Culture et identité

La maison des cultures noires inaugurée

Sénégal

Céline Tabou / 22 décembre 2011

Le président sénégalais, Abdoulaye Wade a concrétisé, selon lui, l’un des souhaits de Léopold Sédar Senghor, de créer un musée des Civilisations noires. Après l’inauguration, le 15 avril dernier, du Grand Théâtre, le chef de l’Etat sénégalais a posé la première pierre du futur Musée des civilisations noires, dans l’enceinte du Parc culturel.

Le Musée des civilisations noires est l’un des éléments du Parc culturel, constitué de ce que le président Abdoulaye Wade appelle « les Sept Merveilles », qui sont dédiées « à la jeunesse du Sénégal, de l’Afrique et de la diaspora et à tous les hommes et femmes de bonne volonté attachés à la promotion de ce que nous avons d’essentiel », avait déclaré Abdoulaye Wade, le 15 avril lors de l’inauguration au Parc culturel.
Pour le président sénégalais, « le musée n’est pas seulement de l’art. C’est un milieu de conservation et pour ça il faudra des archéologues, des paléontologues et d’autres spécialités autant des objets que des hommes ».

La MCUR et le Musée des civilisations noires

La Maisons des civilisations et de l’Unité réunionnaise aurait du être le lieu de toutes les civilisations créatrices de la culture réunionnaise, mais par rejet de ces civilisations, le projet de construction de la MCUR a été supprimé. C’est une décision politique liée au refus d’admettre l’histoire de la Réunion, alors que le monde se tourne vers son histoire et ses racines. En France continentale et Outre-mer, de nombreux musées ont été ouverts afin d’exposer l’histoire des esclaves.
En Europe et aux Etats-Unis des lieux de culture destiné à unir les peuples ont été ouverts afin que la mémoire ne s’efface pas et que chacun prenne conscience de ses origines. Le monde prend connaissance du colonialisme, de l’engagisme, du multiculturalisme, mais à La Réunion, le refus de connaitre son histoire persiste, suite à des décisions politiques erronées dont l’objectif est de faire paraitre une vérité née de l’assimilation.
La MCUR aurait joué son rôle de transmetteur de la culture, de partage des connaissances et savoirs et de la valorisation de la culture Réunionnaise, née de la Chine, l’Inde, l’Afrique et l’Océan Indien. Au lieu de cela, la Fèt Kaf devient un festival pour la Région. Les raisons de la célébration de cette journée sont dissimulées par tout un bruit de fête patronale. Pour un certain pouvoir, le peuple ne doit pas savoir qu’il s’est libéré de l’esclavage.

Céline Tabou


Kanalreunion.com