Culture et identité

La dernière étape : l’an prochain, le 13 octobre, en Chine

"Les routes de l’esclave et de l’engagé dans l’océan Indien - Itinéraires de Mémoires"

Témoignages.re / 17 décembre 2012

Du 5 au 7 novembre dernier, une délégation de représentants de La Réunion et de l’Ile Maurice s’est rendue en Chine pour préparer la dernière étape du programme "Les routes de l’esclave et de l’engagé dans l’océan Indien", initié par la Chaire UNESCO de l’Université de La Réunion et l’association Historun. Deux instances dirigées par l’historien et universitaire réunionnais Sudel Fuma. Nous publions ci-après le "Rapport de mission" de cette délégation, que celle-ci a rendu public récemment lors d’une conférence de presse. Les intertitres sont de "Témoignages".

Dans le cadre du programme de la Chaire de l’UNESCO de l’Université de La Réunion et de l’association Historun, porteuses du projet des "Routes de l’esclave et de l’engagé dans l’océan Indien", une délégation réunio-mauricienne, composée des personnalités de la société civile, s’est rendue en Chine à Meixian (Province de Guangdong) pour rencontrer les autorités chinoises de cette province, d’où sont partis de nombreux Chinois de la Diaspora, devenus aujourd’hui Mauriciens, Réunionnais, Malgaches, Sud-Africains, Seychellois…

JPEG - 37.5 ko

Cette délégation (voir encadré) avait pour objet la présentation de l’étape finale du projet des "Routes de l’esclave et de l’engagé dans l’océan Indien" ; un projet commencé en 2004 à Madagascar et devant se terminer en Chine en 2013. (voir sa présentation en encadré) Les médias chinois (télévisions et presse écrite) ont largement couvert le séjour de la délégation.

Les liens entre la Chine et les pays de l’océan Indien

Arrivée à Meixian le 5 novembre 2012, la délégation a été accueillie à l’aéroport de la ville et conduite à la salle de réception du Hakka Park International Hotel, où elle a été reçue par le maire de Meizhou, M. Tan Juntie, la ministre du Front Uni, Mme Zhang Lixia, le Directeur de la Culture et du Tourisme, M. Xie Xiao Kang, le député secrétaire général et directeur du Conseil d’administration de la Zone du Tourisme culturel, M. Liu Xu Chuan, les autorités administratives, le représentant de l’Université Jiiaying University, le professeur Zhou Yunshu.

JPEG - 32.8 ko

Le maire de Meizhou, Tan Juntie, a d’abord remercié la délégation réunio-mauricienne et lui a souhaité la bienvenue en Chine, rappelant dans son intervention l’intérêt de la province de Meizhou (5,5 millions d’habitants) pour le projet réunio-mauricien, du fait que beaucoup d’habitants de Meizhou et de Guangzhou, de la province de Guangdong et aussi de la province de Fujian, ont contribué au peuplement des pays de l’océan Indien. L’objectif de l’association Historun, porté par le Comité Océan Indien, présidé et coordonné par M. Tsang Mang Kin, a-t-il souligné, s’intègre dans la politique de sa ville, dont l’une des actions fortes est la restauration d’un important site patrimonial de la Diaspora, situé à Song Kou. Il indique que la Province de Guangdong, sur sa proposition, a déjà validé le projet du Comité Océan Indien s’engageant à trouver un terrain pour la réalisation de l’action des ressortissants de l’océan Indien. Il propose à la délégation de visiter le site de Song Kou et d’approuver sa proposition.

Un projet soutenu par la Région depuis 2004

Yoland Velleyen, le représentant du Conseil régional de La Réunion, rappelle dans son intervention l’importance du projet mis en œuvre depuis 2004 par l’association Historun. Une action que la Région Réunion a soutenue sans discontinuer depuis la première étape à Madagascar en 2004 (Fort-Dauphin) et l’avant-dernière étape en Inde en 2010. (voir ses étapes en encadré)

JPEG - 67.3 ko

Il remercie les autorités chinoises pour leur accueil chaleureux. Sa présence est la preuve directe que son institution porte la culture chinoise, qui participe fortement depuis l’arrivée des premiers Chinois dans l’océan Indien au développement de La Réunion et à l’élaboration de la culture réunionnaise issue des différentes cultures des diasporas chinoise, africaine, indienne, européenne, malgache…

L’Ile Maurice partie prenante

Tsang Mang Kin, Président de l’association Diaspora et Héritage chinois, et coordonnateur du projet final de l’association Historun, représentant les associations chinoises de l’Ile Maurice, remercie à son tour les autorités chinoises de Meixian.

