Culture et identité

Quand des lieux de patrimoine deviennent des lieux de vie

"Les Portes du Temps" à Sainte-Suzanne

Témoignages.re / 8 août 2009

Environ 70 marmailles se sont donnés rendez-vous au centre de loisirs René Manglou à Sainte-Suzanne pour la journée de valorisation de l’opération "Les Portes du Temps". Ils ont ainsi exposé et mis en scène ce qu’ils ont appris au Musée de Villèle et aux Lazarets de la Grande Chaloupe pendant 4 jours. Histoire de partager avec leurs parents le patrimoine de l’île.

L’opération "Les Portes du Temps" est une initiative du ministère de la Culture et de la Communication. Objectif, ouvrir des sites patrimoniaux aux jeunes qui ne partent pas en vacances et qui n’ont pas accès au patrimoine pour des raisons sociales, économiques ou culturelles. Il s’agit de la seconde édition des "Portes du Temps" à La Réunion avec l’association Les Francas. Une opération soutenue par la Politique de la ville, la municipalité, la Direction de la Jeunesse et des Sports et le ministère de la Culture pour un budget de 23.000 euros.
72 jeunes de Sainte-Suzanne, de 10 à 12 ans, ont profité de cette opération cette année. Des groupes d’une vingtaine de jeunes ont ainsi été accueillis au Musée de Villèle et aux Lazarets de la Grande Chaloupe. Deux sites intéressants pour l’histoire de l’esclavage et de l’engagisme. Les enfants étaient logés au centre Jacques Tessier à La Saline.
Pendant 4 jours, « ces lieux de patrimoine sont devenus des lieux de vie pour ces enfants », indique Pierre Bardier, délégué départemental de l’association Les Francas.

L’art au service de la mémoire

Au programme, la découverte du quartier de Villèle avec l’association Kan Villèle. Les enfants ont ainsi pu comprendre l’organisation du quartier autour de la maison Panon-Desbassyns, la construction des paillotes à l’aide de pailles de cannes, de cordes de choca et de kadère. Moringue et maloya étaient également au programme avec l’association Vue Belle Moringue.
Aux Lazarets, les enfants ont pu travailler avec un photographe, Raymond Barthes, et un artiste peintre, Patrick Drieu. Les enfants ont ainsi découvert les portraits des engagés à partir de documents d’époque, ou encore réalisé des photographies de ruines, d’ombres ou d’expressions du visage. Sur des panneaux contreplaqués, ils ont peint des fresques en utilisant une technique identique aux fresques du Lazaret.
Voilà le travail que les enfants ont présenté hier à leurs parents et amis.
Le projet éducatif des centres de loisirs de Sainte-Suzanne concerne la découverte du patrimoine. L’opération "Les Portes du Temps" y a fortement contribué. Les Panon-Desbassyns possédaient en effet des terres à Sainte-Suzanne, et les Lazarets, lieu de quarantaine, étaient une étape obligatoire pour les engagés avant de rejoindre les plantations.

Texte et photos : Edith Poulbassia


Kanalreunion.com