Culture et identité

Mobilisation contre la profanation du cimetière marin de Saint-Philippe

1er septembre 2010

Manuel Marchal / 19 janvier 2011

En cette fin du mois d’août, l’actualité est marquée par la profanation du cimetière marin de Saint-Philippe, inauguré en 1735. Des militants culturels se mobilisent pour le respect du peuple réunionnais.

Après la décision de l’arrêt de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise, c’est un nouveau coup contre le peuple réunionnais qui est porté par un membre de la Direction UMP du Conseil régional. C’est en effet à Saint-Philippe, commune dont le maire est un ami politique de Didier Robert, qu’a eu lieu à la fin du mois d’août la profanation par des bulldozers d’un cimetière marin inauguré en 1735, c’est donc un des plus anciens cimetières de La Réunion.
Qu’un acte d’une telle gravité ait pu être commis, voilà qui montre combien la concrétisation de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise est nécessaire pour que chacun sache d’où il vient, et donc ce qu’il doit à ceux qui ont fait La Réunion.
Cette connaissance ne pourra que favoriser le respect de toute trace de sépulture dans notre pays, sachant que la majorité de nos ancêtres n’ont même pas pu avoir droit à une trace commémorant leur passage sur la terre réunionnaise.
Aussitôt la nouvelle de cette profanation connue, c’est aussitôt la mobilisation pour dénoncer ce saccage, et pour tenter d’apaiser les âmes des ancêtres. Ce 1er septembre, un collectif d’associations rappelle combien un cimetière doit être respecté. Les militants culturels rappellent la mairie à l’ordre, et comptent également sur une implication des services de l’État pour recenser les lieux de la mémoire réunionnaise.
Ce 1er septembre au soir, un hommage aux ancêtres est rendu dans le cimetière profané, pour apaiser les âmes dérangées par le passage des bulldozers, et pour faire la paix avec nous-mêmes.

M.M.


Kanalreunion.com