Culture et identité

La crise économique à La Réunion et le respect de l’identité réunionnaise

Au programme culturel de la semaine

Témoignages.re / 24 novembre 2010

Dans les informations sur le programme culturel de cette semaine transmis par le Cercle philosophique réunionnais (CPR) à ses membres et ami(e)s, l’association présidée par Laurent Médéa a d’abord félicité et remercié toutes celles et tous ceux qui ont contribué à la réussite des différentes actions menées la semaine dernière pour célébrer la Journée mondiale de la Philosophie, avec plusieurs initiatives nouvelles de diverses associations (Athéna, la Ligue de l’Enseignement, la Ligue des Droits de l’Homme, Les Rencontres de Bellepierre, le Théâtre du Grand Marché, etc.). Cette célébration continue encore jusqu’au 15 décembre à La Réunion. Cette semaine, deux rendez-vous sont programmés :
• Ce mercredi 24 novembre de 16h30 à 18h à L’Entrepôt Médiastore de Saint-Denis, café-philo du CPR avec Ho Haï Quang, économiste et chercheur à l’Université, sur “La crise économique à La Réunion”.
• Le jeudi 25 novembre à 18h à la Mairie de Saint-Leu (salle du Conseil municipal), conférence-débat du CPR avec Aude-Emmanuelle Hoareau, docteure en philosophie, sur le thème : “Philosophie créole : rêve ou réalité ?”.

Parmi les autres événements "philosophico-culturels" de la semaine prochaine, voici ceux qui ont été signalés :
• Ce mercredi 24 novembre à 18h30 au local de La Rivière d’Abord à Saint-Pierre, le groupe philo de l’Université pour Tous organise sa rencontre sur un texte extrait du "Banquet" de Platon.
• Le Théâtre Canter propose le samedi 27 novembre à 20h "Kathambam, Fête de la lumière", danses classiques et folkloriques.
• À noter également la rencontre des militants culturels, artistiques et éducatifs organisée le mercredi 24 novembre à 17h30 à la salle de conférence de Chateau-Morange à Saint-Denis sur la défense et la valorisation de l’identité culturelle réunionnaise (voir encadré "La plas lidantité sanm la lang Rényoné isi La Rényon" - kontak : Giovani : 0692-67-94-91 et Loran : 0692-22-36-80).


La plas lidantité sanm la lang Rényoné isi La Rényon

Dalone, dalon,
Nou invit azot pou rankont anou parapor "La plas lidantité sanm la lang Rényoné isi La Rényon" lo mercredi 24 novanm Sin-Dni 5 èr édmi lo soir (la sal konférans de Shato-Morange).
Sa la pa in rankont la politik, ni in lokazion pou règ lo kont, mé in réaksion parapor tout sak i éspas dopi zistoir pano la méri Sin-Dni. Koman in pe domoun i rabès la lang, koman i trèt nout kiltir é sirtou koman banna i fé rokil domoun si kréol.
Nou ve rasanblé paske banna i diviz anou. Alor, tout bann lantouraz pintade 77, 83, 2001, Tangol, fonolozik, létimolozik ou bien mèm sak i ékri kom li ve é kom li gagne, ou bien sak i ékri mèm é solman an fransé, mé zot i défann la lang é lidantité kréol : vyin azot.
Sra lokazion pou :

- rankont anou, fé konèt anou inn é lot,

- woir sak sakinn i fé dan son koté,

- woir koman nou pe fé avans nout lidantité sanm nout lang isi La Rényon ansanm ; mé lo pli zinportan lé pa pou débat ziska tar la nuit, mé pou prépar in gran zafèr pli pragmatik : i koz pu, mé i fé.
Nou lé dann in tournan é nou doi mèt an lèr par nou mèm nout zarlor.
Tout sat i milit pou nout kiltir èk nout lidantité lé invité ; alé di partou.


« Le kréol, c’est le ciment du peuple réunionnais »

Le 28 octobre dernier, une "Charte commune bilingue créole réunionnais–français" a été signée par Gilbert Annette, maire de Saint-Denis, et Axel Gauvin, président de Lofis la Lang Kréol. Voici de larges extraits de l’allocution du maire dionysien.

C’est un moment important, car cette signature intervient pendant la Semaine créole, dont le but est de promouvoir l’identité créole. Plus encore : aujourd’hui 28 octobre est la journée qui célèbre dans tous les pays du monde le créole.
Un des éléments de notre identité est la langue créole. Parlée par la grande majorité des Réunionnais — créole, comorien, malgache, arabe, et même métropolitain —, la langue créole fait l’unicité de notre peuple. Le kréol, c’est le ciment du peuple réunionnais. Face à cette mondialisation et à l’uniformisation culturelle qui nous guette, nous devons combattre toute tentative de décréolisation.
La langue kréol, nout lang, fait partie de notre identité. Le Réunionnais est attaché au kréol. La pratique du kréol est une réalité quotidienne à La Réunion.
Dans ce contexte, il est important que la ville de Sin-Dni, première ville de l’Outre-mer français, prenne en compte cette réalité linguistique et officialise l’usage du kréol dans ses services et offre ainsi à chacun la possibilité de s’exprimer dans sa langue maternelle.
Pour les usagers, cela facilitera l’accès aux services et les prestations mises en œuvre par la Ville. Cela permettra un meilleur dialogue avec les élus et favorisera ainsi la démocratie participative.
Pour ce faire, nous avons pris contact avec Lofis Lang Kréol, qui s’est donné pour mission d’œuvrer par tous les moyens adéquats à la connaissance, l’observation et la valorisation de la langue kréol de La Réunion dans le cadre d’un bilinguisme français–kréol harmonieux.
La charte commune bilingue créole réunionnais-français élaborée par Lofis Lang Kréol propose aux villes candidates 22 actions possibles avec obligation d’en satisfaire au moins 10.
J’ai le plaisir d’annoncer que la ville de Sin-Dni satisfait déjà à la majorité d’entre elles, 16 au total (mariage en créole, accueil du public en créole, séances du Conseil municipal, baptême républicain...). Et nous dévoilerons dans un instant le panneau Saint-Denis en créole, qui viendra compléter en quelque sorte le panneau déjà existant en français. Deux panneaux superposés comme on peut en voir dans certaines régions métropolitaines.
Nous pouvons donc prétendre au titre de commune bilingue.
Par ailleurs, je voudrais rappeler ici que dans le cadre de la Semaine créole, plusieurs manifestations sont prévues au Chaudron le vendredi 29, à La Source (le 30), à La Montagne et au Moufia (les 30 et 31) et à Château-Morange le vendredi 29, avec l’Union pour la défense de l’identité réunionnaise (UDIR). Dans le patio, il y aura des fonnkèr, lectures et concerts.
Promouvoir l’identité créole, c’est certes affirmer la fierté d’être créole et la langue créole doit avoir toute sa place dans notre République. Mais soyons clairs, il n’a jamais été question pour nous de favoriser la prédominance d’une langue par rapport à une autre.
Nous sommes même pour un trilinguisme kréol réunionnais-français-anglais. L’important est que chaque Réunionnais puisse s’épanouir pleinement dans notre société réunionnaise multiculturelle dont nous sommes si fiers.
Chers amis, soyons fiers de notre identité créole, de ce que nous sommes. Et comme on dit : aujourd’hui l’esprit, lo kèr, lo kor lé la.


Kanalreunion.com