Culture et identité

Festival International du Film d’Afrique et des îles

Programme d’aujourd’hui

Témoignages.re / 27 septembre 2010

A l’Ecole supérieure des Beaux-Arts de La Réunion
12h30 : “Cabo verde Kontinuasom”, d’Oscar Martinez, Cap–Vert, Espagne 2010. Doc 80’ Film musical
14h30 : “Après la plage”, de Pierre Lane, France/Maurice, 2010. Doc 52’ (*) en présence de G. Chellapermal et du journaliste de “Week End” Norbert Louis.
15h00 : “Ruz”, de Gopalen Chellapermal, Ile Maurice, 2009. Fiction 7’
15h30 : “Pas, un film qui s’appelle Pas”, de Jean-François Manicom, Guadeloupe, 2009, 52’. Doc poétique et urbanistique créole

Au Casino du Port
17h-18h : “Rencontre Les écoles de l’Image”/entrée libre jusqu’à 18 heures
L’Ecole APCA, avec son directeur Oumar Ndiaye (Festival de Dakar) et un film de ses étudiants : de la série “L’état, le ciel, la banlieue” : “La colère du ciel”. Hommage au maître du documentaire ouest-africain Samba Felix Ndiaye, et à notre ami le réalisateur disparu El Hadji Samba Sarr, Sénégal.
17h00 : “La colère du ciel”, par les étudiants de l’APCA de Dakar, 2009, Doc, 15’ (*)
17h30 : “Guet Ndar”, Tant qu’il y aura des pirogues, d’Oumar Ndiaye, Sénégal, 2007. Doc 26’ (*)
18h30 : “Paroles sur images”, d’Alain Dufau et Joseph Césarini, France/Corse, 2010. Doc 80’ (*), Première de la version complète.
20h30 : “S’en fout la mort”, de Claire Denis, France, 1989. Fiction 110’ (*) en présence du scénariste Jean-Pol Fargeau.
22h30 : “Sombras”, d’Oriol Canals, Espagne, 2010. Documentaire 90’


• “Guet N’Dar tant qu’il y aura des pirogues”, de Oumar Ndiaye.

Saint-Louis du Sénégal. Village des pêcheurs de Guet-Ndar.
C’est à partir de cet endroit que beaucoup de jeunes Sénégalais tentent l’impossible : traverser l’Atlantique en pirogue pour rejoindre l’Espagne. Un voyage fou et insensé qui n’est possible que s’il est porté par un rêve immense, par la conviction que la vie est plus belle de l’autre côté. Chacun d’eux, au travers de témoignages, nous parle de sa vie, des obstacles qu’il a rencontrés lors de la traversée, des ses rêves d’un ailleurs.
Mais pour voyager en mer, il faut aussi se laisser porter par des pirogues. Des pirogues complices…


• “Ruz”, de Gopalen Chellapermal.

Une famille très métissée est réunie pour un repas. Autour de la table sont assis la grand-mère, d’origine créole, le grand-père, d’origine tamoule, la fille de ces deux derniers, son mari d’origine chinoise et leur fille de 10 ans. Se trouvent là également le fils du vieux couple et sa femme, d’origine musulmane, ainsi que leur fils de 7 ans.
Ce dernier peint en rouge, pour une blague, fait ressortir les stéréotypes...


• “S’en fout la mort”, de Claire Denis. 
Avec Isaach de Bankolé, Alex Descas, Jean-Claude Brialy…

Deux Noirs, Dah et Jocelyn, l’un originaire du Bénin, l’autre des Antilles, vivent clandestinement en France. Un patron de boîtes véreux, Pierre Ardennes, les a engagés pour organiser des combats de coqs dans un restaurant d’autoroute désaffecté à Rungis. Les deux hommes entraînent leurs bêtes. Jocelyn entretient des rapports étonnants avec les animaux. Les premiers combats sont un succès. Mais les spectateurs se lassent vite : Jocelyn, dont le champion s’appelle "S’en fout la mort", met à ses bêtes des ergots en plastique. Ardennes voudrait relancer l’intérêt de son public en leur adaptant des ergots en acier coupant. Jocelyn refuse et son malaise grandit face aux combines douteuses d’Ardennes, qu’il menace plusieurs fois de quitter. Mais Toni le retient. Toni, c’est la femme d’Ardennes, qui tient le café du quartier où tous se retrouvent et où tous les hommes tournent autour d’elle, y compris le propre fils d’Ardennes, à qui elle se refuse. Toni est très troublée par Jocelyn, mais ils savent bien tous deux qu’ils ne peuvent partir ensemble. Le jour où éclate une crise plus violente avec Ardennes, Dah accepte de recourir aux ergots en acier. Jocelyn, qui a entre-temps sombré dans l’alcool, voit son champion, qu’il a appelé "Toni", se faire éventrer au cours du combat. Saoul, il se précipite pour le sauver. Une bagarre éclate au cours de laquelle le fils d’Ardennes le tue d’un coup de couteau. Le lendemain, tout le monde est arrêté. Dès sa libération, Dah reprend l’avion.
(Source : Wikipédia)


Kanalreunion.com