Culture et identité

Hommage aux ancêtres

Servis kabaré chez Madame Baba

Témoignages.re / 26 juillet 2010

Quand en 2005, le premier titre de Zarboutan nout kiltir est décerné par la Région, ce sont plusieurs acteurs de la survie et de la valorisation du maloya qui sont honorés, parmi eux se trouvait Gramoun Baba. Moins de 5 ans après cette distinction, le travail de l’équipe de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnais abouti à la reconnaissance du maloya en tant que patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO. Tout comme le maloya, le servis kabaré est une composante de la culture du peuple réunionnais. Et grâce à la lutte des militants, plus personne ne pourra plus effacer le servis kabaré et le maloya.

Un servis kabaré d’hommage aux ancêtres s’est tenu ce samedi à Bois de Nèfles Cocos Saint-Louis au domicile de Madame Baba. Au son du maloya et au rythme du roulèr une centaine de personnes ont célébré toute la journée et toute la nuit la mémoire des anciens, rendant bien étroite la petite case de l’impasse Turquoise. Débutée vers 18 heures, la cérémonie s’est achevée à l’aube.

Organisé chaque année au mois de juillet en hommage à Gramoun Baba, premier Zaboutan nout kiltir décédé le 11 décembre 2004, le servis kabaré de Madame Baba perpétue le culte des ancêtres. Cette tradition religieuse remonte aux origines du peuplement de La Réunion, à l’époque des cérémonies malgaches que les premiers esclaves de Madagascar ont emmenées avec eux à La Réunion. Elle est devenue au fil de notre Histoire un événement qui rassemble, car tous les Réunionnais vouent un profond respect à leurs ancêtres. C’est une spécificité du peuple réunionnais.
Le servis kabaré ou servis malgache se pratique dans les "kour". Le rite réunit en général uniquement les membres d’une même famille et ses proches amis. Les pratiquants s’invitent et se reçoivent entre eux n’hésitant pas à faire le tour de l’île pour honorer leurs ancêtres.

Car c’est entièrement à la gloire et à l’honneur des ascendants que sont célébrées ces cérémonies religieuses au son du roulèr dans une ambiance qui rappelle que malgré toutes les formes de répressions, les Réunionnais ont réussi à préserver l’essentiel, la culture apportée par leurs ancêtres.

Rien ni personne ne pourra plus jamais effacer le servis kabaré, le maloya et notre culture.


Kanalreunion.com