Un héritage culturel de l’esclavage : le maloya et le moringue.

Lazaret de La Grande Chaloupe
• Peuplement et métissage : l’étude des portraits d’engagés.
• Une technique de décor : la fresque sur l’enduit à la chaux.

Public-Période-Fréquence
Enfants âgés de 10 à 12 ans fréquentant les accueils de loisirs de la commune de Sainte- Suzanne.
• Animateurs et directeurs des accueils de loisirs de la commune de Sainte-Suzanne.

L’opération se déroule depuis le 20 juillet 2009 jusqu’au 7 août 2009. Pour cette année, des mini camps sont organisés sur chaque semaine. Les enfants, au nombre de 24, viendront chaque semaine pendant 4 jours sur les sites (16 jeunes à Villèle et 8 au Lazaret) pour travailler sur le projet. Ils seront logés au centre Jacques Tessier à La Saline. Ils seront accompagnés de 3 animateurs. Durant l’opération, nous aurons au total 72 enfants et 9 animateurs qui participeront.

À l’issue de l’action, une journée de valorisation sera organisée le vendredi 7 août 2009 au centre de loisirs René Manglou à Sainte Suzanne (Quartier Français). Durant cette journée, les enfants mettront en scène les connaissances acquises durant l’opération.


Rendez-vous à Villèle et aux Lazarets

La première journée est consacrée à la visite guidée des deux sites par les médiateurs culturels et des ateliers diversifiés sont proposés les autres jours, animés par différents intervenants.

Musée de Villèle : paillote, moringue et maloya

• Intervention de L’association Kan Villèle
Cette association de proximité existe depuis 1993, créée dans le but de valoriser le quartier de Villèle situé aux abords du musée, lieu où se trouvait l’ancien camp d’esclaves qui travaillaient sur le domaine. Les bénévoles de l’association proposent aux enfants une découverte de l’organisation et de l’évolution de leur quartier. Cette découverte porte aussi sur l’habitat des esclaves et permet de comprendre la technique de construction des paillotes traditionnelles utilisant les matériaux naturels (pailles de cannes à sucre, cordes d’agaves (choka et kadèr)). Par cette action, les enfants se feront une meilleure idée des conditions de logement des esclaves.

• Intervention de l’association Vue Belle Moringue
Cette association existe depuis 2004, créée dans le but de faire découvrir le moringue aux jeunes, de valoriser la recherche identitaire et patrimoniale et de fabriquer des instruments traditionnels. Cette association propose aux enfants une initiation au moringue, un art guerrier ancestral de La Réunion et d’origine Afro-Malgache qui allie à la fois danse, combat, acrobatie, musique et chant. Il fut interdit en 1946 puis de nouveau autorisé en 1996.

• Lazaret de La Grande Chaloupe : photographie et art mural

- Raymond Barthes est photographe professionnel depuis 28 ans. Son travail aux Archives départementales de La Réunion l’a amené tout naturellement à aimer l’histoire, à travers les documents écrits, l’iconographie. Passionné par l’image, il réalise des photographies d’art, s’intéresse au court-métrage et aux réalisations multimédias. Il expose régulièrement à La Réunion, en métropole et à l’étranger. Il a présenté un ensemble de photographies sur La Grande Chaloupe au musée Villèle début 2009, et exposera en septembre à Paris, au musée du Quai Branly, à l’occasion de "Photoquai" 2009. En outre, il a réalisé les reproductions photographiques de portraits d’engagés exposées au Lazaret. Cet artiste propose aux enfants deux thèmes de travaux en lien avec la photographie :

• "Traces et présences" : une approche qui fait référence à l’archéologie et aux traces laissées par l’histoire dans un lieu déserté.
• "De l’ombre à la lumière" : un travail sur le portrait qui donne libre court à l’imagination et à la création des enfants.