Il souligne l’importance de l’événement pour les Chinois de l’Ile Maurice et de l’océan Indien (Madagascar, Seychelles, La Réunion) et confirme aux autorités chinoises l’implication forte de son pays et des associations chinoises dans ce projet, dans lequel l’Ile Maurice est partie prenante (avec la réalisation d’un mémorial des Routes de l’Esclave et de l’Engagé, dans le cadre de ce projet, sur le site du Morne, reconnu Patrimoine mondial de l’UNESCO en 2009).

Une « pratique exemplaire des itinéraires de mémoires »

Sudel Fuma, Président de l’association Historun et Directeur de la Chaire UNESCO, porteur du projet des Routes de l’esclave et de l’engagé dans l’océan Indien, revient sur l’histoire des opérations déjà réalisées depuis 2004 à Madagascar (Fort-Dauphin), à La Réunion (Saint-Paul), au Mozambique (l’Ilha da Mozambica), à Maurice (Le Morne), à Mayotte pour l’archipel des Comores (Dzaoudzi), en Inde (Pondichéry)…

Il annonce que le projet a été reconnu par l’UNESCO comme « pratique exemplaire des itinéraires de mémoires » et rappelle le soutien fort des institutions publiques de l’Ile de La Réunion dont le Conseil régional et le Conseil général qui s’excusent de ne pas être présents pour la présentation du projet, mais qui sont aussi impliqués dans ce programme depuis 2007.

Le choix du site de Song-Kou

La seconde réunion de travail s’est déroulée le mardi 6 novembre à Song-Kou, où s’est rendue la délégation pour une visite du site proposé par le maire de Meixian. Une vingtaine de personnalités et le maire de la ville ont accueilli les personnalités mauriciennes et réunionnaises. Un historien chinois a présenté le site et confirmé que le site — composé de bâtiments d’époque, construits sur les berges du fleuve — est un site patrimonial authentique d’où partaient les Chinois de la région de Meizhou avant l’enregistrement des formalités.

Les candidats à l’émigration se rendaient ensuite dans de petites embarcations pour le port de mer de Shantou. Le site doit être restauré dans le cadre d’un programme de la ville.

La délégation océan Indien confirme ensuite son accord pour le choix de ce site, conforme au concept du projet global de l’association Historun (un site patrimonial authentique, le point de départ de l’émigration dans un port, ici un port fluvial, etc.). L’idée de construire le mémorial sur la place centrale du site, qui sera restaurée en 2013, est acceptée par les autorités chinoises.

Un site validé ensemble

La troisième réunion de travail s’est déroulée à l’Office de Tourisme de la ville, sous la direction de Liu Xuchan, représentant direct du maire de la ville. Cette séance avait pour objet l’étude d’un protocole d’accord présenté par la délégation réunio-mauricienne et la signature du texte après approbation par les deux parties.

Le choix final du site de Song-Kou a été validé par les autorités chinoises et la délégation océan Indien. Après discussion du contenu du protocole, les deux parties ont signé l’accord traduit en français et en chinois (pour la partie chinoise : Liu Xuchan ; pour la partie réunionnaise : Yoland Velleyen, Sudel Fuma, Mme Cheung-Allane ; et pour la partie mauricienne : Joseph Tsang Mang Kin).

Un mémorial en préparation

La date du dimanche 13 octobre 2013 a été choisie pour l’inauguration du mémorial. La délégation océan Indien s’engage à mettre tout en œuvre pour la venue d’une importante délégation des représentants de leur pays respectif, accompagnée d’artistes.

Le Mémorial sera réalisé par un artiste chinois à partir d’une esquisse proposée par la délégation réunio-mauricienne. La ville choisira l’artiste ; et son projet, sur la thématique, sera validé par les deux parties respectives (chinoise et réunio-mauricienne).

