Culture et identité

“Gaïa”, une approche artistique du développement durable

Teddy.B expose du 6 au 18 avril au Conservatoire botanique de Mascarin

Sophie Périabe / 8 avril 2010

L’artiste réunionnais Teddy.B présente “Gaïa”. Cette exposition se veut une approche artistique et sensible du développement durable et un moyen de sensibiliser le public au respect de la nature à travers l’art contemporain. Il sera présent au Conservatoire botanique de Mascarin le samedi 17 avril pour une rencontre avec le public.

Du 6 au 18 avril, le Conservatoire botanique de Mascarin accueille “Gaïa”, une exposition réalisée par l’artiste Teddy.B dans le cadre de la Semaine du développement durable.
Après de nombreuses années en tant que peintre copiste et après différentes réalisations pour des particuliers, l’artiste réunionnais prend le parti de présenter un travail beaucoup plus personnel et engagé, particulièrement dans la collection “Icônes” exposée en 2008 à la galerie Gora de Montréal, et jusqu’à aujourd’hui avec “Sebastien’s standard” exposé début 2010 à la galerie Oberkampf de Paris.
La présente exposition est basée sur des techniques de réappropriation et de recyclage (utilisation de chutes de matériaux, collages…), elle met en scène des matériaux végétaux récoltés dans la nature.
L’exposition est dédiée à la déesse Gaïa, déesse primordiale identifiée à la Terre-mère et capable d’enfanter le divin comme le monstrueux, le bon comme le mauvais…
L’exposition respecte cette dualité, sans porter de jugement. L’Homme est enfanté par la Terre, quelle que soit son action envers elle. L’exposition met en évidence le rapport omniprésent entre l’Homme et son environnement. Ainsi, selon l’artiste, le fait de ramasser les feuilles, et non de les cueillir pour en faire des créations, participe au respect des espèces végétales, du vivant et du milieu naturel.
L’exposition est aussi une façon de perpétuer avec respect le mélange du sacré et du profane, et d’entrevoir les coutumes locales des tisaneurs et des désenvoûteurs qui s’appuient régulièrement sur la nature qu’ils n’ont pas oubliée.
Le végétal soigne, mais parle aussi à l’âme humaine. À travers sa formation horticole, l’artiste tente de révéler la proximité « génétique » et « physique » entre l’Homme et le végétal, et de réduire l’écart que l’Homme creuse entre lui et la nature.
Le vernissage de l’exposition aura lieu ce samedi 10 avril à 10h et vous pourrez rencontrer l’artiste le samedi 17 avril au Conservatoire botanique de Mascarin.

 SP 


Kanalreunion.com