Culture et identité

« Pour sauver l’humanité, devenons tous philosophes ! »

Des leçons à tirer du succès de la conférence d’Yves Paccalet à l’Université

Correspondant Témoignages / 13 juillet 2015

Ce jeudi 9 juillet dans l’amphi Élie de la Fac de Lettres au Moufia, plus d’une centaine de personnes ont participé à la conférence-débat du philosophe, écrivain et naturaliste Yves Paccalet, organisée par l’Université de La Réunion en partenariat avec le Cercle Philosophique Réunionnais. Le public a beaucoup apprécié les idées exprimées par cet écologiste français réputé dans le monde ainsi que les échanges qu’il a eus après son exposé avec les participants à cette rencontre sur le thème : « Fin de l’humanité ou sortie de secours ? ».

JPEG - 35.1 ko
Yves Paccalet lors de son exposé.

La conférence a été animée par Martine Vaugien, directrice adjointe de l’UFR Faculté des Lettres à l’Université de La Réunion, qui a présenté Yves Paccalet en saluant ses appels aux citoyens à « s’engager toujours plus et mieux pour préserver le monde ». Le président du Cercle Philosophique Réunionnais, Jean Viracaoundin, a remercié l’Université pour l’organisation de cet événement et félicité Yves Paccalet pour son œuvre accomplie depuis une cinquantaine d’années au service de l’humanité.

Celui-ci a commencé son exposé en regrettant que les autorités n’aient toujours pas pris les bonnes décisions pour sauver l’humanité menacée de disparition, malgré les avertissements lancés par de nombreux chercheurs du monde entier depuis des décennies. À ce sujet, il a cité notamment la grande conférence mondiale tenue en 1972 à Stockholm, capitale de la Suède, où a été signalée la gravité des conséquences des diverses pollutions de la planète, en particulier par les énergies fossiles.

Comment infléchir les choses

Ensuite, Yves Paccalet a posé la question de savoir « pourquoi on ne prend pas les bonnes décisions », malgré les alertes de plus en plus alarmantes proclamées par les scientifiques sur les effets du réchauffement climatique, des diverses pollutions chimiques. Selon lui, ces graves erreurs des décideurs sont dues aux pulsions animales qui dominent encore l’homo sapiens, comme par exemple la pulsion de domination, qui fait que « nous sommes toujours dans le toujours plus » (de marché, de finance, de pouvoir, etc.).

Comment infléchir les choses, notamment à l’occasion de la COP 21 de décembre prochain à Paris, afin de trouver des « sorties de secours » pour l’humanité ? Yves Paccalet répond à cette question de façon à la fois très sérieuse, constructive et ironique par « trois utopies » : celles du partage, de la démocratie du monde et du sens à donner à notre vie afin qu’elle soit harmonieuse, avec un bonheur à la fois personnel et collectif.

JPEG - 79.2 ko
L’amphi Élie était bien rempli et le public a beaucoup apprécié cette conférence.

« Être philosophe c’est être démocrate »

Comment alors aller dans ce sens face aux classes dominantes qui nous rendent esclaves de nos désirs, de nos envies dans une société de consommation au détriment des plus pauvres ? Réponse d’Yves Paccalet : « devenons tous philosophes, amoureux de la sagesse ! Donc interrogeons-nous sur le sens de notre vie personnelle et collective, à court et à long terme, en sachant qu’être philosophe c’est être démocrate ».

Autrement dit, « travaillons ensemble, éliminons ensemble ce qu’il y a de mauvais en nous, car nous pouvons devenir plus sages si nous le voulons et si nous nous engageons sur la voie de la sagesse ». Et pour en savoir plus, il est bon de lire la nouvelle édition, revue et aggravée de ‘’L’Humanité disparaîtra, bon débarras !’’, l’ouvrage historique d’Yves Paccalet.


Kanalreunion.com