Culture et identité

« Nou lé vréman fièr èt Rénioné »

Magnifique "Kabar ZIK" (Zélèv Inskri an Kréol) hier au Port

Témoignages.re / 12 décembre 2012

Plus d’une centaine de collégiens et de lycéens venus des diverses régions du pays et inscrits à des cours de créole se sont retrouvés hier matin au Théâtre sous les Arbres du Port lors d’un "Kabar ZIK" organisé par la professeure Aurélie Filain avec ses collègues. Tous les élèves et enseignants, soutenus par plusieurs artistes, ont échangé des idées et uni leurs forces pour exprimer leur fierté de valoriser les atouts de leur identité réunionnaise.



JPEG - 46.8 ko

Cette matinée a été marquée par beaucoup d’émotion et de bonheur, mais aussi par la richesse des échanges et des liens d’amitiés entre des élèves qui ont exprimé avec force leur détermination à faire avancer "nout kiltir kréol", notamment par la connaissance de nout lang kréol, nout listoir, nout idantité kréol rénionèz. Ces élèves étaient venus des collèges Bouvet (Saint-Benoît), Alizées (Chaudron), Titan (Le Port) et des lycées Pierre Poivre (Saint-Joseph), Bouvet (Saint-Benoît) et Jean Hinglo (Le Port).

Après leur accueil par Aurélie Filain, professeure de créole au Port, les élèves ont d’abord apprécié les chansons de Kaloun (Judith Profil), venue de Saint-Benoît, et du groupe portois Kréolokoz, avec Gaël Velleyen et Lélito Déliron, qui ont notamment rappelé que La Réunion, « sa mon péi sa ». Ensuite, des collégiens ont présenté des articles du "Code Noir", par lequel l’État colonial français a institutionnalisé l’esclavage dans notre pays.

« Nou lé fièr nout zansèt »

Ce rappel que, pour le roi de France à l’époque, un esclave à La Réunion était officiellement considéré comme « un meuble » a permis à William Cally d’expliquer — aux côtés de l’artiste Éno Hippolyte — pourquoi il a réalisé l’an dernier le très beau film "Élie ou les forges de la Liberté" sur la révolte de nos ancêtres esclaves dans la région de Saint-Leu en 1811. En effet, ce docu-fiction très émouvant a permis à beaucoup de nos compatriotes de connaître enfin cet événement très important qui a marqué la période de l’esclavage dans notre pays.

Pour William Cally, il faut plus que jamais continuer le combat contre « l’amnésie et le négationnisme de notre passé », car « sa lé in fason renoué èk listoir nout pèp rénioné ; nou lé fièr nout zansèt la batay pou la libèrté ; i fo konèt nout listoir pou mié konprann kisa nou lé é pou konstrui nout lavnir ». Quant à Éno Hippolyte, il a souligné : « I fo nou batay pou di kisa nou lé, ke nou èm anou é ke nou lé uni » .

« Vive la liberté »

Les propos du réalisateur et du comédien furent très appréciés par les élèves, qui ont ensuite rendu hommage aux 25 esclaves révoltés, dont le forgeron créole Élie, qui ont été condamnés à mort par la Justice coloniale de l’époque. Puis, trois lycéennes ont joué le rôle d’avocates pour défendre Élie et justifier son organisation de la révolte pour la liberté.

L’ambiance chaleureuse et enthousiaste de cette rencontre s’est poursuivie avec des élèves du collège Titan, qui ont proclamé un "fonnkèr" pour la liberté, conclu par un « vive la liberté », fortement applaudi. Les chansons du groupe Kréolokoz furent également beaucoup applaudies, notamment les paroles : « alon alon maron, anou mèm maronèr, révolusion maron, alon sobat pou nout lonèr. (…) Éfas pa nout mémoir ; nou grandi èk mové référans la Frans, fo ni rézist ».

« Mèt la lang kréol an lèr »

La matinée a également été marquée par des échanges entre les enseignants et les élèves sur le maronnage, le courage de nos ancêtres rebelles, leurs lieux de vie difficile dans les Hauts de l’île, menacés par les chasseurs. Sur cette base, Gaël Velleyen a encouragé les élèves à continuer leur formation autour de la langue créole, qui est une grande chance pour eux, car « la lang fransé lé zoli, mé nout lang kréol lé pa pli vilin ; i fo nou batay ansanm pou valoriz la kréolité rénionèz kont la sansur bann média ».

Le dernier "sobatkoz" a porté sur l’importance de « mèt la lang kréol an lèr » . Quatre élèves ont plaidé dans ce sens, en soulignant notamment que « nout kréol, sé inn lang, pa in patoi » , que la promotion de la langue créole facilite l’ouverture aux autres, que la littérature créole est de plus en plus riche ; bref : « Nou lé vréman fièr èt Rénioné, i fo nout kiltir i avans, nou viv an Kréol, mé nou lé ouvèr tout demoun ».

