Culture et identité

L’Opéra Chin se représente gratuitement

Témoignages.re / 7 mai 2011

Seconde création lyrique et subjective de l’histoire de Jean-Luc Trulès et Emmanuel Genvrin, Chin se situe en 1955 à La Réunion, lorsqu’un ancien pétainiste, M. Roger, fait appel aux Rouges et au fils du docteur Papa, Chin (prononcer “Chine”), pour sauver son usine de Bel Air.

La troupe revient à Saint-Leu, Saint-Benoit et la Plaine des Cafres pour trois représentations, dont l’acteur phare, Heng Shi a appris à découvrir le personnage de Chin. Dans “Le Quotidien de La Réunion”, ce dernier a expliqué « je vis en Chine et de découvrir que le communisme existe sur une petite île comme La Réunion, c’est intéressant ».
Reconnu pour sa mise en scène et le jeu des acteurs, Chin a reçu de nombreuses critiques élogieuses depuis ses premières représentations. Thierry Guyenne, d’“Opéra Magazine” a indiqué « on s’incline devant l’originalité, voire le culot de l’entreprise. Emmanuel Genvrin signe ici un livret puissant et complexe où s’entrecroisent intérêts publics et destins individuels. Il faut souligner les grands progrès accomplis depuis Maraina par le compositeur Jean-Luc Trulès. La richesse et la diversité sont toujours là mais l’écriture a gagné en fondu, en fermeté, en variété dans l’orchestration ».

Un opéra politique et divertissant

Le livret fourni sur le site du Théâtre Vollard s’inspire de l’histoire. En 1955, Paul Vergès « rouge » et le sucrier René Payet s’allient pour sauver l’usine de Quartier Français. Le dossier de presse explique que « Chine ou ‘‘le Chinois’’ fut le surnom de Paul Vergès dans sa jeunesse car d’origine asiatique par sa mère. Il évoque aussi les tentations maoïstes des mouvements communistes de la décolonisation ainsi que la présence à La Réunion d’une communauté chinoise influente ».

Il s’agit du thème de ce spectacle dont la compagnie Vollard fait une interprétation dynamique et de qualité. Entre ballet « d’auto-lontan », texte franco-créole sur-titré et chant, cet « opéra singulier par son livret, Chin traite d’une histoire occultée et méconnue des DOM TOM : le grand mouvement de décolonisation d’après-guerre qui a donné naissance dans les îles à des tentations indépendantistes, autonomistes et maoïsantes ». Cependant, comme l’a indiqué Emmanuel Genvrin, metteur en scène, dans “Le Quotidien de La Réunion”, le 6 mai, « Une première partie parle de politique et de révolte. La deuxième est plus religieuse. Ce n’est pas une gloire à Vergès ».
« Opéra d’outremer populaire », cette pièce est accessible au plus grand nombre avec sa « couleur » musicale métissée, son orchestre de l’océan Indien et ses chanteurs lyriques issus de la diversité.


Bloc-notes

Cette création est à voir le :
• Dimanche 8 mai à 20h en plein air à la plate-forme de Stella Matutina (Saint-Leu). Tel. : 0262 34 31 38
• Mercredi 11 mai à 20h à la salle Gramoune Lélé, CRR de Saint-Benoit. Tel. : 0692 20 68 00
• Samedi 14 mai à 20h aux Trois kiosques de La Plaine des Cafres. Tel. : 0692 16 40 25


Kanalreunion.com