Culture et identité

Lazarets : un lieu de naissance du peuple réunionnais

Passage obligé de tous les travailleurs venus peupler La Réunion

Manuel Marchal / 6 octobre 2015

Une des particularités du peuplement de La Réunion est le partage d’un lieu de passage commun à une grande partie de nos ancêtres. Ils ont vécu dans les Lazarets de la Grande Chaloupe, pour y subir la quarantaine sanitaire imposé à tous les nouveaux venus et les voyageurs. C’était un lieu de rencontre des grandes civilisations d’Afrique, d’Asie et d’Europe. C’est là qu’a commencé à se construire le peuple réunionnais. Est-ce pour cette raison que les Lazarets sont restés si longtemps dans l’oubli ?

JPEG - 52.1 ko
L’infirmerie du Lazaret est devenue un lieu de mémoire rappelant l’origine de tous les migrants qui sont passés par les Lazarets de la Grande Chaloupe.

Dimanche dernier, une cérémonie d’hommage aux ancêtres a eu lieu à l’initiative de Tamij Sangam et du Collectif des Poussaris. Elle s’est tenue à la Grande Chaloupe, près des Lazarets. À sa conclusion, plusieurs invités ont pris la parole, notamment Paul Vergès.
Il a rappelé une singularité de La Réunion. Les murs des Lazarets de la Grande-Chaloupe ont vu passer de nombreux ancêtres des Réunionnais, quel que soit leur continent d’origine.

Passage obligatoire

La Réunion est une île peu étendue. La crainte des épidémies a toujours été présente. La médecine ne connaissait pas autant de remèdes. Le moyen alors utilisé pour éviter l’importation de maladies contagieuse était le placement en quarantaine des nouveaux arrivants. Plutôt que d’effectuer cette période sur le bateau, les immigrants étaient débarqués pour être gardés à terre. Ce système des lazarets a commencé à l’époque de l’esclavage. Il s’est poursuivi ensuite à une échelle encore plus grande quand le développement de la canne à sucre a eu pour conséquence des besoins en main d’oeuvre sans précédent.
Cela a amené la construction des Lazarets de la Ravine à Jacques, puis de la Grande Chaloupe, des lieux isolés accessibles par la mer. Ils sont devenus le point de passage obligé de tous les travailleurs venant d’Afrique ou d’Asie. Ils symbolisent donc un des lieux de naissance du peuple réunionnais. C’était la première rencontre de représentants des grandes civilisations d’Afrique, d’Inde, de Chine et d’Europe.

Civilisations égales

Après leur fermeture dans les années 1930, les Lazarets sont tombés dans l’oubli. Ce n’est que récemment que les murs des dortoirs ont été nettoyés, et l’infirmerie reconstruite.
Aujourd’hui, La Réunion va connaître un grand événement. C’est la première visite d’un ministre de l’Inde. Il inaugurera le centre culturel indien et un monument en hommage aux ancêtres venus de ce pays. C’est un symbole d’une nouvelle ère qui commence, celle de l’ouverture de La Réunion sur son environnement. À cette occasion, le Conseil départemental a annoncé le lancement d’un Erasmus de l’océan Indien. Ce nouveau dispositif apportera notamment un soutien aux Réunionnais qui souhaitent étudier en Inde.
À l’heure de ces évolutions, les Lazarets rappellent que les Réunionnais sont le résultat de la rencontre de grandes civilisations, toutes égales entre elles. La promotion de cette égalité est une des raisons d’être de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise.

JPEG - 35.8 ko
La reproduction de ce document rappelle que les ancêtres venus de Chine sont passés par les Lazarets.
JPEG - 80.4 ko
Cérémonie d’hommage aux ancêtres indiens décédés à la Grande Chaloupe.
JPEG - 50.2 ko
Un ancien dortoir du Lazaret de la Grande Chaloupe.


Kanalreunion.com