Un mémorial unique pour tout le continent asiatique

La quatrième réunion de travail a été organisée à l’Université Jiiyaing le mercredi 7 novembre, où les plus hauts responsables de cette Université de 20.000 étudiants (le président, le 1er vice-président, la responsable des Relations extérieures, le professeur Fang, directeur de l’Institut Hakka) accueillent la délégation océan Indien. Les responsables s’engagent à mettre en place une manifestation scientifique d’envergure composée de Chinois de l’Université de Meixian, d’universitaires de La Réunion, de l’Ile Maurice et de Madagascar…

La dernière réunion de travail s’est déroulée avant le départ de la délégation sous la direction de Mme Cai Xue Chang, Présidente de la Fédération des Rapatriés de Meizhou. Lors de cette réunion, M. Tsang Mang Kin a tenu à remercier Madame Cai, qui fut la toute première à accueillir et à soutenir le projet et qui a joué un rôle important dans l’organisation de la visite et du séjour de la délégation réunio-mauricienne.

Sudel Fuma rappelle que ce Mémorial, qui s’inscrit dans le cadre du programme de l’UNESCO des Routes de l’Esclave dans l’océan Indien, sera unique, avec ce label UNESCO, pour tout le continent asiatique. Les deux parties — chinoise et réunio-mauricienne — ont convenu que le Mémorial sera représentatif de toutes les provinces de la Chine d’où sont partis les Chinois de la Diaspora…

La présentation du projet

Commencé le 16 décembre 2004 à Madagascar (Fort-Dauphin), le programme "Les routes de l’esclave et de l’engagé dans l’océan Indien", initié par la Chaire UNESCO de l’Université de La Réunion et l’association Historun, relie les principaux lieux de départ et d’arrivée des travailleurs — esclaves ou engagés — transportés d’Afrique, de Madagascar, d’Inde, de Chine pour les besoins de l’économie coloniale aux 17ème, 18ème et 19ème siècles...

La rencontre de ces personnes, d’horizons différents, forcées à vivre ensemble du fait de l’esclavage et de l’engagisme, a favorisé l’échange de valeurs, de symboles, de savoir-faire et l’émergence de sociétés interculturelles créoles, fondées sur le partage et le respect mutuel des cultures ancestrales. Les souvenirs, pendant longtemps enfouis, les humiliations endurées durant les trois siècles de traite, d’esclavage et de colonisation remontent aujourd’hui à la surface des consciences...

Pour honorer ces mémoires blessées et cicatriser ses blessures, rompre ce long et épais mur du silence de l’Histoire coloniale, les monuments de la mémoire, installés dans le grand océan Indien, témoignent de ce passé, longtemps occulté.

Ces itinéraires de mémoires sont une invitation au recueillement et à la défense pour que les nouvelles générations trouvent la force, l’apaisement et le partage dans le cadre de l’Année internationale du « Rapprochement des cultures du monde » proclamée par l’UNESCO en 2010.
Les différentes étapes du projet

Fort-Dauphin (Madagascar) : 8 décembre 2004.

Saint-Paul (Ile de La Réunion) : 16 décembre 2005.

Le Mozambique : 23 août 2007.

L’Île Maurice : 1er février 2009.

Pondichéry (l’Inde) : 23 janvier 2010.

La Chine : 13 octobre 2013
Composition de la délégation réunio-mauricienne en Chine

• Pour l’Ile de La Réunion :

- Yoland Velleyen, Vice-président du Conseil régional, délégué au Patrimoine culturel.

- Sudel Fuma, Président de l’association Historun et Directeur de la Chaire UNESCO de l’Université de La Réunion.

- Mme Charline Cheung-Allane, représentante de la Fédération des Associations chinoises de La Réunion.

• Pour l’Ile Maurice :

- Joseph Tsang Mang Kin, Président et coordonnateur du Comité océan Indien pour la réalisation d’un mémorial en Chine.

- Charles Ng Cheng Hin, représentant des Associations chinoises de l’Ile Maurice.


Kanalreunion.com