Culture et identité

« Notre Histoire doit être partagée, transmise à nos enfants, à nos petits-enfants et à tous ceux qui souhaitent la connaître »

Témoignages.re / 30 mars 2010

« Monsieur le Président de la Région Réunion,

Tout comme vous, j’aime La Réunion, et depuis des années, j’apporte ma petite pierre à sa construction. Dans mon expérience militante, j’ai appris aussi à respecter la démocratie, de ce fait, je respecte le vote des 45% des Réunionnais. Le compte n’y est pas, mais c’est ainsi.
Néanmoins, permettez-moi de vous dire que j’ai peur pour notre pays, j’ai peur que chaque jour devienne un cauchemar pour des milliers de Réunionnais. Je fais partie de la génération qui a été privée de connaissance sur l’histoire de La Réunion, qui a connu la “diabolisation” en vivant pleinement sa culture, qui a été punie pour avoir utilisé sa langue maternelle, la langue créole. Aujourd’hui je suis scandalisée quand je vous entends dire que l’histoire se réduit à une histoire créole métisse, et j’en passe… Que certains s’amusent à revisiter l’histoire ! De quelle histoire vous parlez, Monsieur le Président, et j’aimerais bien comprendre votre sens de « revisiter », et qui la revisite. L’école coloniale ne m’a pas tout appris, pardon l’école républicaine !!!
A mon humble sens, notre Histoire doit être partagée, transmise à nos enfants, à nos petits enfants et à tous ceux qui souhaitent la connaître. Notre histoire doit être respectée, non manipulée, non traduite dans des discours de haine.

Un peu d’Histoire, Monsieur le Président : l’histoire de La Réunion a commencé à la fin du XVIIe siècle. En 1687, un jeune Indien est enregistré comme esclave sur son acte de vente, en 1697, le premier compte-rendu de la traite négrière est écrit à La Réunion, en 1723, date de la parution du Code Noir — vous connaissez le Code Noir —, l’esclave était considéré comme un meuble, il devait prendre la religion de son maître, il lui était interdit de créer une famille, enfants et parents étaient séparés… et j’en passe. Aujourd’hui, l’Esclavage est reconnu comme Crime contre l’humanité, après des années de lutte pour sa reconnaissance. La Réunion a connu un siècle et demi d’esclavage, Monsieur le Président, vous savez, il y a eu des séquelles…
En 1848, Abolition de l’esclavage, Monsieur le Président, mais malheureusement, la liberté ne fut pas au bout et, d’ailleurs, jusqu’à aujourd’hui. L’engagisme a commencé dès 1817, pour s’amplifier en 1848 au moment de l’abolition de l’esclavage. Ces hommes et ces femmes sont venus d’Inde, de Chine, de Madagascar, d’Afrique, des Comores, de Rodrigue, d’Europe.

Monsieur le Président, notre Histoire ne peut être réduite qu’à avoir comme seuls ancêtres les Gaulois… leçon apprise à l’école co... non ré...
La culture, là aussi, il y aurait à dire. Juste un chapitre, notre Maloya est reconnu Patrimoine mondial par l’UNESCO depuis 2009, projet porté par la MCUR. Vous savez, Monsieur le Président, quand certains s’amusaient sous les varangues, c’est leur droit et je les respecte, d’autres dans la peur continuaient à résister pour sauvegarder notre patrimoine musical, le Maloya. Il était interdit, réprimé jusque dans les années 1970… Vous avez parler de génie réunionnais, voilà un bel exemple de génie de la création légué par nos ancêtres esclaves et engagés.
On ne construit pas l’Unité si chacun d’entre nous n’a pas la connaissance de notre histoire. Oui, on peut parler de Vivre Ensemble, mais c’est une coquille vide si on continue à vivre sur des modes d’exclusion, de domination et de mépris. Je vous donne un exemple : comment expliquez-vous qu’à Saint-Pierre, dans un même immeuble, à caractère social, on loge séparément des familles comoriennes des autres familles ? Tous les jours, ces familles vivent dans la brimade, dans un climat raciste. Qui a pris le temps d’expliquer à l’ensemble de ces familles que nous sommes unis de par notre histoire commune, liée à l’esclavage, à l’engagisme ? Vous parlez de mettre la culture dans la rue, pour éviter l’enfermement, de quel enfermement vous parlez ? Moi je préfère parler d’éducation, de transmission dans nos écoles, dans nos familles, dans nos institutions… Pourquoi tant de mépris et de haine pour ceux qui se battent de par leur travail, mais aussi par leur engagement politique et culturel, pour que chaque enfant réunionnais ait la connaissance de son histoire et de sa culture ?

Vous avez décidé aujourd’hui d’arrêter le projet de la MCUR (Maison des Civilisations et de l’Unité Réunionnaise). Vous ignorez la qualité, la grandeur de ce projet. Vous permettez à des personnes qu’on a accueillies à bras ouverts dans notre pays “de dire ce qui est bon pour nous”, et on va continuer à les accueillir parce que nous sommes tolérants et ouverts, mais nous ne pouvons accepter que ces personnes nous jugent, nous calomnient, nous méprisent, de par leur ignorance. Nous ne sommes plus dans l’ère civilisatrice du colonisateur, c’est insupportable pour la majorité des Réunionnais. Mes propos sont graves, elles sont à la mesure de la situation, et des décisions qui sont prises. La MCUR est un musée vivant, où seront restituées l’histoire et la culture de La Réunion. La MCUR permet enfin de faire un éclairage fort sur tous nos pays et cultures d’origine, de les mettre sur un même pied d’égalité, le combat pour l’Unité dans la Diversité, c’est uniquement sur cette base qu’on va gagner. Cet équipement donnait une chance immense à tous les Réunionnais de s’approprier leur histoire, mais aussi leur permettait d’être des hommes et des femmes forts remplis de fierté, capables de participer pleinement au développement de notre pays dans la cohésion sociale. Mais surtout dans le respect mutuel de chacun, et de lutter contre le racisme qui mine sournoisement notre société. En 2001, un de vos colistiers a essayé de nous priver de la liberté d’expression, mais nous sommes toujours là, et nous serons toujours là pour combattre l’ignorance, pour appeler à la responsabilité, pour porter des projets qui valorisent notre patrimoine, qui visent à faire reconnaître notre histoire et notre langue créole. La MCUR verra le jour, Monsieur le Président, je suis confiante. Vous êtes en responsabilité, comme vous aimez si bien dire, donnez du sens à votre action et La Réunion sera gagnante. »

Laurita AP.
Militante culturelle



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Suite à l’article de Laurita, puis-je poser la question , de l’état ou du devenir du débat sur la "reconnaissance" de l’esclavage à La Réunion au titre de crime contre l’humanité ?

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • les anti mcur sont des anti Vergès (en grande parti), c est qui leur casse les c*******, c est le grand problème ici a la Réunion , ces histoires de clan, qui passent au dela de tout...i compris de l histoire...chacun veut que "son" projet soit en avant, puique Verges a eu la route des tamarins, certains ne veulent plus que de grands projets qui marqueront notre histoire portent encore le nom de Vergès....c est du "gro kèr" gros defaut des créoles....y a dejas des fonds je crois pour la mcur, qu est ce que mr le president de région va en faire ? vu que sauf erreur de ma part, la renovation et l entretien des sites historiques relève du conseil général,

    Mettez de coté vos querelles de gamins, de clan , de partis et pensez a notre histoire, qui se perd au fil du temps....

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com