Culture et identité

La première école réunionnaise qui porte le nom d’un esclave rebelle

Baptême de l’École maternelle Élie à Saint-Leu

Témoignages.re / 7 novembre 2011

Dans le cadre de la commémoration de la révolte de nos ancêtres esclaves en novembre 1811 dans la région de Saint-Leu, le Conseil municipal de cette commune a décidé la semaine dernière — à la demande d’associations culturelles mobilisées pour le bicentenaire de cette révolte — de donner le nom d’Élie à l’école maternelle située dans le quartier du Plateau. La cérémonie pour baptiser cette école a eu lieu vendredi dernier en présence de nombreux élus, artistes, militants et autres citoyens ayant apporté leur soutien à cette décision, qui est une grande première dans le pays.

Pour la première fois dans notre histoire, une école maternelle à La Réunion porte désormais le nom d’un esclave, combattant de la liberté, nommé Élie. Cet ancêtre a organisé tout près de cette école du Plateau à Saint-Leu — plus précisément dans la ravine du Trou — une révolte avec ses ami(e)s esclaves pour combattre ce système socio-économique inhumain que fut l’esclavage.
De nombreuses personnalités ont exprimé le sens très fort et profond de cet événement lors du baptême de l’école vendredi après-midi :
• Didier Permalnaïck, directeur de l’école ;
• Davy Sicard, chanteur, parrain de ce baptême ;
• Patrick Avet-Rochex, inspecteur de l’Éducation nationale de Saint-Leu ;
• Les élu(e)s : le maire de Saint-Leu ainsi que les représentantes du Conseil général et du Territoire de la Côte Ouest ;
• Les représentants des associations partenaires de la cérémonie : Lucet Permalnaïck, président de Trait d’Union ; Yvrin Rosalie, président du Komité Éli ; Sudel Fuma, coordonnateur du Kolèktif Lané Élie (KLÉ).
Toutes et tous ont souligné que c’est un moment exceptionnel, très important, très émouvant aussi, car il nous fait revivre d’une certaine façon cet événement très important de notre histoire que fut la révolte de 1811. Plusieurs intervenants ont noté que cela nous permet de faire un lien entre notre passé, notre présent et notre avenir.
D’où l’appel lancé par le maire, Thierry Robert : « Cette commémoration d’un événement important de notre passé doit nous aider à préparer les enfants et la jeunesse d’aujourd’hui à prendre en mains l’avenir du pays ».
Après cette cérémonie et la visite d’un village d’expositions, la soirée s’est terminée par la prestation magnifique de nombreux artistes, dont Davy Sicard, mais aussi Maximin Boyer, Lucet Permalnaïck, Fred de Saint-Joseph, Koulouk du Port, Fabienne Sévaye et Christian Adois du groupe Famiy Mélodi (La Rivière des Galets), Marilyne Dijoux et le groupe Amba, Dédé Payet et le groupe Lansor. Par des chants et des fonnkèr, tous ces artistes ont appelé le public et l’ensemble des Réunionnais à s’unir pour résister aux injustices et oppressions d’aujourd’hui. C’est la meilleure façon d’être fidèles à Élie et ses dalons, combattants de la liberté.

Correspondant


Kanalreunion.com