Culture et identité

Louis Delgrès - 1766-1802 (Guadeloupe)

100 noms pour le 10 mai avec la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise

Témoignages.re / 15 avril 2010

Métis né en 1766 d’une mère “blanche” et d’un père “noir”, Louis Delgrès devient sergent dans l’armée républicaine en 1791. Il mène le combat contre les Anglais qui le capturent lors de la prise de la Martinique en 1794.

Déporté en France, il revient aux Antilles en 1799 et organise en 1802 la résistance contre le général Antoine Richepanse venu rétablir l’esclavage en Guadeloupe sur ordre de Napoléon Bonaparte.

Le 10 mai, Delgrès rédige une proclamation intitulée “À l’univers entier, le dernier cri de l’innocence et du désespoir” dans laquelle il déclare : « C’est dans les plus beaux jours d’un siècle à jamais célèbre par le triomphe des lumières et de la philosophie qu’une classe d’infortunés qu’on veut anéantir se voit obligée d’élever sa voix vers la postérité, pour lui faire connaître, lorsqu’elle aura disparu, son innocence et ses malheurs. [...] ».

Le 28 mai 1802, après une résistance héroïque aux troupes de Bonaparte, Delgrès et ses 300 compagnons, plutôt que de perdre une seconde fois leur liberté, se suicident à l’explosif dans leur refuge de l’habitation Danglemont, à Matouba.

Dans sa déclaration du 10 mai 1802, il avait fait le serment de « Vivre libre ou mourir ».


Kanalreunion.com