Culture et identité

« La révolte d’Élie : un acte politique très fort »

Soirée commémorative à Saint-Paul pour les esclaves décapités après la révolte de 1811

Témoignages.re / 18 avril 2011

Vendredi dernier, dans le cadre de la célébration du 200ème anniversaire de la révolte de nos ancêtres esclaves dans la région de Saint-Leu, une soirée commémorative a eu lieu au Centre Leconte de Lisle à Saint-Paul, en hommage aux quatre révoltés qui furent décapités publiquement près de la mairie le 15 avril 1812. Cette soirée a été organisée par l’association Rasine Kaf, avec le soutien du Komité Éli de Saint-Leu, du K.L.É. (Kolèktif Lané Élie) et de la commune de Saint-Paul.

Après la cérémonie organisée vendredi matin place de la mairie de Saint-Leu puis la visite du cimetière saint-leusien (voir "Témoignages" de samedi), la célébration de "2011 : l’Année d’Élie, un combattant Réunionnais de la liberté" a continué le soir à Saint-Paul. En effet, ce 15 avril est la date anniversaire de l’exécution il y a 199 ans de onze esclaves rebelles à Saint-Paul (quatre), à Saint-Leu (cinq) et à Saint-Pierre (deux). Deux autres furent décapités publiquement le 24 avril à Saint-Benoît. D’ailleurs des cérémonies commémoratives sont aussi prévues dans ces deux dernières communes, respectivement le 30 et le 24 avril prochains.
La soirée de vendredi a été ouverte par une allocution de la députée-maire de Saint-Paul, qui a rappelé que la liberté reste à l’horizon du peuple réunionnais, et par un poème d’Armel Bataille, "Lo Gardyin", lu par la conteuse Ketty Lisador (voir encadré). Puis Rasine Kaf a projeté son documentaire réalisé en novembre 2006 avec le Komité Éli et intitulé "Mémwar d’Élie, récit de la résistance", où de nombreux militants culturels, artistes, écrivains, chercheurs et autres citoyens réunionnais apportent leur éclairage sur l’importance de connaître — et donc de faire connaître — tous les grands moments notre Histoire, comme cette révolte des esclaves en 1811.

« Notre pays est toujours mal dirigé »

Parmi ces témoins, on peut citer Alex Mithra, Ghislaine et Philippe Bessière, Ida Latchimy, Georges Tergémina, le groupe 7 Po, Eddy Babet, Pierre Myrthe, Yvrin Rosalie, Gilbert Clain, Bernard Zopire, Luc Morva et Georges Thénor. L’un d’eux a souligné que « cette révolte d’Élie est un acte politique très fort, un acte de raison », dont nous avons des enseignements à tirer aujourd’hui face à la situation que nous connaissons.
Après la projection du film, des historiens et enseignants — Mathias Dorval, Gilles Gérard, Yvrin Rosalie, Sudel Fuma, Philippe Bessière — ont échangé avec le public des informations sur la révolte de 1811 et des idées sur les voies et moyens de cultiver notre connaissance historique réunionnaise. Les institutions et les médias ont une grande responsabilité à assumer dans ce domaine. D’ailleurs Sudel Fuma, coordonnateur du K.L.É., et Yvrin Rosalie, président du Komité Éli, ont souligné notamment le travail accompli par le PCR depuis des dizaines d’années pour faire connaître notre Histoire et nous encourager à être fidèles à nos ancêtres combattants de la liberté (voir la série d’articles de "Témoignages" de décembre 1966 sur la révolte de Saint-Leu).

Correspondant


Lo Gardyin

Nou néna in zié i dor pa
La pa po volèr kanar, marodèr, ninportékèl kaniar
Nou néna in zorèy i fèrm pa
Li rés rouvèr, pa po Monsénièr, lo bann ma sèr, Méssié lo Mèr, lo préfé, oubiensa gouvèrnèr

Nout zié èk nout zorèy i dor pa
Po sézi kaparèr dék dann nout kour li va fé in pa
Nout zié, nout zorèy, nout boush i rès rouvèr
Po dénonsé, po krié, dék in papang i komans plane si nout dinité
Po kraz sou nout doi lo karapat malfondé i vé sis lo san nout libèrté

Na in koté nout léspri i dor pa
Li ékout léspri bann maronèr di anou : la libèrté, banna la done anou mové kèr
Li ékout bann gramoune parti batay dann la fré, rakonté koman dovan zot, lo bébèt la kas kontour, parti kasièt po atann son lèr

Léspri bann vié guèrié i di : kaparèr la libèrté i kasièt dann solèy onzèr, li avans dann ti brine son boush la fé énèt
Kaparèr la libèrté sétin ra krévèr, dann in kostim kravat po li fé lo boug onèt
Kaparèr la libèrté, karapat la dinité, i avans konm in landormi lo zié pli gro k lo vant
In lamontrèr i koz dann tant

Po nou èt kapab gagnié, bann vié guérié la pa done aou la bonb, la pa done anou lavyion, la done anou galé, souvnans bouklié, la flèsh, la lans.
Zot la done anou in zié, in zorèy, in boush i dor pa, zot la done anou lègzanp la rézistans.

Poème d’Armel Bataille


Kanalreunion.com