Culture et identité

Motion pour la promotion et la défense de la langue créole

Conseil départemental

Témoignages.re / 28 octobre 2015

Au lendemain du rejet par la majorité sénatoriale du projet de ratification par la France de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires, le Groupe de concertation pour le développement de La Réunion a présenté ce mercredi matin une motion dans laquelle il demande que le Conseil départemental de La Réunion se mobilise pour que la France puisse enfin adopter ce texte qui permettra dans notre île de mieux promouvoir et défendre le créole, langue maternelle de la majorité des Réunionnais. Voici le texte de la motion lu par Michèle Caniguy.

JPEG - 44.1 ko

Considérant que les langues et cultures de France sont une composante du patrimoine national français ;

Considérant que cette diversité linguistique est une richesse pour la France ;

Considérant que ces langues régionales ou minoritaires servent le combat pour le rayonnement de la France dans le monde ;

Considérant que la pratique des langues régionales ou minoritaires est une conception originale de la décentralisation ;

Considérant que leur reconnaissance est un impératif démocratique ;

Considérant que le droit à la pratique et à l’apprentissage des langues régionales ou minoritaires participe à l’équilibre démocratique ;

Considérant que le créole a été, est et restera la source même de la création du peuple réunionnais ;

Considérant que le créole est l’élément fondateur de la construction de l’identité réunionnaise ;

Considérant que le créole a joué, joue, et jouera un rôle décisif dans la cohésion de la société réunionnaise ;

Considérant que le créole a fait de La Réunion un exemple unique au monde ;

Considérant que le créole a été le seul vecteur de la transmission d’un savoir, d’une culture construite au fil des siècles, par des femmes et des hommes venus de continents différents ;

Considérant que le créole a joué et joue encore un rôle fédérateur au sein de la société réunionnaise ;

Considérant que l’absence de prise en compte du créole, langue maternelle des Réunionnaises et des Réunionnais est un obstacle réel à l’intégration de tous, notamment des plus démunis, à la société réunionnaise ;

Considérant que 90 % des Réunionnais estiment que le bilinguisme est une richesse ;
Considérant que 76 % des Réunionnais estiment que le créole est important pour le futur de leurs enfants ;

Considérant que 85 % des Réunionnais estiment que le créole est utile ;

Considérant que la ratification de la charte européenne des langues régionales ou minoritaires permettra l’usage du créole dans le domaine de l’éducation, mais aussi de la justice, des media, de la vie économique et sociale, des services publics ;

Considérant la prépondérance du créole dans les îles du Sud-ouest de l’Océan Indien, et notamment des îles de la COI ;

Le Conseil Départemental, réuni en assemblée plénière :

Demande au Gouvernement de tout mettre tout en œuvre pour que la France ratifie la charte européenne des langues régionales et minoritaires.

Demande à l’ensemble des parlementaires Réunionnais d’appuyer toutes démarches allant dans ce sens.


Kanalreunion.com