Culture et identité

Moin na in gous’ 3ème édition

Challenge Edmond Albius

Témoignages.re / 5 juillet 2012

Ce samedi 7 juillet 2012 aura lieu la 3ème édition du Challenge Edmond Albius “Moin na in gous’” à l’AS MJC de Sainte-Suzanne. Destiné aux U13, ce tournoi de football rend hommage à un personnage qui a marqué l’Histoire de Sainte-Suzanne, de La Réunion et du Monde : Edmond Albius.

Ce tournoi s’adresse à des U12/U13 pour leur rappeler que c’est à cet âge que M. Albius a découvert le procédé de fécondation de la vanille.

En catégorie U13 (jeunes de 12 et 13 ans), nous sommes au cœur de la préformation. Les enfants sont très réceptifs, car ils ne sont pas encore distraits par d’autres préoccupations propres à l’adolescence ; on exige d’eux un bon comportement : exactitude, attention, application, langage correct, bonne gestion de leur équipement… C’est l’âge propice à l’acquisition des bases fonctionnelles du football, une étape importante pour la construction de l’enfant.

En catégorie U13, les enfants (et particulièrement les 1ères années) découvrent “le vrai stade” et “le vrai football” pratiqué à 9. Le jeu devient plus exigeant, ils sont plus sollicités physiquement : courses plus longues et plus répétitives, plus d’énergie et de vitesse, plus de puissance ; les surfaces de jeu sont plus grandes et le temps de jeu est plus important.

Pour le cru 2012, le club malgache Net Foot Mada est arrivé hier, donnant à cette manifestation un caractère international. Elle sera logée dans le centre d’hébergement du centre de moringue.

Le programme 2012

• La matin : phases qualificatives

7h30 : accueil des délégations et formalités administratives des 24 équipes engagées.

8h00 : Hommage à Edmond Albius au mémorial avec une délégation d’officiels suivi d’un spectacle de moringue de l’association KAIASSE, lauréate du concours “Fais-moi rêver 2012”

8h30 : Début des rencontres

• Après-midi : phases finales sur le stade A du Bocage

12h00 : repas pour les joueurs et les éducateurs (offert). Si plusieurs éducateurs, prévenir pour la préparation de repas supplémentaires.

13h15 : reprise des rencontres

16h30 : finale

16h45 : spectacle de moringue de l’association KAIASSE

17h00 : spectacle de danses avec la MDA

17h10 : groupe Zanaka Maloya

17h30 : remise des récompenses. Remise de coupes et médailles aux premier, deuxième, troisième, un certificat de participation au challenge Edmond Albius sera remis à tous les participants. Il y aura aussi la coupe du fair-play, du meilleur buteur, de la meilleure attaque, de la meilleure défense, du meilleur gardien

Les équipes devront impérativement passer par les ateliers de la BPDJ et de la MDA, une coupe sera remise à l’équipe qui aura la meilleure note au questionnaire des ateliers.

Les équipes sont réparties en 6 poules de 4 sur les 3 stades et se rencontrent sous forme de mini-championnat aller simple pendant des matchs de 2 fois 8 minutes pour les 6 poules de 4. Dans chaque poule, un classement est établi suivant le critère suivant : 4 points par match gagné, 2 points par match nul, 1 point par match perdu et 0 point par forfait ou pénalité. En cas d’égalité parfaite, les tirs au but départageront le vainqueur du match. La répartition des équipes et des stades se fera par tirage au sort : Georges Repiquet, Quartier-Français et Deux-Rives. L’après-midi, les matchs de phase finale se joueront sur des rencontres de 15 min sans mi-temps.

Edmond Albius, cet esclave de 12 ans qui découvrit le procédé de fécondation de la vanille

En 1980, Lucet Langenier érigeait une stèle en l’hommage d’un esclave du nom d’Edmond Albius. Cette stèle rappelle urbi et orbi (à la ville et au monde) que c’est ici, en 1829 qu’est né celui qui révolutionna la culture de la vanille. L’histoire retiendra, en effet, et c’est ce qui fait la fierté de La Réunion et des Réunionnais, que c’est par un acte délibéré que le petit Edmond, alors âgé de 12 ans, découvre le procédé de fécondation de cette orchidée afin qu’elle produise cette « substantifique » gousse.

Cette “pépite” de notre Histoire nous enseigne combien, malgré la pression, le joug oppressant du pouvoir qui tend à nous faire perdre notre confiance intérieure et la conscience de notre valeur, il nous faut rester toujours centrés et garder le cap de notre destinée. Edmond Albius laisse, autant que Lucet Langenier, un message très fort à la diaspora réunionnaise. Il n’est pas question dès lors de se lamenter sur ses déficits, mais au contraire de transcender ses qualités intrinsèques. Quelle que soit notre appartenance sociale, nous sommes donc « des âmes bien nées et notre valeur n’attend pas le nombre des années ».

La municipalité de Sainte-Suzanne a offert à Edmond Albius deux lieux de commémoration, à Bellevue où il est né et au Bocage, pas loin de l’hospice où il est mort dans le dénuement le plus total en 1880. La population aime à s’y recueillir régulièrement et plus encore lors du relais des marrons de l’OMS organisé tous les 20 Décembre depuis maintenant 15 ans et de la célébration de la journée du 10 Mai issue de la loi Taubira, dite « de la reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’humanité ».


Kanalreunion.com