Culture et identité

Programme du mercredi 5 octobre

Festival international du film d’Afrique et des îles 2011

Témoignages.re / 5 octobre 2011

ESAR
12h30 : “Les enfants de Nagasaki”, de Keisuke Kinoshita, Japon, 1983, fiction 122’ 

15h : “Sur les traces de Saint-Expédit”, de Bernard Crutzen, La Réunion 2010, doc 52’ 

16h : “Sembène Ousmane tout à la fois”, de Christine Delorme, France, 2010, doc

Casino
18h : “Tant que tu respires”, de Fara Sene, France/Liban, 2009, fiction 18’,

18h30 : “Teza”, de Hailé Gerima, Ethiopie/Allemagne, 2008, fiction 140’


“Les enfants de Nagasaki”

Le docteur Nagai, rescapé de Nagasaki, souffre des effets des radiations nucléaires. Il décide d’écrire ses mémoires. Son fils se souvient…


“Tant que tu respires”

Chaque matin depuis un an, lorsqu’il se rend au travail, Samuel croise le regard d’Ima, toujours assise dans le même métro. La timidité maladive de Samuel l’a empêché jusqu’ici d’aborder cette ravissante jeune femme. Oscar, un collègue de travail, essaye de lui faire comprendre que le temps passe et que la vie n’attend pas.


“Teza”

Au début des années 70, Anberber quitte son village de Minzero, en Éthiopie, pour suivre des études de médecine en Allemagne de l’Est. Il n’est plus du tout le même lorsqu’il revient dans son pays en 1990, alors confronté aux ultimes soubresauts de la sanglante dictature du colonel Mengistu.


“Sembène Ousmane tout à la fois”

A “Libération” qui lui demandait « Pourquoi filmez-vous ? », Ousmane Sembène avait répondu : « Je ne fais pas du cinéma. Je filme pour raconter des histoires de mon temps, pour mon peuple d’ombre de midi que des siècles durant ont assis sur le cul attendant l’aurore... Je ne sais pas encore pourquoi je filme, mais tout un peuple m’habite et je dois témoigner de mon temps ».
Dans un entretien à Christine Delorme, il décline l’histoire de l’Afrique autour de trois périodes : l’esclavage (Ceddo), le colonialisme (Borom Sarret, Emitai, Camp de Thiaroye) et l’aide internationale (Guelwaar).


“Sur les traces de Saint-Expedit”

Mais qui est Saint-Expédit ? A La Réunion, c’est un saint pas très catholique, à qui on peut demander d’expédier quelques basses besognes.

Au Brésil, il fait l’objet d’une révolution populaire spectaculaire.
En France, il est toléré dans l’ombre de certaines églises.
A Bruxelles, des jésuites prétendent que son nom est usurpé.
Au Vatican, personne ne connaît ce patron des causes urgentes.
Qui est vraiment Expédit ?

Ce film part sur les traces d’une figure ambiguë, un saint au maniement délicat.


Kanalreunion.com