Culture et identité

La Fédération tamoule veut trois jours fériés

Témoignages.re / 14 avril 2010

Pour cette nouvelle année, la Fédération tamoule demande aux parlementaires de porter la revendication d’un décret régional pour que le Pongol, le Jour de l’An et le Dipavali soient déclarés jours fériés.

La Fédération des associations et groupements religieux hindous et culturels tamouls de La Réunion (FAGRHCTR) a tenu une conférence de presse hier, veille du Jour de l’An tamoul, concernant les autorisations d’absence et les jours fériés.
La Fédération représente la majorité des temples et associations tamouls de l’île, 92 au total. Depuis 7 ans, elle tente de faire inscrire les fêtes dans une certaine légalité. Plus de 30% de la population réunionnaise est de confession hindoue, affirme Daniel Minienpoullé, Président de la Fédération. « Comment faire reconnaître aujourd’hui cette religion par le gouvernement ? », se demande-t-il. En effet, la rencontre avec le président de la République lors de sa visite, les divers courriers adressés au gouvernement n’ont rien donné jusqu’à présent.
La Fédération demande, d’une part, une tolérance des autorisations d’absence, comme la loi le prévoit pour d’autres religions et, d’autre part, un décret régional pour trois jours fériés : le Pongol (14 janvier), le Jour de l’An (14 avril) et le Dipavali.
Ce Nouvel An 5111 marque pour la Fédération une « entrée dans la phase juridique » pour faire reconnaître la religion tamoule. La Fédération a rencontré le préfet hier, pour lui adresser ses vœux du Nouvel An et lui transmettre leur demande concernant les autorisations d’absence et les jours fériés. « Le préfet a été sensibilisé à notre demande et il estime que toutes les cultures ont droit à un espace-temps », affirme Daniel Minienpoullé. Par ailleurs, la Fédération a demandé aux députés et sénateurs de plaider la nécessité d’un décret régional.
Depuis 2002, la Fédération a ouvert les discussions avec le Groupe de dialogue interreligieux de La Réunion. L’église catholique a accepté de « remettre trois jours fériés dans le panier républicain » : le lundi de Pâques, le lundi de Pentecôte et l’Ascension. Depuis avril 2009, la demande de décret régional est soutenue par le Groupe de dialogue interreligieux.
La Fédération souhaite que les parlementaires portent maintenant cette demande de décret régional, mais insiste sur le fait que l’ensemble de la population réunionnaise doit être concerné pour lui permettre de comprendre les fondements de l’hindouisme.
Enfin, une circulaire du Ministère de la Fonction publique du 31 décembre 2009 relative aux autorisations d’absence dresse une liste des principales fêtes religieuses des différentes confessions pour l’année 2010. Les fêtes catholiques et protestantes, orthodoxes, arméniennes, musulmanes, juives, bouddhistes sont prises en compte par cette circulaire, mais pas l’hindouisme.
Conséquence, les Réunionnais de confession hindoue peuvent se heurter au refus des employeurs ou des établissements scolaires pour les autorisations d’absence, même si Daniel Minienpoullé le reconnaît, il existe une certaine tolérance. Mais la situation ne contribue pas à la sérénité nécessaire aux fêtes religieuses.

EP


Kanalreunion.com