Culture et identité

La délégation réunionnaise en Chine découvre les trésors de la culture hakka

Connaissance de notre Histoire et hommage à nos ancêtres chinois

Témoignages.re / 17 octobre 2013

Après les journées de samedi et de dimanche consacrées à la culture de la mémoire réunionnaise en hommage à nos ancêtres chinois victimes de l’esclavage et de l’engagisme (voir "Témoignages" de ce lundi) et puis des découvertes culturelles lundi à Meizhou (voir "Témoignages" de mardi), nos compatriotes continuent leur visite mémorielle dans la région de Canton. Le mardi 15 octobre, ils ont pu faire la connaissance des trésors de notre culture ancestrale hakka, dans un musée et dans un grand parc de cette même région qui cultivent ce patrimoine.



JPEG - 52.8 ko
Dans le "Musée des Hakkas en Chine", cette statue d’une femme au travail avec son enfant dans le dos…

La Chine possède plusieurs musées consacrés à la culture hakka ; mais celui de Meizhou est le seul du pays qui porte ce nom de "Musée des Hakkas en Chine". D’ailleurs Meizhou est qualifiée de "capitale des Hakkas" et ceux-ci sont environ 5 millions dans cette ville mais 30 millions dans le monde.

Dans ce musée, est présentée notamment l’histoire des migrations des Hakkas, qui font partie d’une grande partie des ancêtres de nos sœurs et frères réunionnais descendants de Chinois. On peut également y voir toutes les richesses culturelles et linguistiques spécifiques héritées de ces ancêtres, comme leurs valeurs morales, exprimées par exemple dans ce proverbe : « Si vous martyrisez votre femme, vous allez vous appauvrir » ; ou bien encore des valeurs idéologiques exposées sur divers tableaux, comme "l’unité d’esprit", "l’harmonie entre les humains et la nature", "l’importance de l’éducation" avec un portrait de Confucius…

Nou voi sak nou doi nout zansèt

Ce musée présente également les portraits de nombreuses célébrités Hakkas, en particulier des leaders de révoltes du peuple chinois contre les monarchies féodales et contre la domination du capitalisme. Et avant de rejoindre dans l’après-midi le grand "Parc du Monde des Hakkas", les visiteurs ont fait une halte sur la Place du Peuple, où l’on voit notamment une cascade où « neuf dragons prennent leur envol » et un monument avec ce mot d’ordre : « Avancer avec le temps ».

Dans le parc, on a pu admirer — entre autres — le musée d’un célèbre poète et calligraphe très lettré du 18e siècle, Song Xiang ; un grand village reconstitué sur la base des compétences architecturales immenses des ancêtres ; un lieu de spectacle impressionnant et plusieurs temples.

On peut citer enfin ces grandes statues de déesses bouddhistes, comme celle de "La Bienveillance", et celle qui est présentée comme « la fondatrice de l’humanité »  : Nü Wa. La nou voi sak nou doi nout zansèt !

L.B.


Kanalreunion.com