Culture et identité

Plus rien ne peut effacer le maloya

La victoire du peuple sur les conservateurs

Manuel Marchal / 1er octobre 2011

Aujourd’hui c’est le deuxième anniversaire de l’inscription du maloya sur la liste du patrimoine immatériel de l’humanité. Sans la résistance du peuple réunionnais, la mobilisation du Parti communiste réunionnais et le travail de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise, cet événement n’aurait jamais eu lieu.

Voici deux ans, l’UNESCO a inscrit le maloya sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité. Cet acte est une étape importante pour la reconnaissance du peuple réunionnais et de sa culture, elle est une défaite irréversible pour les conservateurs qui tentent une deuxième récupération. L’an passé, c’était le thème du métissage qui voulait emprisonner le maloya, cette année, c’est l’occasion d’assurer la promotion d’une des dernières communes UMP en concentrant les dépenses dans un lieu à plus d’une heure de route de 95% de la population réunionnaise.
Le maloya a de tout temps été le moyen pour le peuple de faire entendre ses revendications. C’est pour cela qu’il a toujours été combattu par les conservateurs, et c’est également grâce à cela qu’il a trouvé auprès du Parti communiste réunionnais un de ses grands défenseurs.
Durant de nombreuses années, le maloya était pourchassé. C’était l’époque où le 20 décembre était célébré dans une cour, quand le roulèr raisonnait dans les champs de canne pour faire vivre notre culture dans la clandestinité.
En 1976, le PCR intègre le maloya dans son 4ème congrès. Firmin Viry monte à la tribune. Quelques mois plus tard, c’est la publication des premiers disques de maloya par le PCR, dont "Peuple de La Réunion, peuple du maloya".
À cette époque, le maloya est interdit par le pouvoir, il ne peut pas s’exprimer à la radio ou à la télévision. Son terrain d’expression, ce sont les fêtes de "Témoignages", et les communes à direction progressiste élues en 1971.
Cinq ans après le premier disque de maloya, c’est l’alternance en France. C’est aussi la reconnaissance officielle par le pouvoir de la République de la célébration du 20 décembre.

Une vision de la réalité réunionnaise

Le mouvement connaît alors une avancée irréversible. Grâce à l’esprit de résistance, le maloya a réussi à survivre. Il a été ensuite au cœur d’une dynamique tellement forte qu’elle a réussi à imposer la réalité réunionnaise au pouvoir parisien.
L’inscription du maloya au patrimoine mondial de l’humanité donne une dimension mondiale à cette dynamique. Car non seulement elle valorise notre pays, mais elle enrichit la République aux yeux du monde. C’est quelque chose dont nous pouvons être fier, et sur lequel nous pouvons nous appuyer pour construire notre développement.
Aussi, il n’est guère étonnant que dès leur prise de pouvoir à la Région, les conservateurs ont voulu effacer toutes les traces de ce travail réunionnais : suppression de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise et effacement de toute référence au maloya sur le site de la Région.
Toutes ces expressions d’une classe sociale revancharde ne peuvent pas effacer le maloya. La dynamique est trop forte, l’ancrage dans le peuple trop puissant et les conservateurs ne peuvent que reconnaître leur échec : ils n’ont pas réussi à vaincre le maloya.

M.M. 


An plis ke sa

• Demain au Port : documentaire sur le maloya

"Firmin Viry", le roi dans le bois, de Caroline Maillot, La Réunion, 2010, doc 26’, en présence de la réalisatrice. Projection à 16h à l’École supérieure des Arts de La Réunion (ESAR).

« Dans les années 60, années Debré, le Parti communiste réunionnais s’oppose vivement au pouvoir en place avec pour mot d’ordre, l’autonomie de La Réunion.
Le 29 août 1976, au gymnase Manès du Port, devant 3.000 personnes se tient le 4ème congrès du PCR. Ce soir-là, Firmin Viry et sa troupe entonnent un maloya. Les micros sont encore ouverts. La bande gravée est sur 33 tours : le premier disque de maloya est né. Le maloya devient alors politique et s’érige en symbole de la résistance à l’oppression... ».

• Maloya à Dioré demain

Demain à Dioré, l’Association Allons Pren’ Dioré en main présente "Retour aux sources".


Kanalreunion.com