La rencontre s’est terminée par un appel à donner des noms d’esclaves marrons à des établissements scolaires et par une belle chanson de Kaloun avec Jim Fortuné intitulée "Domino" en hommage à Edmond Albius, dont un collège porte le nom au Port…

Correspondant

An plis ke sa

• Un autre film

Le réalisateur William Cally a informé les élèves du "Kabar ZIK" qu’il est en train de préparer un nouveau film sur un autre événement important de notre histoire : il concerne les enfants réunionnais déportés en France par le pouvoir néo-colonial des années 60, en particulier ceux que l’on appelle « les enfant de la Creuse ». Un événement tragique pour beaucoup de nos familles, dont il tire l’enseignement suivant pour les élèves d’aujourd’hui et de demain : « Lèss pa pèrsonn désid kosa lé bon pou ou, désid par zot mèm, pran zot résponsabilité ».

• Un reportage

La journaliste Anaïs Charles-Dominique et son équipe de Tik-tak Productions étaient également présentes hier au "Kabar ZIK", car elles réalisent un reportage sur le travail mené par Aurélie Filain en faveur de la langue créole réunionnaise. Ce reportage devrait être diffusé le 21 février prochain à l’occasion de la Journée internationale des langues maternelles sous l’égide de l’UNESCO.
JPEG - 46.8 ko
JPEG - 23.6 ko
JPEG - 24.3 ko
JPEG - 27.9 ko
JPEG - 27.8 ko
JPEG - 58.8 ko
JPEG - 29.4 ko
JPEG - 41.6 ko
JPEG - 28.6 ko



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Je suis un Rénioné fièr . Lorsque je me presente je proclame : Aimé TECHER, Réunionnais. Mon interlocuteur me demande alors :"Vous n’êtes pas Français ?" Je lui réponds :"Avez-vous la même question pour celui qui se dit Breton ?" Le dialogue s’instaure et je me fais un vrai plaisir lui dire pourquoi je suis un REUNIONNAIS et j’ajoute fier de l’ être.
    Le fondement de ma culture Runionnaise est la DIVERSITE. Cette DIVERSITE qui nous a conduit à ce "VIVRE ENSEMBLE" . Cette DIVERSITE est la clé de notre humanisme . Un humanisme dont les actes au quotidien sont : l’acceptation de l’autre et donc : savoir l’écouter. Savoir le comprendre. Savoir l’accepter tel qu’il est et non tel que souhaitons qu’il soit. Savoir le reconnaître comme un être humain et donc digne d’interêt, digne de reconnaissance, digne d’être remercié pour ce qu’il m’apporte. DIGNE ...un ETRE DIGNE.
    Mon regard est un regard Réunionnais : il n’y a pas de couleur de peau, il n’y a que des Femmes et des Hommes.
    Mon regard est Réunionnais quand il voit les couleurs de ce Peuple Réunionnais. Ces couleurs qui forment ce bel arc en ciel Kréol Rénioné.
    Mon regard est Runionnais car je ne vois que des enfants "couleurs l’ Amour".
    Ma culture s’exprime par sa diversité dans les actes de tous les jours : nos cuisines aux mille senteurs de ces épices de tous les péi dont les Noms sonnent comme une invitation au grand voyage culinaire .
    Ma culture s’exprime tous les jours par ces kozman. Ecoutons et nous entendrons ces belles langues de ces pays lointain ...chinois, z’arab, tamoul,malgache, franais et le tout" accompagné" de notre belle langue Kréol.Cette langue imaginaire dont les mots sont prononcés avec douceur et félicité et qui nous mne vers l’imaginaire ...le rêve.
    Ma culture c’est chaque jour à chacune et chacun l’expression de sa religion. Catholique. Prostestant. Boudhiste. Tamoul...et aussi sa non-religion.
    Ma culture s’exprime par ses pas de danses . Ces multiples pas de danses : maloya, séga, danses chinoises, danses indiennes, danses malgaches et les petits pas de nos marmay.
    Le Monde réclame la diversité. Le Monde est et sera la DIVERSITE. Quand je regarde MON PEUPLE REUNIONNAIS ...je me dis :"Nous sommes ce que ce Monde réclame". Nous sommes le Monde de demain. Nous l’avons montré et chaque jour nous le montrons."
    Comment ne pas tre Fièr et Rénioné dans ce Monde de l’égoïsme.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Realisme, justesse des propos et verite.
    Belle poesie.
    Merci Aime

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com