Culture et identité

« Notre force contre les discours de division »

Le soutien de la commune de Saint-André à la Journée réunionnaise de la Fraternité

LB / 28 septembre 2010

Ce dimanche s’est tenue au Parc du Colosse à Saint-André la seconde édition de la Journée réunionnaise de la Fraternité, organisée par le Groupe de Dialogue Inter-religieux de La Réunion (GDIR). Comme “Témoignages” l’a signalé hier, la commune de Saint-André a apporté son soutien à l’organisation de ce rassemblement et Joé Bédier, 1er adjoint au maire, a exprimé les raisons de ce soutien lors de la cérémonie d’ouverture à ce rassemblement de dialogue et d’échanges autour de la fraternité. Voici de larges extraits de cette allocution, avec des intertitres de “Témoignages”.

« Je ne vous apprendrai rien en soulignant que l’humanité vit une des périodes les plus difficiles de son Histoire. Notre île en est victime. Les Réunionnais et les Saint-andréens en particulier sont touchés par les conséquences d’une crise financière et économique mondiale, dont l’ampleur, selon certains experts, dépasse celle de 1929.
Les habitants de notre ville vivent au quotidien cet accroissement des situations de précarité et de pauvreté. Et nous en sommes les témoins chaque jour. En tant que vice-président du Centre Communal d’Actions Sociales de Saint-André, je peux témoigner de cette situation de détresse qui touche notre population, car j’assiste à une augmentation exponentielle des demandes d’aides d’urgence.
A nos portes, les populations de nos îles sœurs sont certainement plus touchées que nous. Et que dire des situations dans les pays les plus pauvres de notre planète ?
Le soutien récent du Fonds Monétaire International à l’économie grecque défaillante, pays de l’Union Européenne et à ce titre membre du G20, est une illustration très concrète des limites d’un modèle économique générateur de précarité, de pauvreté et bien sûr de grandes tensions dans les relations humaines.

Notre responsabilité

En observant l’Histoire humaine, nous savons que, dans les périodes difficiles, les tentations de trouver des boucs émissaires et de stigmatiser certaines parties de la population sont grandes. Ce contexte favorise chez les individus le repli sur soi ou sur une communauté, quelle qu’elle soit ; il favorise aussi la critique de la diversité des philosophies au profit de l’éloge d’une seule comme détentrice de la vérité.
On rejette la richesse que représentent les différentes cultures et ce qu’elles peuvent nous apporter en sagesse, en message de paix et de solidarité. On fait porter le chapeau à celles et ceux qui viennent d’ailleurs, aux étrangers ou à ceux dont le mode de vie nous dérange.
Par conséquent, aujourd’hui, notre responsabilité d’élus, de citoyens est de favoriser le plus largement possible l’expression des valeurs universelles de fraternité, de solidarité, de tolérance et d’entre-aide mutuelle, qui vont à l’encontre de ces discours.
Ce rassemblement du Groupe de Dialogue Inter-religieux de La Réunion ici à Saint-André est une occasion de rappeler au plus grand nombre le caractère essentiel de ces valeurs. C’est donc tout naturellement que nous avons répondu favorablement à votre sollicitation et mis quelques modestes moyens à votre disposition.

Le socle de l’éducation

C’est bien l’unité dans le respect de la diversité et le rassemblement dans le respect des différences qui font notre force contre les discours de division, d’opposition, de stigmatisation. D’autant que la laïcité de notre société, qui est d’abord une liberté publique, est le cadre par excellence permettant d’articuler cette diversité des cultures, des croyances et des convictions.
Il est de notre responsabilité de prôner ce respect, d’en faire le socle de l’éducation que nous donnons à nos enfants pour bâtir avec eux et pour eux les fondations d’une société plus juste, plus solidaire et plus fraternelle. »


Kanalreunion.com