Culture et identité

Où sont passés nos ancêtres esclaves déportés du Mozambique…

Jusqu’au 20 décembre au Port, exposition "Le Jardin de la Mémoire"

Témoignages.re / 8 décembre 2011

Il reste quelques jours aux Réunionnais pour aller voir au hangar D2, dans l’enceinte portuaire du port Ouest (juste derrière la mairie de la cité maritime), une exposition à la fois magnifique, émouvante et riche d’enseignements pour cultiver leur mémoire historique. Il s’agit d’une présentation du Jardin de l’Île du Mozambique, qui fut durant la période de l’esclavage un des principaux points de départ des esclaves d’origine mozambicaine vers les colonies européennes de l’Amérique et de l’océan Indien. Ce fut donc le lieu de passage d’une grande partie de nos ancêtres déportés d’Afrique vers La Réunion, et l’un des sites de cette île a été transformé en 2007 par le Ministère de l’Éducation et de la Culture du Mozambique en "Jardin de la Mémoire". Plusieurs partenaires réunionnais, dont l’association Historun de Sudel Fuma, et le créateur Karl Kugel ont participé à cette œuvre présentée au public jusqu’au 20 décembre.

Sur les quais du port Ouest de La Pointe des Galets, dans le Hangar D2, un dispositif sur près de 400 mètres carrés intitulé "Jardim" nous offre un voyage du regard qui jette un pont entre La Réunion, l’océan Indien et la terre africaine, en nous révélant la profonde richesse du patrimoine immatériel et humain qui unit ces territoires. Croquis, illustrations, plans, textes, matériaux, images en très grands formats, photographies et films rythment la déambulation des visiteurs.
L’espace du Jardin de la Mémoire a été créé dans le cadre du projet international de la "Route de l’Esclave", initié par l’UNESCO et porté à La Réunion par l’historien Sudel Fuma. Une deuxième phase impulsée par le Ministère de la Culture du Mozambique est en cours.
L’île du Mozambique est située au Nord du Mozambique, à trois kilomètres de la côte africaine et du pays Makwa. Site classé en 1992 au Patrimoine mondial de l’humanité, l’île a été tout au long de son histoire à la croisée des routes des navigateurs et des cultures (africaine, arabe, chinoise, indienne, européenne).

Une culture mise en lumière

Cette île a été la capitale du pays jusqu’au milieu du 19ème siècle. Elle garde encore aujourd’hui les traces et vestiges de son histoire (forteresse, habitations, édifices religieux, palaces, magasins à vocation commerciale). L’île a aussi été jusqu’à la fin du 18ème siècle la principale plaque tournante de la traite négrière au départ du Mozambique. Des centaines de milliers d’hommes et de femmes y ont ainsi transité, avant d’être expédiés vers de nombreuses régions du monde, dont l’Île de La Réunion, pour servir l’économie de plantation en tant qu’esclaves.
Mais si l’île du Mozambique a été marquée par la violence de l’esclavage, elle a aussi été le point de départ de l’essaimage à travers le monde des richesses culturelles de ces populations. C’est ainsi que, plus d’un siècle après la fin de l’esclavage, l’on retrouve dans l’océan Indien et dans d’autres régions du monde la présence vivante de la culture d’origine de ces peuples.
Ces cultures, tissées avec les cultures locales, s’expriment encore aujourd’hui dans les danses, les chants, les croyances, mais aussi les techniques, l’habitat, la cuisine, l’art et la manière de vivre en général. Avec la création du Jardin de la Mémoire, c’est cette culture vivante, d’origine mozambicaine, qui est mise en lumière.


Kanalreunion.com