Culture et identité

« Je suis boycotté »

Jean-Mathieu Taristas :

Témoignages.re / 14 décembre 2011

Jean-Mathieu Taristas vit depuis un certain temps une amère expérience. Explications.

« Boycotté » ! Jean-Mathieu Taristas alerte et livre les raisons de ce constat aigre. Avant d’aller plus loin, on dresse un bref portrait de cet artiste.

La “Biographie de Firmin Viry”, ça vous dit quelque chose ? Assurément, elle porte sa signature. Producteur de ce chantre du maloya comme de “Safari”, “Sakouyaz”… il est l’auteur de l’album “Code noir”.

Mener à bien ces opérations lui a demandé la mise sur pied de “Tahina production” en 2010. En elle, ce créateur avait mis moult espoirs. Tout a bien commencé, il pensait même vivre des fruits de son entreprise. Eh bien, non ! Il a été entre temps contraint de trouver un emploi à plein temps : ambulancier. Il le concilie avec son affaire.

Ce n’est point la bousculade

« Boycotté ! La sortie de la “Biographie de Firmin Viry”, pensait-il, allait lui ouvrir des portes et apporter des sous. Du staff de la Pyramide inversée, il attend toujours une commande. De celle du Palais de la Source, il note l’effort fait.

« Boycotté » ! Les partenaires peinent à le croire quand il se présente comme producteur de Firmin Viry. Certains ont le culot de rigoler à cette annonce. Il n’y a pas de quoi. Dans une telle ambiance, le carnet des représentations s’allège.

« Boycotté » ! Jean-Mathieu Taristas a mis en circulation l’album “Code noir” en 2010. Il a mêlé rap et maloya en hommage à Firmin Viry et à tous celles et ceux qui, hier et aujourd’hui, s’impliquent pour porter les couleurs du maloya. Avez-vous entendu de ce CD ?

Création d’une entreprise

Pour mener à bien tous ses projets, il a dû se mettre en entreprise, “Tahina production”, l’année dernière. Bien lancée, elle s’est essoufflée faute d’engagements concrets du privé et du public.

Pour permettre sa survie, il a dû quêter un travail à plein temps comme « ambulancier ». Il le concilie avec ses activités artistiques puisqu’il s’adonne aussi à la vente en ligne de musique.

Jean-Marie Taristas a-t-il l’impression d’être boycotté ou est-il boycotté ? Lui penche pour cette dernière. Comme écrivain, il voit la “Biographie de Firmin Viry” boudée. Comme producteur, il note le mépris à son égard. Comme chanteur, il constate le peu d’enthousiasme pour ses compositions. Pourtant, alerte-t-il, un cercle d’artistes bénéficie de largesses.

Est-ce à se demander si la couleur de sa peau ou l’origine de ses ancêtres est la raison du boycott qu’il subit ?

Jean-Fabrice Nativel


Kanalreunion.com