Culture et identité

Hommage rendu aux ancêtres venus de l’Inde

Le 13 février prochain, pour clôturer dignement Pondichéry 2010…

Témoignages.re / 6 février 2010

Le 13 février prochain, à La Rivière des Galets, sera organisé un hommage rendu aux ancêtres venus de l’Inde. Une manière de clôturer dignement Pondichéry 2010 qui a permis à quelque trois cents Réunionnais de se retrouver sur les pas des ancêtres engagés.

Pondichéry 2010 a été un succès à plus d’un titre. Tous s’accordaient à le reconnaître, hier après-midi au temple Pandialé de La Rivière des Galets. Le Comité réunionnais pour la commémoration des liens historiques entre l’Inde du Sud et La Réunion, l’Association Pandialé de La Rivière des Galets et l’Association des poussaris de La Réunion présentaient la cérémonie d’hommage aux ancêtres venus de l’Inde qui aura lieu le 13 février prochain sur les berges de La Rivière des Galets et au temple Pandialé.
Une suite des cérémonies organisées dans un petit village de pêcheurs du Tamil Nadu (Sud de l’Inde), Nadu Kuppam, dans le cadre de “la Route de l’Esclave et de l’Engagé” de l’Unesco pilotée par Sudel Fuma (voir “Témoignages” 23 - 29 - 30 janvier et 1er février 2010). Car comme le souligne Julien Ramin, président du comité de pilotage, « nous avons l’énorme responsabilité de bien terminer ce que nous avons commencé ». Alors que Sudel Fuma, directeur de la Chaire Unesco à La Réunion, se dit « fier du cheminement de “la Route de l’Esclave et de l’Engagé” dont l’objectif sera encore plus atteint le 13 février prochain ».

Sur les berges de La Rivière des Galets

La cérémonie du 13 février prochain commencera à partir de 7 heures 30 avec la récitation des noms des parents défunts que l’on veut honorer et un rite qui permettra d’apporter la lumière aux défunts. Avec le soutien des collectivités, les organisateurs promettent qu’un accueil avec un minimum de confort sera assuré (chapiteaux, chaises, rafraîchissements…).
A 9 heures, une petite délégation rendra un hommage aux ancêtres devant la stèle posée il y a plus de quinze ans par l’association Tamij Sangam au Lazaret. Son président, le Dr Selvam Chanemougame, note qu’il est important « de lier la stèle de Nadu Kuppam et celle du lazaret où nos ancêtres ont été parqués et ont subi tant de souffrances ». Ainsi, un axe est tracé entre le Tamil Nadu et La Réunion.
A 10 heures 30, les participants — il n’y aura pas de procession — se retrouveront au temple de Pandialé de La Rivière des Galets pour la libération des âmes. « Un moment fort pour une cérémonie qui est d’habitude familiale », note le président du temple, Passouramen Jaganardinpoullé.

Un Sembrani

Les familles pourront apporter le padèle (plateau d’offrandes avec des fruits et des fleurs) qui sera offert aux divinités principales : Ganesha, Shiva et à trois déesses : Mariamen, Karly et Pandialé.
A 12 heures, les cérémonies s’achèveront par un Sembrani pour tous les défunts avec un mets béni végétarien, suivi d’un Prasadan (gâteaux et boissons) qui sera servi à toute l’assistance.
Une cérémonie qui, souligne Julien Ramin, « intéresse ceux qui pratiquent l’Hindouisme, mais aussi les autres, chaque Réunionnais qui a une part d’indianité en lui. A nous d’œuvrer pour rassembler beaucoup de monde pour clôturer comme il se doit Pondichéry 2010 ».
Dans sa conclusion, le président de l’association Pandialé assure que « cette cérémonie empreinte d’émotion au temple sera à la hauteur de l’événement en mémoire de tous nos ancêtres qui ont œuvré durement pour nous offrir les conditions actuelles de notre existence ».


Les poussaris se regroupent

L’organisation de Pondichéry 2010 a vu la participation de 9 poussaris dont l’action, selon Sudel Fuma, a été « fondamentale, capitale ». Alexis Poïnin-Coulin, président du temple Karly, Marliamen et Pandialé de Villèle a annoncé la création d’une Association des poussaris de La Réunion.
Elle regroupe déjà 16 prêtres d’origine réunionnaise. L’association bien évidemment reste ouverte à tous les poussaris de l’île. Cette association a pour objectifs l’étude des pratiques religieuses, la lutte pour une date de commémoration de la fin de l’engagisme, et se veut être un moyen d’échange entre La Réunion, l’Inde et les pays où l’Hindouisme est pratiqué.


Kanalreunion.com