Culture et identité

Le 20 décembre : une victoire des communistes

Demain, la Fête réunionnaise de la Liberté

Témoignages.re / 19 décembre 2015

JPEG - 251.9 ko
1948 : centenaire de l’abolition de l’esclavage

La célébration du 20 décembre est un des combats importants des communistes à La Réunion. C’est ce qui a permis à cette date de ne pas sortir de l’esprit des Réunionnais malgré la répression qui voulait effacer leur propre histoire de leurs mémoires. Cela a abouti en 1981 à la reconnaissance du 20 décembre comme jour férié.

Le 20 décembre 1848, l’esclavage a été aboli à La Réunion. La majorité des Réunionnais accédaient donc au statut d’être humain. Pendant la période coloniale qui a suivi, cette date n’était pas une fête. Il a fallu l’arrivée du CRADS au pouvoir dans la majorité des communes de La Réunion pour que le 20 décembre soit célébré, avec la plantation d’arbres de la liberté. Le 20 décembre 1948, le centième anniversaire était célébré par un grand défilé dans les rues de Saint-Denis, avec à sa tête les dirigeants de la CGT et du CRADS. La victoire des communistes aux élections législatives de 1956 a déclenché une période de répression. Elle a abouti quelques années plus tard à la disparition des communistes des conseils municipaux, du conseil général et du Parlement. Le pouvoir voulait faire tomber le 20 décembre dans l’oubli. Il a fallu alors que les communistes mènent le combat pour ne pas que les Réunionnais oublient cette part de leur histoire.

À partir de 1971, le PCR revient à la direction de municipalités, avec un maire au Port et à La Possession, et en tant que membre de la majorité à Saint-Louis.

Ces communes relancent alors la célébration de la fête de la Liberté. Partout ailleurs, les sections communistes maintiennent la flamme et organisent des manifestations.

Ce long combat a abouti en 1981 à la reconnaissance du 20 décembre par le gouvernement. C’est devenu depuis une fête officielle, un jour férié.


Kanalreunion.com