Culture et identité

« La compréhension culturelle entre les peuples bénéfique pour le développement »

Message du secrétaire général des Nations Unies

Sanjiv Dinama / 24 avril 2010

Mercredi dernier, à l’occasion d’une manifestation au siège de l’ONU à New York pour marquer l’Année internationale sur le rapprochement des cultures, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a estimé qu’une plus grande compréhension culturelle entre les différents peuples du monde est bénéfique pour le développement. La perte de pratiques culturelles et de moyens d’expression artistique irremplaçables nous rend tous plus pauvres, quelles que soient nos racines, selon Ban Ki-moon. Mais à La Réunion, le président de Région Didier Robert s’en moque. La première délibération de la nouvelle majorité régionale, c’est d’arrêter le projet de Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise. En agissant de la sorte, la nouvelle Direction de la Région refuse que les Réunionnais d’aujourd’hui et de demain puissent savoir combien les trois siècles d’Histoire marqués par l’esclavagisme et l’engagisme ont créé dans notre île un peuple unique au monde qui a réussi à créer les conditions de la rencontre des civilisations.

« Comme jamais auparavant, les défis mondiaux ont un impact local. Les événements locaux ont un impact mondial. Ceci nous oblige à renforcer la coopération, à élargir l’espace pour le dialogue, et remplacer les barrières de méfiance par des ponts de compréhension », a dit M. Ban.

« Nous ne faisons pas ceci pour avoir bonne conscience. Nous faisons ceci car c’est essentiel pour les progrès au 21ème siècle », a-t-il ajouté. « La perte de pratiques culturelles et de moyens d’expression artistique irremplaçables nous rend tous plus pauvres, quelles que soient nos racines ».

La Déclaration des droits des peuples : une réalité pour tous

Selon le secrétaire général, « le dialogue entre les cultures, entre les civilisations et entre les religions est crucial pour remplir les objectifs centraux de la Charte des Nations Unies, faire respecter les droits de l’Homme et faire avancer le développement ».

Ban Ki-moon a rappelé l’organisation en septembre d’un Sommet des chefs d’État et de gouvernement sur les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

« Notre objectif est clair : accroître les efforts pour réaliser les OMD et améliorer les vies de millions de gens à travers le monde. Une plus grande compréhension culturelle peut nous permettre d’y arriver », a-t-il ajouté. « Promouvoir le rapprochement des cultures permettra de promouvoir la réalisation des OMD ».

Le secrétaire général a jugé qu’il fallait agir dans les domaines de l’éducation et de l’information.
« J’appelle tous les gouvernements, les peuples, le système des Nations Unies et tous les autres partenaires à garantir que la vision qui a inspiré la Déclaration des droits des peuples devienne une réalité pour tous », a ajouté le secrétaire général.

À La Réunion, la nouvelle Direction régionale détruit

Mais à La Réunion, le président du Conseil régional, Didier Robert, s’en moque. La première délibération de la nouvelle majorité régionale a été d’arrêter le projet de Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise. C’est-à-dire de casser l’outil qui permet aux Réunionnais de savoir qui ils sont, d’où ils viennent, afin de prendre conscience qu’ils sont capables de relever le défi du développement. En agissant de la sorte, la nouvelle Direction de la Région refuse que les Réunionnais d’aujourd’hui et de demain puissent savoir combien les deux siècles d’esclavage et la période de l’engagisme ont créé dans notre île un peuple unique au monde qui a réussi à créer les conditions de la rencontre des civilisations.
Aujourd’hui, par la décision de Didier Robert de supprimer la MCUR, celui-ci attise les divisions. Rappelons que notre histoire puise ses racines dans différents mondes : le monde insulaire (Madagascar, Comores…), l’Afrique, l’Europe, l’Inde, la Chine… C’est la rencontre des différentes cultures qui a donné naissance à la créolisation de notre société. Tout ce qui constitue la culture réunionnaise (sa musique, sa danse, sa langue, sa cuisine…) nous a été ramené d’ailleurs. Mais tout a été transformé, adapté, partagé, renouvelé, mis en commun. Toutes ces cultures nous ont légué un inestimable héritage.
Il s’agit aujourd’hui pour les jeunes Réunionnais issus d’ancêtres d’origines et de cultures diverses de se situer en tant que tels dans un monde en pleine mutation qui requiert un nouveau regard, une nouvelle écoute. L’Inde, la Chine ou l’Afrique australe deviennent des acteurs incontournables du 21ème siècle.
Notre culture mérite d’être reconnue et surtout respectée, car chaque Réunionnais reste fidèle aux combats menés par ses ancêtres.

Sanjiv Dinama


Kanalreunion.com