Culture et identité

La Fédération attend toujours un jour férié

Nouvel An tamoul Kara 5112

Témoignages.re / 12 avril 2011

Cette année encore, la Fédération demande un jour férié pour fêter sereinement le Nouvel An. La Fédération fête aussi ses 40 ans et entend défendre plusieurs dossiers pour renforcer les liens avec l’Inde.

Le Nouvel An tamoul, Kara Varousham 5112, aura lieu jeudi. Comme chaque année, la Fédération des associations et des groupements religieux hindous et culturels tamouls de La Réunion a présenté ses vœux de bonne année au 830.000 Réunionnais. L’occasion de relancer le débat sur les jours fériés pour les fêtes religieuses et de faire le point sur l’actualité de la Fédération, qui fête ses 40 ans.
Le Jour de l’An tamoul, le Dipavali et le Pongol sont trois fêtes religieuses et culturelles importantes pour les Tamouls. Chaque année, la Fédération demande des jours fériés pour ces fêtes, comme il en existe pour la religion catholique. D’autres religions bénéficient d’une circulaire depuis 1976 pour des autorisations d’absence dans la fonction publique. Celle actualisée du 2 décembre 2010 est un rappel aux chefs de service, mais la religion tamoule n’a pas sa place dans la liste des fêtes.
L’année dernière, la Fédération a interpelé une fois de plus les parlementaires. S’en est suivi une réponse évasive du ministre de la Fonction publique, Georges Tron. En 2005, Nicolas Sarkozy avait pourtant apporté son soutien à la Fédération, à condition de se concerter avec le Groupe de dialogue inter-religieux. Chose faite, puisque l’Église a depuis donné son accord pour trois jours fériés. Mais Daniel Minienpoullé, président de la Fédération, constate que le gouvernement reste « frileux ».
« Ils sont obnubilés par le débat islam et christianisme », lâche-t-il, à propos du gouvernement, et précise que « les gens commencent à s’impatienter ». Il y aurait en France 600.000 personnes de culte hindou. La Fédération va continuer à se battre pour la reconnaissance de ces fêtes et propose aux familles un formulaire de justificatif d’absence, faisant référence à la circulaire.

Cette nouvelle année coïncide avec les 40 ans de la Fédération. Dans ce cadre, elle veut défendre deux dossiers. Le premier concerne la demande du statut de descendant d’Indiens auprès du gouvernement indien. Depuis 2006, la carte OCI (Oversea citizen of India) permet aux personnes d’origine indienne de bénéficier de droits, mais encore faut-il le prouver. Un vrai casse-tête aux Archives de La Réunion. La mention originaire de l’Inde ne suffit pas, indique Daniel Minienpoullé.
Aujourd’hui, entre 200 à 300 Réunionnais possèdent la carte OCI.
Le second concerne les visas d’entrée pour les Indiens à La Réunion, alors que les manifestations culturelles se développent localement. « Il y a un discours d’affichage au niveau national, mais qu’en est-il dans les faits ? », demande Daniel Minienpoullé. Il souhaite qu’un levier comme le dispositif touristique autorisé soit actionné entre l’Inde et la France, en y incluant La Réunion.

EP


Sur Télékréol ce jeudi

“Vanakkam Réunion”, première émission tamoule

La Fédération lance ce jeudi une émission spéciale sur le Jour de l’An tamoul, en partenariat avec Télé Kréol, à 19 heures. “Vanakkam Réunion” (Bonjour La Réunion) est la première émission de ce type dans le paysage audiovisuel. Pour l’occasion, la Fédération a créé sa propre boîte de production, avec 11 bénévoles. Une équipe que la Fédération n’exclut pas de professionnaliser à l’avenir. “Vanakkam Réunion”, ce sont deux émissions hebdomadaires, le lundi de 19h à 20h (rediffusion le jeudi à 14h) avec une tendance plus culturelle (le Jour de l’An pour la première), et le dimanche à 9h plus religieux (l’hindouisme). Au programme, des reportages, des plateaux et des débats. Un partenariat avec une chaîne de télé indienne est en cours ainsi que des discussions avec l’île Maurice.
Comme chaque année, la Fédération publie un calendrier disponible auprès des associations.

EP


Kanalreunion.com