Culture et identité

Lèr larivé

Lantant Kaf

Jean Fabrice Nativel / 28 avril 2010

Sous l’œil d’un célèbre aviateur réunionnais et lors d’un troisième rendez-vous, Lantant Kak a été présentée hier matin à Saint-Denis. Composent cette fédération des associations, des hommes et des femmes qui œuvrent à la valorisation des descendants africains devenus esclaves et engagés dans l’île. Que « la vérité » soit dite sur l’Histoire et l’apport de ces êtres humains une bonne fois pour toute… à l’occasion de cette Année de l’Afrique ! Mais rien ou presque rien concernant l’Année de l’Afrique n’a été réalisé — du moins jusqu’à présent. Cette association propose l’enseignement de l’Histoire de l’Afrique dans les établissements scolaires. Et surtout que l’on se sente fier d’être Réunionnais car on appartient tous à une seule famille, celle de l’humanité. Kaf iyèr, Kaf zordi, Kaf domin. Kaf toujours.

 Texte et photos : Jean-Fabrice Nativel

• Lantant Kaf ?
Le communiqué de presse précise que « cette fédération est laïque et apolitique, et reste ouverte à toutes les associations et les personnes qui veulent promouvoir l’Afrique réunionnaise dans tous ses aspects culturels, cultuels, économiques et sociaux ».

• Les objectifs
Ghislaine Bessière de Rasine Kaf les détaille :

« promouvoir l’existence, l’Histoire et la mémoire de la diaspora africaine issue de l’esclavage et de l’engagisme,

redéfinir les liens entre La Réunion et l’Afrique d’aujourd’hui et ses ressortissants.

développer toutes formes d’actions qui visent à valoriser l’africanité réunionnaise constituée historiquement par la communauté originaire de l’Afrique et des îles de l’océan Indien : Madagascar, Comores, Rodrigues,

reconnaître et favoriser la connaissance et la valorisation de l’héritage africain,

abolir le déficit de connaissance sur la Civilisation africaine et ses fondations afin de permettre aux Réunionnais d’origine africaine de s’approprier leurs racines et références fondamentales,

développer la coopération régionale entre La Réunion, l’Afrique et les îles de l’océan Indien »,
Elle insiste sur le fait que « la notion de Diaspora d’hier et d’aujourd’hui, les concepts de Kafritude et d’Afrocentricité sont au cœur de la réflexion ».

• Pour ce faire
Elle décrit les actions à mener :

« établir un diagnostic social, culturel et économique sur la place et les conditions de vie des Kaf à La Réunion,

développer les échanges et les voyages interculturels entre La Réunion, l’Afrique et les pays de la zone de l’océan Indien afin de permettre aux Kaf de réaffirmer leurs cultures d’origine,

faire le deuil de l’esclavage et dépasser les traumatismes liés à cette période historique en se ré-affiliant de façon positive aux racines et aux valeurs ancestrales ».

• La composition
Ghislaine Bessière, Jean-Denis Idmont, Alex Mitra, Patricia Profil, Patrick Fary-Olax… de Rasine Kaf, Jean-René Dreinaza, Comité de moringue de La Réunion, Charifa Madi, Maison de la diaspora, Henri Boizan, Colette Caron, Francis Eko, Judith Profil, conteuse… forment dans l’immédiat Lantant Kaf.

• À venir

- La célébration de la Semaine de l’Afrique du 22 mai au 30 mai autour de conférences, d’un Kabar Kaf, Kozman tambour, « afin de rendre visible cette culture ».

- Les conférences autour de la Civilisation africaine et de l’africanité réunionnaise, comorienne, caribéenne.

- Le documentaire sur les “Femmes zansèt, figure de l’ancestralité”, les femmes troncs.

- Le documentaire sur un “Kaf dans la ville”.

- La recherche généalogique sur les noms mozambicains et le voyage pédagogique pour retrouver la trace de ces noms.

- La publication d’un conte sur trois générations de femmes.
À noter que tous ces projets doivent faire l’objet d’une présentation détaillée et d’une validation par le Comité d’organisation de l’Année de l’Afrique.

• Le bal kaf
Cette pratique a été dévoilée hier par Jean-René Dreinaza. Pas de doute, le bal kaf a « existé ». En guise d’instruments, « fer-blanc » et « caisse en bois » rythmaient « la fin de la coupe canne », « la naissance ». Cela se passait entre Kaf.


Zot la di

• Ghislaine Bessière
Lantant signifie « nous sommes ensemble ». Le kaf est « le creuset culturel et le creuset de la population réunionnaise ».

• Jean-René Dreinaza
Au sujet du Kaf, dit-il, « il ne faut pas que ce vocabulaire choque les gens ». Car, éclaire-t-il, « on ne se rebelle pas » et « on ne révolutionne pas ». Il s’interroge et demande : « dans la vie de tous les jours, où est le Kaf ? ». Mais il confie qu’« il faut être fier d’être Réunionnais. Nous nous sommes formés. Aujourd’hui, on est prêt ». En effet, Kaf ne se résume pas « à footballeur » ou « à celui qui surveille les portes d’un salon de bal », d’une part, et combien sont-ils aujourd’hui, diplômés, à exercer un emploi de subalterne ? Il n’y a qu’à regarder autour de nous pour trouver la réponse.

• Charifa Madi
« La communauté — Kaf — reste ouverte aux autres » et on va « aller à la rencontre des autres cultures réunionnaises », expose-t-il.

• Patrick Fary-Olax
Pour lui — et pas seulement —, « il y a une autre Afrique que celle de l’esclavage et de l’engagisme ».

Contacts

- Ghilsaine Bessière 0692-20-87-04

- philippe.bessiere@only.fr


Kanalreunion.com