Culture et identité

« En sérénité, pa an batay »

Geoffroy Géraud-Legros / 28 juin 2011

Lantant pou fé respek nout droi avait donné hier rendez-vous à la presse dans les locaux de Lofis la lang kréol, situé au Port. Contre les propos du président de Région à l’encontre du Créole réunionnais et des charges répétées contre la culture, ses membres veulent un retour à la raison… et appellent à manifester devant la Région ce jeudi.

« Trop, trop loin, une fois de trop ». C’est en ces termes que Laurita Alendroit, militante culturelle bien connue, a réagi aux propos tenus par Didier Robert, président de la Région, à l’encontre de la langue créole, lors de l’émission « décentralisée » de France-Inter. Des propos qu’elle juge « humiliants, dégradants pour les Réunionnais ». À ses côtés, Patrice Treuthardt, Aude-Emmanuelle Hoareau, auteure de l’ouvrage "Concepts pour penser Créole", Aurélie Fillain, enseignante et militante culturelle, ainsi que l’écrivaine Brigitte Croisier ont apporté leur soutien à la pétition lancée par Lantant réyoné pou fé réspèk nout droi. « Nou va pa solman dénonsé so bann komportman ke nou té kroi té fini » annonce Laurita Alendroit, présentant le texte qui demande le respect, la valorisation et l’enseignement de la langue créole. « Nou va luté. En sérénité, pa an batay ».

Combat d’avenir

Les scientifiques, poursuit-elle, sont « nombreux à avoir démontré que la prise en compte de la langue maternelle permet un développement harmonieux ». « Nou ni di : lé zanfan Larénion na osi se droi la ». « Nous ne sommes pas des agitateurs », affirme Giovanni, enseignant. « Nou sé demoune ki rann anou kont d’in réalité. Tou lé jour, ni oi zanfan lé détrui. Ni mèn in batay, et se batay la ni mèn pounout tout, pou lavenir Larénion ». Un combat qui « devient impossible lorsque les élus sont les premiers à dévaloriser notre langue et notre culture », regrette-t-il. Aude-Emmanuelle Hoareau et Patrice Treuthard ont insisté sur le caractère passéiste du discours tenu par M. Robert, et, plus généralement, des orientations du régime installé par l’UMP à la Région depuis un peu plus d’un an. « On diré bana i vé efase toute. Parey le tram-train, parey la Maison des civilisations » affirme Patrice Treuthardt. En colère, mais guère surpris : dressés contre la langue et la culture créole, on retrouve, selon lui, « les mêmes ».

Le mur idéologique

Interrogeant ses souvenirs, l’artiste restitue des anecdotes édifiantes. Telle que ce concert à Saint-Denis, au cours duquel une Bernadette Ladauge coupait le micro au groupe Ziskakan. « Tou le peu lé de retour. Ladauge, Farreyrol, lé Manglou etc. Toute sat la touzour été kont nou. Dan zot kèr nana la haine ». Une coterie ultra-conservatrice entrée, dénonce-t-il, dans une logique de destruction. « Didier Robert isa fé ferme Lofis la lang kréol » prévoit-il, appelant au sursaut. « I fo demoune i kompran. I fo bann zélu i pran konsians, la lang lé en danjé. I fo défann sa konm sik i défann in budget, konm sik i défann la vérité dann lafèr Larast. Bana la rèt bloké dan lé zané 70 », dénonce P.Treuthard, pour qui cette réaction culturelle a « érigé un mur idéologique. D’un côté il y a eux. Eux, c’est le Bien, de l’autre côté, c’est le Mal, les « chiens, les kafs, les communistes. » Une régression que les militants pour le respect de la culture créole appellent à dénoncer lors de la manifestation qui aura lieu jeudi, face à l’hôtel de Région.

Geoffroy Géraud-Legros


« Au-delà du Créole, défendre la diversité linguistique »

Pour Aude-Emmannuelle Hoareau, la stratégie du président de Région cherche à « enfermer les partisans d’une cause juste et largement reconnue ailleurs dans une image de contestataire, et d’activistes groupusculaires ». Pourtant, rappelle-t-elle, des conventions existent en Martinique, relatives à l’usage de la langue. Sans parler de l’Hexagone, où les langues régionales retrouvent droit de cité. La démarche dans laquelle nous nous inscrivons n’est pas seulement centrée sur le créole réunionnais, précise-t-elle, affirmant la nécessité de « défendre la diversité linguistique, alors que 25 langues disparaissent chaque année ».


