Culture et identité

Marliépou et Rêve sur un volcan

Conte et histoire de l’engagisme dans un seul livre

Témoignages.re / 9 novembre 2013

À quelques jours de la commémoration du 11 novembre, date de l’abolition de l’engagisme indien pour peupler La Réunion, « Marliépou » et « Rêve sur un volcan » regroupe dans un seul ouvrage une étude scientifique de Michèle Marimoutou Oberlé, précédée d’un conte en créole et en français de Daniel Honoré. Publié par les Éditions ART, avec le soutien de la Ligue de l’enseignement. Il sera présenté lundi au Lazaret de la Grande Chaloupe.

JPEG - 75.5 ko
La couverture du livre.

Ce 11 novembre, c’est la commémoration de l’abolition de l’engagisme indien à La Réunion. La manifestation la plus importante se déroulera au Lazaret de la Grande Chaloupe. C’est dans ce lieu que quasiment tous les ancêtres arrivés après 1848 ont été mis en quarantaine, avant de rejoindre les plantations. Un ouvrage relatif à cette période vient d’être publié. Co-écrit par Michèle Marimoutou Oberlé et Daniel Honoré, le livre rassemble un conte en créole et en français, et une étude historique sur l’engagisme à La Réunion.

La démarche est partie d’une demande de l’éditeur, indique Daniel Honoré. L’écrivain réunionnais a été sollicité pour travailler sur ce thème. Le texte est devenu un conte avec deux personnages bien connus dans notre île : Mme Desbassyns, qui a réellement existé, et Gran Mèr Kal, qui est dans la légende.

Ce conte, c’est la possibilité de montrer que l’histoire de notre pays est dure et injuste, poursuit-il. Et sur la base du bilan de cette histoire, il est possible de se réconcilier pour vouloir vivre ensemble, ajoute-t-il.

L’écriture du même conte dans deux langues différentes correspond à l’engagement que Daniel Honoré espère tenir : montrer à la fois que l’on a une langue, le français, héritée de la colonisation et une autre, le créole, pas suffisamment pris en compte qui souffre de mépris de la part du Créole lui-même. « Aujourd’hui, plus personne ne peut nous refuser les deux langues », dont le créole.

Michèle Marimoutou Oberlé a répondu à Daniel Honoré, qui souhaitait que le conte puisse être accompagné d’une partie historique.

« C’est la première fois que l’on met la partie historique et la littéraire dans un même ouvrage », souligne-t-elle.

Disponible dans les librairies de l’île, « Marliépou » précédé de « Rêve sur un volcan » sera présenté lundi à la Grande Chaloupe, à l’occasion de la commémoration de l’abolition de l’engagisme indien à La Réunion.

"Marliépou"

L’engagisme indien à La Réunion

Le « marliépou » ou « oeillet d’Inde » éclaire toute cérémonie hindoue à La Réunion. Il symbolise le lien entre l’Inde originelle et la terre où se sont installés les descendants des engagés indiens. Qui sont ces engagés ? Pourquoi se sont-ils retrouvés si loin de leurs villages ? La réalité insulaire est-elle conforme à leurs espoirs ?

Précédé d’un conte de Daniel Honoré " Réve sur un Volcan". Le fils adoptif d’un « engagé », Bertrand, rêve d’avoir une grand-mère pour remplacer celle qui l’avait tant aimé. serait-ce l’ancienne esclavagiste, Ombline Desbassayns ou une esclave connue sous le nom de Gran Mèr Ka l ? Laquelle de ces femmes à la double personnalité, chacune acceptera d’être sa grand-mère ? Pourquoi pas toutes les deux ? Bertrand réalisera-t-il son rêve, assis sur les pentes du volcan ?


Kanalreunion.com