Culture et identité

Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise : De nouveaux et nombreux soutiens au projet

Mobilisation internationale face à une décision qui remet en cause le rayonnement culturel de la France

Témoignages.re / 27 mars 2010

Dimanche 21 mars, dans son discours de victoire, Didier Robert, tête de liste UMP, déclarait qu’une de ses premières décisions serait de « mettre un coup d’arrêt au projet MCUR ». L’émotion et l’inquiétude soulevées par cette annonce a conduit plusieurs personnalités locales, nationales et internationales à s’exprimer. Cette mobilisation s’amplifie encore après la confirmation de cette mesure qui remet en cause le rayonnement culturel de la France. Didier Robert a en effet confirmé qu’il veut supprimer la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise. Voici le texte d’un appel de soutien au projet rappelant son soutien par de nombreuses personnalités du monde.

Mettre au coup d’arrêt au projet MCUR, c’est :

Mettre en péril le travail et la formation d’une vingtaine de jeunes Réunionnaises et Réunionnais quand on parle chômage et formation

Mettre en péril les donations car les donateurs ont aussitôt signalé que leurs dons allaient au projet de la MCUR tel qu’il a été défini et mené par l’équipe scientifique et culturelle

Mettre en péril la construction d’un centre culturel où la recherche, la créativité, la rencontre, l’échange et le vivre ensemble se développent

Mettre en péril un chantier BTP, des retombées économiques dans le tourisme culturel, des formations en métiers de la culture

Mettre en péril les conventions avec le Rectorat sur les classes MCUR, les conférences prévues

Arrêter une dynamique de réalisation : après l’avis favorable de la DUP, la finalisation des études, l’étape de construction pouvait commencer :

Or, la qualité, la nécessité, l’importance du projet de la MCUR ont été reconnues par les plus hautes autorités de l’État :

• M. Nicolas Sarkozy, président de la République, déclarait dans un courrier du 24 décembre 2007, à M. Paul Vergès, que « cet équipement culturel permettra, j’en suis convaincu, de favoriser l’expression de la diversité des cultures et d’en faire la synthèse dans le cadre d’un projet de grande envergure pour La Réunion. Je tiens à vous féliciter pour cette initiative régionale qui regroupe tous ceux qui, par leur savoir, leurs expériences et leurs pratiques, peuvent contribuer au dessein d’un musée à vocation internationale. Soyez assuré du soutien de l’État dans la démarche que vous avez engagée ainsi que le Conseil régional pour l’avancée des études et des travaux ».

• M. François Fillion, Premier ministre, saluait le 9 juillet 2009, lors de l’inauguration de la route des Tamarins, « l’autre symbole du dynamisme réunionnais » « dont Monsieur Vergès a parlé avec conviction et chaleur, c’est la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise ».

Des personnalités politiques de la France hexagonale ont aussi publiquement salué le projet MCUR :

• Mme Martine Aubry, Secrétaire générale du Parti socialiste, déclarait le 1er février 2010 :
« La Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise, c’est un formidable projet qui est porteur pas seulement pour La Réunion et pour la France, mais aussi peut-être pour le monde ».

• Mme Marie-George Buffet, Secrétaire générale du PCF, saluait le 30 mars 2007 « l’esprit de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise, favorisant l’épanouissement culturel d’un peuple à identité métisse exemplaire ».

• Devant la menace exprimée dimanche, Jean-Marc Ayrault, Député-maire de Nantes, chef du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, a exprimé son inquiétude et donné son soutien à l’équipe de la MCUR.

Les membres du Conseil scientifique se sont émus de la menace qui pèse sur le projet :

• M. Marc Augé, anthropologue (France) s’est déclaré inquiet et ému et a souhaité que son nom soit associé à toutes les initiatives.

• M. Germain Viate, conservateur général du Patrimoine (France) a écrit : « Au sein de son Conseil scientifique, nous avons pu suivre depuis plusieurs années l’évolution de ce projet conduit par Madame Françoise Vergès. Nous avons été informés de ses étapes, impressionnés par le travail en profondeur effectué par ses équipes et intéressés par les propositions de son projet architectural et muséographique… L’abandonner avant même qu’il ait pu être vraiment analysé dans ses différents paramètres pour des raisons de politique circonstancielle serait indigne et désolant. Puisqu’il avait suscité l’intérêt de la communauté scientifique et reçu le soutien des plus hautes autorités de l’État, il me paraît impossible et dangereux de le laisser condamner sans plus d’examen au lendemain d’élections régionales ».

• M. Achille Mbembe, historien et philosophe (Afrique du Sud), s’est déclaré inquiet et ému et a souhaité que son nom soit associé à toutes les initiatives.

Alertées de la menace qui pèse sur le projet, des parrains et personnalités du monde de la culture, de la recherche, des arts, en France hexagonale, dans les Outre-mers, aux États-Unis, au Brésil, en Afrique, en Inde, au Canada ont immédiatement réagi :

• Maryse Condé, professeur émérite, commandeur des Arts et Lettres, marraine de la MCUR : « Le projet est l’œuvre d’une équipe dont la compétence et l’abnégation ne sont plus à louer... Leur curiosité n’a de pair que leur détermination à accomplir le travail le plus efficace qui soit. Il serait infiniment regrettable que tant d’efforts soient balayés par une défaite politique. L’intérêt des Réunionnais demeure… Il en va du bien-être de l’Outre-mer ».

• Michel Collardelle, conservateur en chef du Patrimoine, parrain de la MCUR.

• Sarat Maharaj, historien de l’art, parrain de la MCUR : « La MCUR est reconnue internationalement pour ses projets de recherche, ses pratiques culturelles, et sa production de savoir et pour faire émerger de nouvelles formes de modernité dans le monde ».

