Culture et identité

Le développement durable n’est pas un vain mot

La Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise à Flore et Halle

Manuel Marchal / 29 juillet 2009

Lors de la présentation de la 14ème édition de Flore et Halle, Éric Alendroit, membre de l’équipe de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise (MCUR), a fait remarqué que le projet va bien et qu’il est populaire. La MCUR est en effet un projet qui définit particulièrement bien le mot d’ordre de l’édition 2009 de Flore et Halle : le développement durable n’est pas un vain mot.

La 14ème édition de Flore et Halle a choisi cette année comme thème "Le développement durable, un vain mot ?". Autour de cela s’organisent plusieurs manifestations, dont une série de conférences sur la sécurité alimentaire et une autre sur l’architecture de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise et sur les fonctions de cet équipement culturel.
Comme l’a indiqué Éric Alendroit lundi dernier lors de la conférence de presse de présentation de Flore et Halle, le bâtiment de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise sera capable de produire davantage d’énergie qu’il n’en consommera. Il préfigure ainsi un nouveau type de construction, conforme aux exigences du développement durable (voir en page 5).
Outre cet aspect, la participation de la MCUR à Flore et Halle fait partie des manifestations de préfiguration qui permettent au peuple réunionnais de connaître et de s’approprier un équipement qu’il appelle de ses vœux.

L’adhésion des Réunionnais au projet

L’adhésion des Réunionnais à la MCUR est une réalité que même les médias reconnaissent. En mai dernier en effet, "Le Quotidien" a publié les résultats d’un sondage réalisé par l’institut LH2-DOM sur la Maison des Civilisations et de l’Unité Réunionnaise. Il en ressort que 46% des personnes interrogées estiment la MCUR indispensable. L’adhésion est encore plus importante chez les jeunes puisque dans leur majorité, ils affirment que la MCUR est indispensable. Et ce sont précisément ces jeunes qui seront les principaux utilisateurs de la MCUR, puisque cet équipement s’inscrit dans le temps.
Ces jeunes sont d’ailleurs d’ores et déjà impliqués dans le projet. Depuis quatre ans en effet, l’équipe de la MCUR travaille avec le Rectorat. C’est notamment l’action "Shemin la vi" qui concerne tous les ans 2.000 jeunes. Le succès de cette initiative est très important, car ce sont ces jeunes qui auront la responsabilité de concrétiser le projet réunionnais de développement durable, lorsque notre île sera peuplée d’un million d’habitants.
Au-delà du système scolaire, la MCUR a récemment mené d’autres actions en partenariat avec des associations culturelles, c’est par exemple la commémoration du 10 mai au Parc Boisé du Port. À cette occasion, les Réunionnais ont pu connaître ou retrouver des grands noms de l’Histoire de notre île, ce sont 100 combattants de la Liberté, 100 femmes et hommes qui ont lutté pour que cesse l’esclavage, un crime contre l’humanité qui a été pourtant le droit commun durant la moitié de l’Histoire de La Réunion.

L’égalité des cultures

Comme les autres pays du monde, La Réunion est confrontée aux défis du développement durable. Alors que la population du monde va augmenter de 50% au cours des prochaines décennies, nous devons être capables d’apporter notre contribution à la résolution des grands problèmes du monde. L’une de ces questions est de créer les conditions pour que plus personne ne meurt de faim sur terre. Cette lutte pour la sécurité alimentaire concerne également La Réunion, car aller vers l’autosuffisance alimentaire de notre île, cela signifie également conforter des filières existantes ou en créer de nouvelles qui permettent de diminuer notre dépendance aux importations et donc de créer des emplois à La Réunion plutôt qu’à 10.000 kilomètres.
La réussite de ce combat s’appuie sur une remise en cause des modes de pensées traditionnels. Il s’agit en effet de gagner le pari de l’extension au monde d’un type de développement différent de celui que nous connaissons, car ce modèle à construire doit être capable de garantir le respect des droits humains élémentaires à tous les habitants de la Terre.
Dans cette lutte pour l’égalité planétaire, La Réunion apporte sa contribution à travers un équipement qui permet de démontrer et d’enseigner l’égalité des cultures. Cet équipement, c’est la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise. Outre le social, l’environnement et l’économie, la MCUR contribue à donner à La Réunion un quatrième pilier pour construire le développement durable, c’est la culture. Cet apport permet de rappeler qu’à La Réunion, le développement durable n’est pas un vain mot.

Manuel Marchal


Kanalreunion.com