Culture et identité

Henri Christophe - 1767- 1820 (Saint-Domingue)

100 noms pour le 10 mai avec la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise

Témoignages.re / 12 avril 2010

Né de parents esclaves en 1767 sur l’île de Grenade, Henri Christophe est affranchi par un officier de marine français lors de la prise de Grenade sur les Anglais.

En 1790, il rejoint en Haïti la révolte des indépendantistes. Il s’impose rapidement comme l’un des chefs du mouvement et est nommé général de brigade par Toussaint Louverture. Il devient ensuite général en chef de Jean Dessalines, qui s’est proclamé Empereur de l’île en 1804.

En 1806, Christophe s’allie au général haïtien Alexandre Pétion pour renverser Dessalines, et se proclame, en 1807, président de la partie Nord d’Haïti. Une courte guerre civile oppose les partisans de Christophe à ceux de Pétion et, en 1811, Christophe se couronne roi, sous le nom de Henry 1er.

Le règne de Christophe est arbitraire, mais il contribue à l’expansion économique du pays, et est célèbre pour les édifices qu’il réalise, tels le palais de Sans-Souci et la citadelle Laferrière, près de Cap-Haïtien.

En 1820, alors qu’il est terrassé par une attaque qui le laisse partiellement paralysé, un soulèvement se déclare. Accablé, il met fin à ses jours dans son palais de Sans-Souci.

Aimé Césaire s’intéressera au drame de ce combattant dans sa célèbre pièce “La Tragédie du Roi Christophe” (1963).


Kanalreunion.com