Culture et identité

Grande fête culturelle de l’unité Réunionnaise

Célébration du Nouvel An à Sainte-Suzanne

Sanjiv Dinama / 16 avril 2012

Sainte-Suzanne a célébré samedi soir le Nouvel An Tamoul devant un public venu nombreux assister au défilé des chars et à un spectacle de danses indiennes. Le Nouvel An Tamoul représente une importante fête réunionnaise du calendrier culturel sainte-suzannois.

La municipalité de Sainte-Suzanne a souhaité faire du Jour de l’An Tamoul une grande fête culturelle de l’unité Réunionnaise. Avec l’association Chapelle Front de Mer, co-organisatrice de la manifestation, le Nouvel An Tamoul a été placé sous le signe du partage, de la paix et de l’amitié entre les peuples.

Renforcer l’unité Réunionnaise

Maurice Gironcel, Maire de Sainte-Suzanne, a souligné que « le patrimoine de La Réunion se vit aujourd’hui dans sa grande diversité : c’est la rencontre des différentes cultures qui a donné naissance à la créolisation de la société. Tout ce qui constitue la culture réunionnaise (sa musique, sa danse, sa cuisine, sa langue …) est venu d’ailleurs. Puis, tout a été transformé, adapté… Il s’agit aujourd’hui de mieux partager cet élément fondamental de la culture réunionnaise (..). Le contexte national et international est marqué par de nombreux conflits. Nous devons entretenir le miracle de notre pays, le vivre ensemble quel que soit la confession religieuse et combattre toute les formes d’exclusions et de racisme. Renforcer l’unité Réunionnaise, c’est aussi l’objectif de la célébration du Nouvel An ».
La diversité culturelle est une force motrice du développement durable, elle représente un atout indispensable pour mieux vivre ensemble. C’est le cas de notre Maloya, inscrit au Patrimoine de l’humanité depuis 2009.
Le Maire de Sainte-Suzanne a également rappelé que « l’appropriation de notre Histoire a commencé avec Lucet Langenier, par la construction de la stèle à la mémoire de Edmond Albius, et que la municipalité poursuit ses cations avec le chantier de l’archéologie industrielle, la valorisation de la cheminée de l’usine et de l’histoire de Quartier Français et la programmation d’une salle de spectacles ».

Reconnaître, valoriser et respecter l’identité Réunionnaise

Les Réunionnais ne seront des acteurs responsables de leur développement que si leur identité propre, réductible à aucun autre, est pleinement reconnue, respectée et valorisée.
Il s’agit aujourd’hui pour les jeunes Réunionnais de se situer en tant que tels dans un monde en pleine mutation qui requiert un nouveau regard, une nouvelle écoute. L’Inde, la Chine ou l’Afrique du Sud deviennent des acteurs incontournables du 21ème siècle. La Réunion se trouve au cœur du bassin indo-océanique et à proximité du continent africain. Elle doit trouver les voies et moyens de s’insérer dans cet environnement géo-économique en pleine évolution, sous peine d’être marginalisée.
Vel Mounigan, président de l’association Chapelle Front de Mer a souligné que cette année « les associations étaient présentes dans les différents quartiers de la commune pour des manifestations, des spectacles qui ont permis au public, aux habitants des quartiers de vivre avec nous ce grand moment de fête ».
Eddy Adékalom, élu délégué à la culture, a quant à lui rappelé que « depuis 1994, la municipalité organise chaque année des festivités pour le jour de l’an tamoul, soucieuse de répondre à une demande de la population. Ce jour particulier met à l’honneur la culture indienne, partie intégrante de l’identité Réunionnaise ».

Sanjiv Dinama


Kanalreunion.com