Culture et identité

Jean-Jacques Dessalines - 1758-1806 (Saint-Domingue-Haïti)

100 noms pour le 10 mai avec la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise

Témoignages.re / 15 avril 2010

En octobre 1802, il organise la mutinerie de l’armée de Saint-Domingue contre l’ordre bonapartiste de rétablir l’esclavage. À la suite de l’arrestation de Toussaint Louverture, il prend la tête du combat. Il finit par l’emporter sur les troupes napoléoniennes à la bataille de Vertières le 18 novembre 1803 et proclame, le 1er janvier 1804, l’indépendance d’Haïti.

Jean-Jacques Dessalines naît esclave à Cormiers, non loin du Cap.

Esclave d’un colon “blanc”, Henri Duclos, propriétaire d’une caféière, il est acheté, tout jeune encore, par Dessalines, un “noir” libre qui lui donne son nom.

En octobre 1802, il organise la mutinerie de l’armée de Saint-Domingue contre l’ordre bonapartiste de rétablir l’esclavage. À la suite de l’arrestation de Toussaint Louverture, il prend la tête du combat. Il finit par l’emporter sur les troupes napoléoniennes à la bataille de Vertières le 18 novembre 1803 et proclame, le 1er janvier 1804, l’indépendance d’Haïti.

Les lieutenants de Dessalines le proclament gouverneur général à vie de l’île d’Haïti. Ils jurent d’obéir aux lois émanées de son autorité, lui donnent le droit de faire la paix et la guerre, et de nommer son successeur.

L’hymne national d’Haïti, “La Dessalinienne”, est nommé en son honneur, de même que la ville et l’arrondissement de Dessalines.


Kanalreunion.com