Culture et identité

« Fidèle à ses principes, inébranlable dans ses décisions »

Témoignages.re / 7 décembre 2013

Lors d’une rencontre avec des journalistes de la télévision hier après-midi, Paul Vergès est revenu sur quelques enseignements de la vie de Nelson Mandela.

Pour le co-fondateur du PCR, Nelson Mandela a une aura comparable à celle de Gandhi ou de Martin Luther King. Il était « fidèle à ses principes, inébranlable dans ses décisions ». Car qui aurait refusé sa libération en échange du renoncement à l’abolition de l’apartheid ?

Paul Vergès revient sur deux initiatives dans laquelle des Réunionnais se sont impliqués.

La première, c’était après le massacre de Sharpeville en 1960. Nelson Mandela a eu la conviction de l’action pacifique ne suffisait pas, et qu’il était nécessaire d’évoluer vers la lutte armée contre l’apartheid. Il a fait une tournée des capitales d’Europe de l’Est et d’Afrique. C’est au Maroc qu’il a rencontré Jacques Vergès, et c’est d’un Réunionnais qu’est venue la décision de fournir la première livraison d’armes à l’ANC. Nelson Mandela s’est toujours souvenu de cette aide de La Réunion, indique Paul Vergès.

La seconde, c’était quand l’Afrique du Sud de l’apartheid avait lancé une offensive contre les pays voisins. En tant que député au Parlement européen, Paul Vergès avait alors dirigé une mission parlementaire qui s’est rendue dans les pays de la "ligne de front" : de l’Angola au Mozambique.

Une image a marqué le sénateur. C’est quand Nelson Mandela avait serré la main du capitaine de l’équipe d’Afrique du Sud de rugby. Pendant l’apartheid, ce sport était réservé au blanc, mais c’était un Sud-Africain que le dirigeant de l’ANC avait alors salué.

Nelson Mandela s’est battu pour changer un système, et Paul Vergès constate qu’aujourd’hui, les déclarations constatant l’impasse du système à La Réunion se multiplient.