« Le rôle décisif des politiques »

« Plaquer un système hexagonal sur une île qui n’a pas les mêmes repères » tels est, selon Laurita Alendroit, le vice fondamental de l’éducation à La Réunion, qui « essaie de lutter contre l’illettrisme sans référence à la langue maternelle ». . « On répète en boucle 110.000 illettrés, 110.000 illettrés. Mais que fait-on ? Sur le terrain, on ne voit rien venir ». La militante pointe un système qui a creusé les inégalités : « il y a plus de bacheliers, on fait plus plus d’études, mais d’autre part, il y a un accroissement du nombre des illettrés ». Comment lutter ? « Nou essaye avec les ti zouti ke nou néna », dit-elle, mais le passage décisif à l’action consisterait dans « l’implication des politiques ». Une demande portée par la pétition, qui envisage entre autres pistes une convention comparable à celle qui a été signée entre l’État et la Région Martinique.


« Makro anou mèm »

Jacqueline Farreyrol, Didier Robert, Bernadette Ladauge… C’est à La Réunion que se trouvent, selon Patrice Treuthardt, « les pires ennemis de la langue ». « Na lontan Danyèl [Waro] la di anou : anou mèm makro, makro la pa déor ».


Terrorisme intellectuel

Aurélie Fillain, enseignante, de nombreux enseignants ont été choqués par les propos de Didier Robert… mais ont « peur » de se manifester, craignant d’être « enfermés dans des polémiques politiques ».


Pou réspèk, pou pouss pli devan, pou amontré, pou mèt an lèr la lang kréol èk la kiltir Larényon.

Voici le texte présenté par Lantant Rénioné pou fé réspèk nout droi pour le respect, la valorisation et l’enseignement de la langue créole.

« Depi kèktan bann zaménèr la politik i arèt pa zir le momon la lang kréol. Dernié kou, Messié Didier Robert, parlfèt le prézidan konsèy rézional, la moukat lamontraz kréol dan lékol ; li la fé sa si in gran radio piblik.
Lé pa le premié foi domoun i rant an gran konmsa kont la kiltir nout péi. Konsèy rézional koméla i prétan pa pran nout kiltir an kont, sof si i tir tout son kapab, tout son rishèss. Ni artonm konm dann tan bann zané 60 sinonsa 70.
Tout bann gran zangoun néna si la tèr — ziska la « banque mondiale » — i koné ou gingn pa amènn in péi pli devan si ou baz pa si son lang, si son kiltir.
Kisoi protéz la lang bann marmay, kisoi amontr ali , kisoi pouss ali pli devan, kisoi mèt ali an lèr, sa i tonm in droi parlfèt. Na bonpé péi èk bonpé gran zangoun la fé rekonèt se droi la ; zot la mark sa dan in loi : l’ONU aou , l’UNESCO aou, Lérop aou, la Frans aou.
La kiltir Larényon lé rish ; la kiltir Larényon lé pa fasil pou trapé. Dann péi la, shakinn la amène in zafèr ; shakinn la gingn mèt ansanm pou fé in kiltir k’ lé in biendfon pou tout demoun. La kiltir Larényon i invant toultan zafèr nèv. Dan la lang kréol, nou lé kapab voir tousala an gran. Lang la la tonm zarlor pou tout demoun si la tèr, lèr maloya la rant dann ron biendfon l‘UNESCO.
Détroi zaménèr la politik i rakont la pa bézoin apran la lang out papa-momon, la pa bézoin pouss ali pli devan, la pa bézoin amontr ali, la pa bézoin mèt ali anlèr. Zot i rakont la krak, zot i gaskonn, zot i di la mantri. La pa akoz ou apran la lang kréol ou sar pa kapab pran le fransé pou ou, sinonsa dot kozé ; o kontrèr ! Parlfèt, si ou apran bien la lang kréol, ou va gingn ossi mié artrouv bann gran lang Loséan Indien konm malgash, shimaoré, shingazidza, swhahili, gouzrati, tamoul shinoi. Tanpir nou va konèt nout lang kréol, tanpir nou va mèt ali an lèr, tanpir nou sar fièr koz ali, ékri ali, tanpir nou sar gadyanm, debout si nout dé pié. Lèrla nou va gingn rouv an gran nout bra, nout kèr, nout kor, nout tèt pou fé rant anndan tout bann lang nana si la tèr, tout bann kiltir nana si la tèr.
Anrézon, ni demann bann zaménèr la politik mèt in gran laryaz ansanm bann zirman, bann mové kozé, bann tapaz kont la lang kréol, épila kont sak i vanz pou li, i armont ali, i mèt ali anlèr.
Anrézon, konm le prézidan konsèy rézional la malparl an piblik si la lang, ni demann a li demann pardon pou sa.
Anrézon, ni demann konsèy rézional mèt anlèr la lang kréol, done in gran koudmin pou son lamontraz, inpé konm konsèy rézional La Martinik la fé dan son lakor ansanm la Frans ».

Lantant Rénioné pou fé réspèk nout droi.


Kanalreunion.com