• Isaac Julien, parrain de la MCUR.

• Lilian Thuram.

• Milton Guran, anthropologue (Brésil) : « La MCUR est exemplaire parce qu’elle présente une manière de voir le monde et les différentes cultures libre de préjugés et ouverte à l’avenir des peuples. La MCUR rend La Réunion plus riche, au cœur du débat le plus important de notre époque ».

• Marc Cheb Sun, rédacteur en chef de “Respect mag” : « Ce musée est un lieu du présent et du futur. Ce n’est pas le passé qui se joue ici, mais bien l’avenir ».

• Irène Frain, écrivain.

• Jean Jamin, anthropologue, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, secrétaire général de la Rédaction de la revue “L’Homme”.

• Doudou Diene, rapporteur à l’ONU.

• Gilles Gauvin, historien, professeur des collèges, écrivain.

• Mark Nash, professeur au Royal College of Art à Londres.

• Dr K. Madavane, professeur à l’Université Jawarharlal Nehru.

• Thérèse Kaufmann, Institut européen pour les politiques culturelles progressistes.

• Hubert Gerbeau, historien.

• Marcel Dorigny, historien.

• Ann Banfield, professeur à l’Université de Berkeley.

• Catherine Coquery-Vidrovitch, historienne, professeur émérite, Commandeur de la Légion d’Honneur.

• Benjamin Stora, historien, professeur à Paris 13, directeur de l’Institut Maghreb-Europe.

• Les membres du groupe de recherche ACHAC (Association pour la connaissance de l’histoire de l’Afrique contemporaine).

• Florence Boyer, chorégraphe.

• Stéphane Hoareau, poète, écrivain.

• Catherine Coquio, professeur de Littérature comparée (Poitiers), présidente de l’Association internationale de recherche sur les crimes contre l’humanité et les génocides.

• Fabienne Gay-Vial, directeur général CAMàYEUX

• Patrick Saingainy, journaliste.

• Sylvie Robic, maître de conférences, littérature, Université de Nanterre.

• Gaëlle Naegellen, chercheuse.

• Catherine M. Sousslof, professeur, Université de British Columbia (Canada).

• Christiane Succab Goldman, réalisatrice.

• Marie-Claude Lui Van Sheng, réalisatrice et productrice.

• Dan Ferrand-Bechmann, sociologue, professeur des Universités.

• Debarati Sanyal, Université de Berkeley.

• Lisa Weeden, chair, Sciences politiques, Université de Chicago.

• Nicolas Bancel, historien, professeur des Universités, Lausanne (Suisse).

• Vijaya Rao, professeur, Université Jawaharlal Nehru (New Delhi).

• Dhir Sarangi, professeur, Université Jawaharlal Nehru (New Delhi).

• Catherine Barat-Marimoutou, enseignante dans le second degré (La Réunion).

• Félix Marimoutou, professeur agrégé, Université de La Réunion.

• Julien Blaine, artiste (France).

• Frédérique Hélias, doctorante, Université de La Réunion.

• Ketty Lisador, artiste (La Réunion).

• Daniel-Henri Pageaux, professeur, Université Paris III, co-directeur de la
Revue de Littérature comparée, membre correspondant de l’Académie des Sciences de Lisbonne.

• Valérie Magdelaine-Andrianjafitrimo, maître de conférences, Université de La Réunion.

• Dominic Thomas, directeur d’études françaises et francophones, Université de Californie (Los Angeles).

• Zerbanoo Gifford, directeur, Centre ASHA, Londres.
.
• Dan Ferrand-Bechmann, sociologue, professeur, Université Paris 8.

• Aude Désiré, responsable de la Médiathèque CDDP 94 Espace Aimé Césaire, Créteil.

• Elsa Dorlin, maître de conférences, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

• Dolores Pourette, anthropologue (France).

• Anza Karei Plaiche, doctorante, Université de La Réunion.

• Pep Suribos, écrivain, philosophe, Barcelone.

• Marcel Bolon (La Réunion).

• André Rober, poète, écrivain (France).

• Camille Mauduech, réalisatrice.

• David Picard, Senior Research Fellow, Universidade Nova de Lisboa
(Portugal).

• Claire Guillaume, documentaliste (La Réunion).

• Animesh Rai, chercheur (Inde).

• Stéphane Pradines, Institut français d’archéologie orientale, Le Caire.

• Jeanne Moisand, professeur d’histoire.

• Natacha Pugnet, critique d’art, Université de Provence.

• Hervé This, physico-chimiste INRA, directeur scientifique de la Fondation Science&Culture Alimentaire, Académie des Sciences (France).

• Pascal Blanchard, historien, Achac (France).

• Rada Ivekovic, écrivain, chercheuse (France).

• Marie-Claude Smouts, directrice de recherche honoraire, CNRS/Sciences
Po/CERI, Paris.

• Idriss Kathrada, consultant.

• Trica Danielle Keaton, professeur associé, African-American and Diaspora Studies, Vanderbilt University (États-Unis).

• Christopher L. Miller, professeur, Université de Yale (États-Unis).

• Isa Massu, artiste.

• Philippe Zourgane, architecte, maître de conférence ENSAPVS (France).

• Jean-Yves Rochoux, économiste (La Réunion).

• Therese Kaufmann, co-directeur de l’European Institute for progressive cultural policies.

• Christine Van Assche, conservatrice en chef, service Nouveaux médias, Centre Pompidou

• Florence Boyer, directrice artistique, Compagnie de danse contemporaine créole, Artmayage Réunion.

• Lloyd Desbrisay, architecte, New York.


Kanalreunion.com