Culture et identité

Huguette Bello : « L’Histoire des femmes est un long combat pour la liberté ! »

Ker d’Fanm à Saint-Paul

Témoignages.re / 7 mars 2011

La Journée de la femme est l’occasion pour la présidente de l’UFR, députée et maire de Saint-Paul, Huguette Bello de donner son sentiment sur leur condition. Extraits de son intervention du samedi 6 mars sur le Front de mer de cette Ville lors de Ker d’Fanm.

« (…) L’Histoire des femmes est un long combat pour la liberté !
L’Histoire des femmes est une longue lutte pour l’égalité !
L’Histoire des femmes est une bataille constante pour la reconnaissance des droits !

Ce combat, cette lutte, cette bataille, nous devons continuons à les mener. Nous devons même renforcer notre vigilance, y mettre encore plus de cœur, car le niveau d’instabilité des femmes croît dans le monde.

La crise internationale a un effet encore plus néfaste sur les femmes. Parce que les femmes ont un taux d’activité plus faible, parce qu’elles maîtrisent plus rarement la propriété et les ressources, parce qu’elles se concentrent dans l’emploi informel ou vulnérable, parce qu’elles ont des rémunérations et un niveau de protection sociale moindres, à cause de tout cela les femmes sont dans une position plus inconfortable pour surmonter la crise internationale. (…)

Comme dans le reste du monde, les femmes réunionnaises sont touchées,
58.330 femmes étaient inscrites à Pôle emploi fin décembre 2010. Sur 10 chômeurs, 6 sont des femmes. (…)
Et la politique menée par le gouvernement UMP, au lieu d’aider les femmes, amplifie les difficultés des femmes. (…)

Nous devons donc non seulement continuer à lutter contre les inégalités au travail, contre les violences conjugales, contre les représentations dégradantes de la femme, contre le nombre d’IVG qui reste élevé, particulièrement chez les mineures, et les grossesses précoces.
Mais nous devons aussi rester vigilantes pour préserver les avancées. (…)

Je le répète : les femmes ne doivent ni sacrifier leur féminité (elles n’ont pas à devenir comme les hommes) ni renoncer à jouer un rôle actif dans leur vie familiale pour travailler et exercer des responsabilités. C’est la société qui doit surtout changer, pas les femmes. (…)

Les événements qui secouent actuellement le monde montrent à quel point l’idéal de liberté peut porter les peuples.
À l’heure où se manifestent à l’échelle planétaire des bouleversements qui redessinent en profondeur les rapports d’autorité, les références idéologiques, à l’heure où un formidable mouvement initié en Tunisie se répand exprimant une forte exigence de démocratie… il est sans doute plus urgent que jamais de prendre des mesures pour que les femmes ne soient plus à la périphérie du Monde.

Ce mouvement de convergence vers la libération des peuples et la démocratie est aussi celui du changement en faveur des femmes.
Il faut en effet libérer les pays des tyrans mais en même temps libérer les femmes des tyrannies qui pèsent sur elles… dans tous les espaces de la vie… dans tous les pays ».


Kanalreunion.com