- Patrick Drieu est artiste peintre autodidacte. Il a commencé dans la publicité en 1980 en faisant de la création graphique et à partir de 1982 il a réalisé des illustrations de contes pour enfants. En 1991, il présente une exposition "Drôles d’échecs", et en 2004 une exposition de peintures à la galerie Taothé. Il est l’auteur des peintures murales ornant les murs du Lazaret de la Grande Chaloupe. L’artiste propose aux enfants une approche de la représentation des portraits d’engagés d’après des documents d’archives afin de réaliser des fresques sur des panneaux contreplaqués.

À l’issue du séjour, une invitation sera remise aux enfants afin de venir visiter gratuitement le musée avec deux adultes de son choix.


Principes des "Portes du Temps"

Les jeunes sont accueillis dans le cadre de groupes constitués provenant d’accueils de loisirs. La mise en œuvre de l’opération dans chacun des sites est confiée à un opérateur extérieur spécialisé dans les animations qui font appel à de nombreuses disciplines (association culturelle, compagnie théâtrale…). Il conçoit, en collaboration avec les équipes pédagogiques sur place, et assure la mise en œuvre du programme d’accueil et des animations.
Chaque groupe d’enfants reçoit un accueil personnalisé afin de l’aider à se familiariser et à se créer des repères dans un univers souvent nouveau pour lui.
Pour un groupe, "Les Portes du Temps" se déroulent sur un temps donné pendant lequel chaque jeune participe à des ateliers, des mises en scènes, des visites inédites et interactives du site. Les séquences d’observation alternent avec des activités dynamiques de pratique artistiques (peinture, dessin, photographie, danse, théâtre…) et-ou sportives (l’escrime pour un tournoi, l’escalade pour l’attaque d’un château fort…).
À l’issue du temps donné, chaque jeune repart avec un "pass-ambassadeur" qui lui permettra de revenir sur un des sites participants, accompagné de deux adultes de son choix, afin qu’il puisse leur ouvrir à son tour les portes du temps…


Partenaires des "Portes du Temps"

L’opération est une manifestation du Ministère de la Culture et de la Communication, coordonnée par la direction des musées de France. Elle est mise en œuvre par la réunion des musées nationaux et le Centre des monuments nationaux.
"Les Portes du Temps" bénéficient d’un soutien important de la politique de la Ville, dans le cadre d’objectifs communs en faveur de la cohésion sociale, de la lutte contre l’exclusion et de l’accès des publics défavorisés à la culture. L’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances est en effet partenaire de l’opération et les préfectures contribuent très fortement aux "Portes du Temps", en relation avec les directions régionales des affaires culturelles. "Les Portes du Temps" reçoivent également un important soutien de collectivités territoriales.
Les Fédérations d’éducation populaire signataires de la charte culture/éducation populaire, tout particulièrement les FRANCAS et la Fédération des centres sociaux, se sont associées au ministère de la Culture et de la Communication dès l’origine des "Portes du Temps", avec la conviction qu’une offre adaptée et un travail de sensibilisation et de formation des réseaux des structures d’accueil des jeunes sont des conditions nécessaires au succès et à la pérennité de l’opération.



Offre de formation des animateurs

Afin de mener à bien ce projet, les Francas ont proposé, en amont, un séminaire de formation aux directeurs et aux animateurs des centres de loisirs sur l’approche du patrimoine dans les projets pédagogiques et d’animations.
Ainsi, par ce séminaire, les acteurs ont eu une approche de l’utilisation du patrimoine dans les loisirs éducatifs des enfants. Ils ont découvert aussi l’opération "Portes du Temp"s et son intégration dans le projet de leur structure.


Partenaires de l’opération à La Réunion

Ministère de la Culture et de la Communication, secrétariat d’État à la Politique de la Ville, l’Acsé, Fondation EDF-Diversiterre, Fondation Crédit Coopératif, DRAC Réunion, Direction jeunesse et sports Réunion, Conseil général de La Réunion, Contrat urbain de cohésion sociale de Sainte-Suzanne, CCAS de Sainte-Suzanne, les Francas de La Réunion


Kanalreunion.com