Culture et identité

La curcumine, c’est bon pour la santé

2ème journée du curcuma

Témoignages.re / 1er décembre 2009

Le curcuma contient de la curcumine, un pigment qui présente un certain nombre de propriétés intéressantes : anti-oxydant, immuno-stimulant, anti-inflammatoire, protection de la muqueuse… Discret-Nature propose une gamme de produits pour faciliter l’assimilation de la curcumine. Mais attention à l’auto-médication. Un producteur n’est pas forcément un prescripteur.

Sur la table s’alignent les produits Discret-Nature à base de curcuma : sel, trois sortes de sucre, tanin de curcuma, épices (ail et thym, caloupillé, combava, ravinsa), rhum arrangé… « Autant de manières d’assimiler du curcuma pour bénéficier de ses propriétés », affirme Mme Boyer-Thomas. D’autres produits à usage externe sont également proposés : huile de coco, parfumée ou poudre cicatrisante.
Ces produits ont été mis au point par François Boyer-Thomas ; le résultat d’une trentaine d’années d’expérience. Ils sont commercialisés sur commande, dans les foires ou au cours de cette journée annuelle du curcuma. Mais Discret-Nature entend passer la vitesse supérieure par la création d’un laboratoire. Il lui faudra sans doute franchir les écueils de l’expertise scientifique. Et ce n’est pas forcément gagné.
Claude Marodon, pharmacien et président de l’APLAMEDOM apporte son soutien technique. Il souligne les propriétés du curcuma qui sont multiples. « Des propriétés démontrées. Il existe une vraie recherche scientifique sur le curcuma ». Lequel contient un pigment : la curcumine qui a de vraies propriétés.
C’est un anti-inflammatoire sur l’inflammation chronique des articulations et des rhumatismes. Il a aussi une activité anti-oxydant (contre le vieillissement cellulaire) et de protection de la muqueuse digestive. Et enfin, une activité de protection du foie.
Marc Rivière, pharmacien à la retraite qui connaît bien les plantes médicinales, confirme les propriétés de curcuma et il se félicite que les Réunionnais en consomme régulièrement dans le cari. Il souligne que le curcuma aurait aussi des propriétés immuno-stimulantes qui permettraient d’augmenter la résistance du système immunitaire.
Mais en même temps, le pharmacien attire l’attention sur les dangers de l’auto-médication. « En matière de médicament, tout est dans le dosage. Il doit être déterminé par des spécialistes, au cours d’essais cliniques ». Et il remarque que François Boyer-Thomas exerce « dans le domaine de la production et non dans celui de la prescription ».
Il n’empêche qu’une bonne cuillère à café de curcuma dans le cari, ça ne peut pas faire de mal… et ça excite le papilles gustatives. Coup double !

YVDE


Kanalreunion.com