Culture et identité

Léger-Félicité Sonthonax - 1763-1813 (France)

100 noms pour le 10 mai avec la MCUR

Témoignages.re / 17 mai 2010

Léger-Félicité Sonthonax, est né le 7 mars 1763 à Oyonnax. Fils d’un négociant aisé, il fait des études de droit et devient avocat au Parlement de Paris en 1789, au moment où éclate la Révolution française. Journaliste, il défend les thèses abolitionnistes portées par la Société des amis des Noirs.

Après la proclamation de la République, Léger-Félicité Sonthonax est envoyé à Saint-Domingue comme commissaire de la République pour appliquer la loi du 4 avril 1792, loi reconnaissant l’égalité politique des « métis » et des « blancs ».
Les propriétaires « blancs » se refusent à appliquer cette loi. La tension est vive entre les colons « blancs », les « métis », les « noirs » affranchis et les esclaves.
Le 29 août 1793, Sonthonax et Étienne Polverel, commissaires, sans attendre la décision de Paris, proclament l’abolition le 29 août 1793. La proclamation est rédigée en créole, pour qu’elle soit comprise par tous les anciens esclaves, auxquels elle est lue. Mise devant le fait accompli, la Convention Nationale approuve la décision et étend l’abolition de l’esclavage à toutes les colonies le 4 février 1794.
Toutefois cette mesure ne sera pas appliquée à l’Île de France et à Bourbon, où les émissaires venus apporter la nouvelle seront renvoyés par les colons. La Martinique, sous l’emprise britannique, ne connaît pas non plus l’abolition. De plus, à son arrivée au pouvoir, Bonaparte décidera en 1802 d’officialiser le maintien de l’esclavage dans ces régions où il n’a pas encore été aboli, dans l’océan Indien et à la Martinique.


Kanalreunion.com